Laurent Natrella

514e Sociétaire / Sociétaire le 1er Janvier 2007
Entré à la Comédie-Française le 20 Janvier 1998

Biographie

Découvrant la scène au sein d’une troupe semi-professionnelle, dans laquelle il fait ses premières armes, Laurent Natrella comprend que cette pratique absorbe la plus grande partie de son existence. Julien Bertheau, directeur de la troupe et professeur au Conservatoire d’Antibes, reconnait en ce jeune homme un talent et des aptitudes particulières. Sur les conseils de ce dernier, Laurent Natrella va monter jusqu’à Paris pour intégrer le Conservatoire national supérieur d’art dramatique. Il y suit les classes de Madeleine Marion, Pierre Vial, Daniel Mesguich, Mario Gonzales et Francis Girod, de 1989 à 1991. Sept ans plus tard, il devient pensionnaire de la Comédie-Française, puis, le premier janvier 2007, le 514e sociétaire de la troupe. Il commence tout d’abord par un rôle de jeune premier, dans une œuvre du père fondateur de la troupe, celui de Clitandre dans Les Femmes savantes de Molière, mises en scène par Simon Eine, Salle Richelieu (1997/1998). Dans le même temps, il interprète le rôle d’Arthur dans Le Ping-Pong d’Arthur Adamov, mis en scène par Gilles Chavassieux au Théâtre du Vieux-Colombier (1997/1998). Il retrouve Daniel Mesguich, qui le mettra en scène dans deux œuvres de Jean Racine : Mithridate et Andromaque (1998). La saison suivante, Jean-Pierre Miquel le choisit pour jouer Philinte dans Le Misanthrope de Molière (1999). Nicolas Lormeau le dirige dans le rôle du Baron dans L’Âne et le ruisseau d’Alfred de Musset au Studio-Théâtre, pièce très rarement montée, qui est reçue par le public avec un grand enthousiasme. Il joue ensuite le rôle de Bassanio dans Le Marchand de Venise de Shakespeare, mis en scène par Andrei Serban (2002) ; ainsi que celui de Soldignac dans Le Dindon de Georges Feydeau (2003), dans une mise en scène de Lukas Hemleb, dominée à la fois par le rythme endiablé de l’œuvre et une nouvelle dimension psychologique des personnages, que le metteur en scène et la troupe souhaitent insuffler. Il est mis en scène par un autre acteur de la troupe, Christian Gonon, dans le rôle de Jean-Michel Clark et de Mila, dans Bouli Miro de Fabrice Melquiot, créé au Studio-Théâtre (2004). Il travaillera durant cette saison avec William Christie et l’Orchestre des Arts Florissants dans le spectacle Molière-Lully, mis en scène par Jean-Marie Villégier et Jonathan Duverger. Sa passion pour la littérature des auteurs et poètes italiens Alexandro Barrico et Italo Calvino se traduit par des lectures mises en espace par Christèle Wurmser, qu’il donne au Studio-Théâtre, dans le cadre du cycle Un auteur, un acteur (2005). Il joue Helmer dans Grief[s]: Strinberg/Ibsen/Bergman  mis en scène par Anne Kessler ; et retrouve Jean-Louis Benoit pour jouer Alcippe dans Le Menteur de Corneille. Au cours de la saison 2006/2007, Laurent Natrella fera une rencontre capitale, celle du metteur en scène Omar Porras, avec lequel il vivra une aventure théâtrale d’une grande densité et d’une grande beauté : Pedro et le commandeur de Felix Lope de Vega, donné Salle Richelieu. Avec le rôle de H2 dans Pour un oui ou pour un non de Nathalie Sarraute, mis en scène par Léonie Simaga au Studio-Théâtre, il effectuera un retour à un théâtre contemporain déjà devenu classique. En 2008, il part jouer au festival du Lincoln Center de New York les Fables de La Fontaine, mises en scène par Robert Wilson, qui furent créées quatre ans plus tôt. La même année, il est mis en scène par Vicente Pradal dans le rôle de Juan, homme perdu dans la sourde brutalité grégaire d’une Espagne préfranquiste, dans Yerma de Federico García Lorca. Durant la saison 2008/2009 il joue le rôle de Lucentio dans La Mégère apprivoisée de Shakespeare, mis en scène par Oskaras Koršunovas. Il retrouve au cours de l’année 2009, Jean-Pierre Vincent pour une nouvelle création d’Ubu roi d’Alfred Jarry.

Avant son entrée à la Comédie-Française, Laurent Natrella a mené une activité théâtrale conséquente, jouant notamment dans : Britannicus de Racine, mis en scène par Julien Bertheau (1985) ; Titus Andronicus de Shakespeare, La Seconde Surprise de l’amour de Marivaux et Boulevard du Boulevard mis en scène par Daniel Mesguich (1989) ; Cinna de Corneille, mis en scène par Jean-Claude Drouot (1994) ; ou encore Les Jumeaux vénitiens de Carlo Goldoni, mis en scène par Gildas Bourdet (1996). Au cinéma, Laurent Natrella fait ses débuts dès son adolescence grâce à la comédie populaire de Jean Poiret adaptée au cinéma par Georges Lautner, Joyeuses Pâques (1984) ; il joue aussi dans Le Nombril du monde d’Ariel Zeitoun, Dieu est grand et je suis toute petite de Pascale Bailly (1998) ; ou encore dans Le Piège de Jean-Claude Sussfeld (1999). Il participe à la télévision à de nombreux films, dont Léon Morin Prêtre réalisé par Pierre Boutron (1991) ; Telle mère telle fille, réalisée par Élisabeth Rappeneau (1998) ; ou encore La Bascule réalisée par Marco Pico (1999).

Formation

  • - Conservatoire d'Antibes,1986 - 1987, classe de Julien Bertheau
    - Conservatoire national supérieur d'art dramatique, 1989 - 1991, classes de Madeleine Marion, Georges Werler, Daniel Mesguich, Pierre Vial, Francis Girod