Christian Gonon

517e Sociétaire / Sociétaire le 1er Janvier 2009
Entré à la Comédie-Française le 1er Juillet 1998

Biographie

Son premier désir de théâtre, Christian Gonon le rattache à sa relation aux mots, au texte, qu’ils soient ceux d’un dramaturge ou d’un poète : « L’auteur est en quelques sortes un maître d’armes, dont les mots enfouis dans leurs œuvres seraient leurs plus belles lames ; j’espère pour ma part être celui capable de tirer cette arme de son fourreau pour en faire le meilleur usage possible ». Aussi loin qu’il s’en rappelle, Christian Gonon s’est toujours senti plus fort en présence d’un texte qu’il avait à porter et à communiquer aux autres. Dès l’âge de 18 ans, ce jeune toulousain monte à Paris et rentre aux Cours Jean Périmony. En 1982, il réussit son examen d’entrée à l’École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre, dont il ressort deux ans plus tard. Il entre à la Comédie-Française le 1er juillet 1998 (alors sous la direction de Jean-Pierre Miquel) en tant qu’auxiliaire dans le rôle de Pacorus dans Suréna de Corneille, mis en scène par Anne Delbé au Théâtre du Vieux-Colombier. Il devient suite à son interprétation dans ce rôle et dans celui d’Eilif, qu’il reprend au pied levé dans Mère Courage et ses Enfants de Bertolt Brecht, mis en scène par Jorge Lavelli, pensionnaire de la troupe. Il se distingue durant ces années dans de nombreux rôles, parmi lesquels : Maxime dans Cinna de Corneille, mis en scène par Simon Eine (2000) ; Bassanio dans Le Marchand de Venise mis en scène par Andrei Serban (2001); l’Homme et le Renard dans Fables de La Fontaine mis en scène par Robert Wilson (2004) ; il joue et met en scène Bouli Miro de Fabrice Melquiot au Studio-Théâtre de la Comédie-Française (2004) ; deux autres rôles marquants dans son parcours seront ceux de Cassius dans Tête d’or de Paul Claudel, mis en scène par Anne Delbée (2006), ainsi que celui De Ciz dans Partage de midi de Paul Claudel, mis en scène par Yves Beaunesne (2006). Plus récemment, il se distingue dans les rôles de Gremio dans La Mégère apprivoisée de William Shakespeare, dans une version inédite du metteur en scène lituanien Oskaras Koršunovas (2007) ; ou encore dans le rôle de Jack dans L’Ordinaire de Michel Vinaver (2009), dans une coréalisation de l’auteur avec la scénographe Gilone Brun. Christian Gonon devient sociétaire de la Comédie-Française le 1er janvier 2009.

Avant son entrée au sein de la troupe de la Comédie-Française, ce comédien a mené une activité théâtrale particulièrement dense, s’étendant sur plus de quinze années. Nous retiendrons particulièrement : une reprise du rôle du comte de Guiche dans Cyrano au Théâtre Mogador, mis en scène par Jérôme Savary (1983), qui sera fondateur pour ce jeune comédien ; Edward, dans 7e Ciel de Caryl Churchill, mis en scène par Paul Golub au Théâtre du Chaudron (1992) ; D’Artagnan dans Les Trois Mousquetaires (en tournée nationale) mis en scène par Jean-Louis Martin Barbaz : pour ce rôle, il obtiendra le prix Jean Marais du meilleur comédien en 1991 ; Maffio dans Lucrèce Borgia de Victor Hugo, mis en scène par Vincent Garanger au Théâtre régional des Pays de la Loire (1994) ; Lacroix dans La Mort de Danton de Georg Büchner, mise en scène par Philippe Lanton au Théâtre 71. Au cinéma, Christian Gonon joue dans différents courts-métrages, dont Memento de Jean-Max Peteau (1992), ayant reçu le grand prix d’Avoriaz et le prix du public de Clermont-Ferrand en 1993. Il vient juste de terminer un premier long-métrage de Guillaume Georget Chambre obscure, prévu pour la l’année 2009.  À la télévision, il participe entre autres au téléfilm Une journée au Luxembourg réalisé par Jean Baronnet pour Arte (1994).

Formation

  • - Atelier Blanche Salan, 1986
    - École national supérieure des arts et technique du théâtre, 1982 - 1985
    - Cours Jean Périmony, 1980 - 1982

  • - Prix Jean Marais pour l'interprétation de d'Artagnan, les Trois mousquetaires, Alexandre Dumas, 1991