Elsa Lepoivre

516e Sociétaire / Sociétaire le 1er Janvier 2007
Entrée à la Comédie-Française le 1er Juillet 2003

Biographie

«Tous les rôles que l’on compose, à mon sens, ont à voir avec nous-mêmes, avec les autres, avec une problématique existentielle proposée par un auteur, qu’il s’agisse d’une comédie, d’un drame, ou d’une tragédie: en ce sens notre profession me parait parfaitement ancrée dans le réel...». Âgée d’à peine 18 ans, Elsa Lepoivre quitte Caen, sa ville natale, pour travailler au sein de l’Académie théâtrale de Pierre Debauche. Cette pratique du théâtre aux côtés de ce pédagogue de renom, se confond avec une célébration de la jeunesse, un instant de joie que cette comédienne, dit devoir susciter et rechercher durant ces premières années. Après avoir participé à la création du Théâtre du Jour à Agen, elle décide de présenter sa candidature au concours d’entrée au Conservatoire national d’art dramatique de Paris. Reçue au sein de cette institution en 1995, elle participe aux classes de Daniel Mesguich, Stuart Seide, Catherine Hiegel, et Stéphane Braunschweig. Engagée par Marcel Bozonnet, Elsa Lepoivre entre à la Comédie-Française le 1e juillet 2003 en tant que pensionnaire, et devient la 516e sociétaire de la troupe le 1er janvier 2007. Elle débute à la Comédie-Française, en reprenant le rôle de Dona Elvire, dans Dom Juan de Molière, mis en scène par Jacques Lassalle. Suite à ce spectacle, elle interprète Salle Richelieu, sous la direction de Christian Schiaretti, les rôles de la Beauté et de la Vie, dans Le Grand théâtre du monde, pièce de l’un des auteurs les plus significatifs du siècle d’or espagnol, Pedro Calderón de la Barca. Elle participe cette même saison à la création du Menteur de Corneille, dans laquelle elle joue le rôle de Clarice, mise en scène par Jean-Louis Benoit. Au cours de l’année 2005 les metteurs en scène Jean-Marie Villégier et Jonathan Duverger réunissent deux pièces, qui ne l’avaient plus été depuis les origines de la Troupe du Roi : L’Amour médecin et Le Sicilien ou l’Amour peintre. Ces deux comédies de Molière sont accompagnées des pièces de musique d’origine, composées par Jean-Baptiste Lully, et interprétées par l’orchestre des Arts Florissants, sous la direction de William Christie, Salle Richelieu. Dans le cadre de ce spectacle Molière-Lully, Elsa Lepoivre joue les rôles de la Musique et d’Isidore. Au cours de la saison 2005/2006 Brigitte Jaques-Wajeman la choisit pour le rôle de l’Infante dans la tragédie cornélienne la plus jouée et connue du public, Le Cid. Cette comédienne effectue une rencontre importante, en la personne du metteur en scène Omar Porras, avec lequel elle retournera aux sources du jeu de masque, pouvant ainsi mettre à jour différents aspects encore inexploités de sa pratique théâtrale, pour Pedro et le commandeur de Felix Lope de Vega (2006), dans lequel elle joue le rôle de Casilda. Elle est Éliante dans Le Misanthrope de Molière, mis en scène par Lukas Hemleb. Plus récemment, Elsa Lepoivre joue, Salle Richelieu, le rôle de la Comtesse dans Le Mariage de Figaro de Beaumarchais, mis en scène par Christophe Rauck (2007) ; ou encore celui de Catherine, la femme d’Antoine, dans Juste la fin du monde de Jean-Luc Lagarce, mis en scène par Michel Raskine, qui entre au répertoire du théâtre, connaissant un grand succès public et critique (2008). Au cours de la saison 2008/2009, Elsa Lepoivre joue dans Cyrano de Bergerac, d’Edmond Rostand, mis en scène par Denis Podalydès; et participe à nouveau à la création d’une œuvre entrant au répertoire, Salle Richelieu, sous la direction de son auteur et de Gilone Brun : L’Ordinaire de Michel Vinaver, dans lequel elle joue le rôle de Pat.

Avant son entrée à la Comédie-Française Elsa Lepoivre travaille à de nombreuses créations aux côtés de Pierre Debauche, notamment pour sa mise en scène de La Mouette de Tchekhov (1994) ; La Fausse Suivante de Marivaux, dans le rôle du Chevalier (1995) ; ou bien encore pour l’œuvre de Shakespeare, considérée comme sa plus grande tragédie poétique, Le Roi Lear (1996). À sa sortie du Conservatoire, elle joue la Princesse de France, dans Peines d’amour perdues, toujours de Shakespeare, dans une mise en scène d’Emmanuel Demarcy-Motta (1998) ; puis effectue une première collaboration auprès de Marcel Bozonnet à la mise en scène, dans le rôle titre d’Antigone de Sophocle (1999). En 2000, elle effectue une tournée internationale avec Le Misanthrope de Molière, mis en scène par Jacques Lassalle, dans lequel elle interprète le rôle de Célimène ; et retrouve Marivaux avec Les Fausses Confidences, mis en scène par Alain Milianti (2001). Un autre rôle titre, auquel cette comédienne se confronte à ses débuts, est celui d’Hedda Gabler, dans la pièce éponyme d’Henrik Ibsen, mis en scène par Alain Milianti en 2001. Au cinéma, Elsa Lepoivre joue dans, À Vot’bon cœur de Paul Vecchiali  (2004) ; ainsi que dans Hommage à Alfred Lepetit de Jean Rousselot (1999). À la télévision elle collabore une seconde fois avec Paul Vecchiali pour son téléfilm Victor Schoelcher, l’abolition (1998).

Formation

  • - Académie théâtrale Pierre Debauche
    - Conservatoire national supérieur d'art dramatique, 1995 - 1998
    classes de Daniel Mesguich, Catherine Hiegel, Stuart Seide et Stéphane Braunschweig

  • Chevalier dans l'Ordre des Arts et Lettres