Jean-Baptiste Malartre

497e Sociétaire / Sociétaire le 1er Janvier 1998
Entré à la Comédie-Française le 15 Février 1991

Biographie

Il y a une force et une émotion retenue dans le regard de ce jeune garçon découvrant pour la première fois, à sept ans, Le Malade imaginaire de Molière sur une scène. En janvier 1968, il arrive à Paris pour intégrer l’école de Pierre Debauche au Théâtre des Amandiers de Nanterre. Jean-Baptiste Malartre rentre à ce moment dans la classe de l’un des plus grands pédagogues et metteurs en scène à venir du théâtre européen : Antoine Vitez. Ce ne sera qu’après la mort de ce dernier, devenu administrateur de la Comédie-Française en 1988, qu’il intégrera le 15 février 1991 la troupe de ce théâtre, engagé par Jacques Lassalle (reprenant le mandat inachevé de son prédécesseur). Il se distingue depuis plus de quinze ans dans des rôles du répertoire classique, moderne et contemporain. Il fait ses débuts dans la troupe dans les rôles de Lélio dans La Fausse Suivante de Marivaux mise en scène par Jacques Lassalle (1991), de Shannon dans La Nuit de l’iguane de Tennessee Williams, mise en scène par Brigitte Jaques-Wajeman, et de Figaro dans Le Mariage de Figaro, mis en scène par Antoine Vitez (1992). Il interprète également les rôles de Kazarine dans Le Bal masqué de Lermontov, mis en scène par Anatoli Vassiliev (1992) ; Landernau dans Chat en poche de Georges Feydeau, mis en scène par Muriel Mayette (1998) ; Don Salluste de Bazan dans Ruy Blas de Victor Hugo (2001), et Narcisse dans Britannicus de Racine (2005), tous deux mis en scène par Brigitte Jaques-Wajeman. Plus récemment Jean-Baptiste Malartre participe à la nouvelle production de Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand (2008), mis en scène par Denis Podalydès, qui connait un immense succès public et critique ; ainsi qu’à la création de L’Ordinaire de Michel Vinaver, dans le rôle de Bob, mis en scène par l’auteur et par Gilone Brun, Salle Richelieu (2009).

Si Jean-Baptiste Malartre mène une carrière importante au sein de la Comédie-Française, il a aussi activement collaboré au dehors de cette maison, auprès des plus grands noms du théâtre des années soixante-dix et quatre-vingt : entre autres avec Antoine Vitez, auprès de qui il travaillera de 1970 à 1974 au Théâtre des Quartiers d’Ivry ; avec Patrice Chéreau pour sa mise en scène de Lear d’Edward Bond, au TNP de Villeurbanne (1975) ; avec Claude Régy pour son spectacle Éden cinéma d’après Marguerite Duras (1977) ; avec Bernard Sobel dans Coriolan de Shakespeare au Théâtre de Gennevilliers (1983) ; suivent encore d’autres collaborations auprès d’Alain Françon, d’André Engel, et de Jacques Lassalle. Au cinéma, Jean-Baptiste Malartre tourne pour Sophie Filières dans Aïe (1999) ; ainsi que pour Alix de La Porte, dans son court-métrage Le Piège (2003), qui recevra le Lion d’or du meilleur court-métrage lors de la Mostra de Venise en 2004. Il travaille de façon continue auprès du réalisateur Olivier Assayas, pour lequel il joue dans Fin août, début septembre (1998), Les Destinées sentimentales (1999), Demon Lover (2002), et L’Heure d’été (2008). Jean-Baptiste Malartre vient d’achever le tournage du prochain film de Lucas Belvaux, dont la sortie est prévue pour le courant de l’année 2009.

Jean-Baptiste Malartre a quitté la troupe le 31 décembre 2012.

Formation

  • - École du Théâtre des Amandiers, Nanterre, 1968-69, classes de Pierre Debauche et Antoine Vitez.

  • - Chevalier dans l'Ordre des Arts et des Lettres