Bruno Raffaelli

500e Sociétaire / Sociétaire le 1er Janvier 1998
Entré à la Comédie-Française le 17 Décembre 1994

Biographie

Après des débuts au TEX (Théâtre d’essai d’Aix en Provence). Il intègre dans les années soixante-dix à Paris le Cours Simon, puis le Conservatoire national d’art dramatique, (dans la classe de Pierre Debauche). À sa sortie, il est engagé au Jeune théâtre national ; il entrera à la Comédie-Française le 17 décembre 1994 et en deviendra sociétaire le 1er janvier 1998. Il fera ses débuts dans le rôle de Miller dans Intrigue et amour de Friedrich Schiller, mis en scène par Marcel Bluwal (1994). Sa capacité à endosser plusieurs rôles (vingt au total) dans un même spectacle et à en explorer toutes les facettes, se réalisera avec Les Merdicoles de Michel Albertini, dans une mise en scène de l’auteur et de Françoise Petit au Studio-Théâtre (1998) : Bruno Raffaelli retrouve là les racines provençales et marseillaises, qui lui sont si chères. Dans le répertoire classique, il jouera notamment : Arnolphe dans L’École des femmes, mise en scène par Éric Vigner (1999) ; Maître Jacques dans L’Avare, mis en scène par Andrei Serban (2000) ; ainsi que Pourceaugnac dans Monsieur de Pourceaugnac, mis en scène par Philippe Adrien (2001). Plus récemment il interprète avec succès le rôle de Jérôme dans Les Temps difficiles d’Édouard Bourdet (2006). Avec le rôle d’Adrien dans Le Retour au désert de Bernard-Marie Koltès, mis en scène par Muriel Mayette (2006), il réussit à redonner retenue et férocité à ce personnage créé presque vingt ans plus tôt par Michel Piccoli. En 2008/2009, il joue Sganarelle dans Le Mariage forcé de Molière (mise en scène de Pierre Pradinas), ainsi que le comte Almaviva dans Figaro divorce de Horváth (mise en scène de Jacques Lassalle).

Son goût pour le travail collectif et pour la troupe, Bruno Raffaelli n’a jamais cessé de l’affirmer, ainsi en fut-il avec le metteur en scène tchèque Otomar Krejca : Il joue notamment sous sa direction à l’Atelier théâtral de Louvain-la-Neuve et au Festival d’Avignon les rôles d’Alexandre dans Lorenzaccio (Musset), et de Verchinine dans Les Trois Sœurs (Tchekhov). Un autre compagnonnage capital aura lieu avec Jérôme Savary au sein du Grand Magic Circus, et au Théâtre national de Chaillot : notamment Le Bourgeois gentilhomme (1981 repris en 1986), Super Dupont, tiré de la bande-dessinée de Gotlieb (1983), ainsi que la création du rôle d’Obélix dans Les Aventures d’Astérix et Obélix de Goscinny et Uderzo au Cirque d’hiver (1987). Au cinéma Bruno Raffaelli travaille notamment auprès de Charlotte Silvera pour Prisonnières (1988) ; Denis Amar pour Hiver 54 (1989) ; il retrouvera un illustre metteur en scène de théâtre, Roger Planchon, pour son film Louis, enfant roi (1992). Sa collaboration avec le réalisateur Bertrand Tavernier, sera particulièrement fructueuse, puisqu’il jouera dans trois de ses films : La Vie et rien d’autre (1989), L627 (1992), ou encore Laissez-passer (2000).

Bruno Raffaelli est Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres.

  • Chevalier dans l'Ordre des Arts et des Lettres.