Gisèle Casadesus

Biographie

Née le 14 juin 1914, elle est issue d'une grande famille d'artistes : son père Henri Casadesus était compositeur, sa mère, harpiste, et dans la même génération, figure également Francis Casadesus, compositeur et chef d'orchestre. Le frère de Gisèle Casadesus, Christian, est comédien et directeur de théâtre, et Gisèle est maman de quatre enfants, dont la comédienne Martine Pascal, et le chef d'orchestre Jean-Claude Casadesus.
Elle commence dans les années trente par étudier la musique et la danse, puis entre au Conservatoire d'art dramatique. Elle y remporte un premier prix de comédie en 1934, dans la classe de Georges Le Roy.

Reçue à la Comédie-Française à 20 ans, le 5 juillet 1934, Gisèle Casadesus y entre le 1er août. Elle y fait ses débuts officiels dans Le Barbier de Séville de Beaumarchais, dans le rôle de Rosine. En 1937, elle crée le rôle principal d'Asmodée de Mauriac (le rôle d'Emmanuèle), sous l'œil de l'auteur, et dans une mise en scène de Jacques Copeau. Elle continuera à travailler sur cette lancée avec les metteurs en scène les plus prestigieux de son temps : Pierre Dux, Louis Jouvet, Gaston Baty, Jacques Charon, Charles Dullin... et également en compagnie des plus grands comédiens : Pierre Fresnay, Madeleine Renaud, Jean-Louis Barrault... Elle est nommée sociétaire le 1er janvier 1939 (elle est la 400e sociétaire de la troupe). Gisèle Casadesus interprète des rôles d'ingénues et de jeunes premières du répertoire. Chez Musset, elle joue Louise Strozzi dans Lorenzaccio, Rosette dans On ne badine pas avec l'amour, Madeleine dans Le Chandelier, Mathilde dans Un caprice, Ninon dans À quoi rêvent les jeunes filles. Chez Molière, elle interprète Hyacinthe dans les Fourberies de Scapin, Henriette dans Les Femmes savantes, Cathos dans Les Précieuses ridicules, Marianne dans Le Tartuffe ou l'Imposteur. Chez Corneille, elle incarne Isabelle dans L'Illusion comique, Isabelle, puis Clarice dans Le Menteur. Chez Beaumarchais, elle est Suzanne dans Le Mariage de Figaro, et fait des reprises de Rosine dans Le Barbier de Séville... Elle interprète également les rôles des soubrettes de Marivaux : Lisette dans Le Jeu de l'amour et du hasard (dans plusieurs mises en scène), La Seconde Surprise de l'amour, L'Epreuve, et Marton dans Les Fausses Confidences... Elle interprète aussi les rôles des jeunes femmes spirituelles et piquantes des vaudevilles : chez Labiche, Hélène dans Un chapeau de paille d'Italie, chez Feydeau, Yvonne dans Feu la Mère de Madame, Lucienne Vatelin dans Le Dindon...

Gisèle Casadesus quitte la Comédie-Française le 31 décembre 1962, après avoir joué Magdelon dans La Troupe du Roy, d'après Molière, dans une mise en scène de Paul-Émile Deiber. Elle est nommée sociétaire honoraire le 15 avril 1967, et c'est à ce titre qu'elle revient en 1980 pour jouer Gabrielle, la Folle de Saint-Sulpice, dans La Folle de Chaillot, de Jean Giraudoux, dans une mise en scène de Michel Fagadau, et en 1990, dans le rôle de la Vieille, dans Tête de Poulet de Spiro (dans le cadre d'une lecture lors de la semaine des auteurs hongrois). Parallèlement à ses trente ans de carrière au sein de la Comédie-Française, et à son statut de sociétaire honoraire, Gisèle Casadesus a également été présente sur les écrans de cinéma, depuis L'Aventurier de Marcel L'Herbier, en 1934, et par la suite, auprès de plusieurs réalisateurs, comme Henri Decoin (Entre onze heures et minuit, 1949), André Cayatte (Verdict, 1974), Jacques Fansten (Roulez jeunesse 1, 1993), Claude Lelouch (Hommes, femmes : mode d'emploi, 1996), Jean Becker (Les Enfants du marais, 1999), Sophie Fillières (Aie, 2000), Valérie Lemercier (Palais-Royal, 2005), Pascal Thomas (Le Grand Appartement, 2006), Laure Marsac (Le 4e morceau de la femme coupée en trois, 2007).
Gisèle Casadesus a publié son autobiographie Le Jeu de l'amour et du théâtre, aux éditions Philippe Rey, le 8 mars 2007. Son récit est un regard sur le métier d'acteur, et mêle anecdotes personnelles et professionnelles, et souvenirs des voyages lointains qu'a entrepris la troupe. Elle a reçu en 2003 un Molière d'honneur récompensant l'ensemble de sa carrière, lors de la 17e édition de la cérémonie des Molières, présidée cette année-là par Jean Piat. Elle est Grand officier dans l'ordre de la Légion d'honneur, Grand croix dans l'ordre national du Mérite, et Commandeur dans l'ordre des Arts et des Lettres.

  • Molière d'honneur en 2003 pour l'ensemble de sa carrière

  • Grand officier de la Légion d'honneur
    Grand croix de l'ordre national du Mérite
    Commandeur dans l'ordre des Arts et des Lettres