Forum

Le Forum est un espace de discussion, dans lequel vous pouvez laisser vos messages, avis ou réactions, pour tout ce qui concerne la Comédie-Française, ses spectacles et ses propositions. Si vous avez des questions précises, ne les postez pas sur le Forum, mais envoyez plutôt un courriel à l’adresse suivante :
informations@comedie-francaise.org

Attention : En postant votre contribution, vous acceptez les conditions d'utilisation et vous reconnaissez notamment que : les messages que vous postez peuvent être lus par tous, librement ; l'identité des contributeurs ne peut être garantie ; la Comédie-Française se réserve le droit de publier les messages intégralement ou partiellement, et d’éditer tout contenu inapproprié ; vous êtes responsable du contenu de vos messages.

Les dix derniers messages

À Jean Baptiste, Molière.

Jean Baptiste, nous sommes le 24 octobre, cela fait 356 ans que toi et ta troupe jouèrent pour la première fois devant le roi, la cour et les bourguignons, c'est une date anniversaire à ne pas négliger car tu allais bientôt devenir le noble génie que l'histoire a immortalisé. Ah! Si j'avais pu me trouver dans la salle des gardes du vieux Louvre, ce 24 octobre 1658! Je t'aurais vu, ainsi que Madeleine et Joseph et les autres, j'aurais vu le roi bailler devant Nicomède puis rire à s'en tenir les côtes devant le Docteur amoureux. J'aurais vu les Bourguignons se réjouir haineusement puis affreusement consternés devant ton génie d'acteur comique. Cette nuit du 24 octobre 1658 a été une nuit cruciale pour l'histoire du théâtre français. Jean Baptiste, je te remercie infiniment d'avoir réussi ce test et d'être devenu notre Molière.
Signé : Un amoureux de Molière


Bonjour,
Dommage de ne pas proposer des séances pour les groupes scolaires en semaine et l'après-midi....
Est-ce en projet ? Merci.


Quand jouerez-vous Racine : Bérénice . . .?
Signé : PhD


Pour-moi, Anglais, Dufreny ou Dufresny est la premiere dramatiste francaise.-
Martin Blackwell. Destou-1778_@hotmail.co.uk


Antigone / Jean Anouilh
Mise en scène Marc Paquien, 1er octobre 2014

Esquisse de pige pour la pièce vue hier soir...

Bienvenue aux portes de l'enfer. Bienvenue à bord de l'instable navire où dès le départ, ça prend l'eau de toute part. L'air est déjà loin pour Antigone, la limite de l'oxygène aussi, bien trop surélevée par rapport à sa petite taille. Elle a beau taper de ses poings fragiles sur le décor, ça tient. A chacun sa gouverne. A chacun son rôle. La tragédie a cela de « reposant », s'amuse le Choeur, que son fil « n'a plus qu'à se dérouler tout seul [?] C'est tout. ». En rappelant les codes, le Choeur illustre la fatale mécanique de la pièce qui veut qu'inévitablement, Antigone trouvera la mort.

Ismène supporte le rouge, mais le rouge pâle : sa robe est celle du tourment du sommeil, quand celle d'Antigone saigne jusqu'aux ongles. Les ballerines rouges de « la petite maigre » laissent rapidement la place aux spartiates. Pourtant, la pièce de Marc Paquien nous invite à observer une Antigone dévouée plutôt que condamnée à la mort. Elle ne veut « pas comprendre », la petite maigre. Ne-pas-comprendre c'est ne pas faire sienne ce qu'elle abhorre, au risque d'oublier pour quoi elle se bat, si ça n'est pas contre elle-même, au fond. C'est la femme qui marche, la flagellée, la crucifiée trop petite pour rien. Pour la chose. Pour tout.

Elle est au bord de scène, prête à sortir, à la frontière de ce qu'on dit et de ce qu'on sait, de ce qu'on sait et de ce qu'on sait vouloir-vivre. C'est ce vouloir qui se heurte au pouvoir de ce qu'elle ose nommer et que chacun n'ose plus voir. Elle est le rire signifiant du clownesque baudelairien. Celui-là même que Créon ne supporte pas, lui qui doit retirer sa veste, baisser les armes, pour songer à faire comme-unauté avec sa petite fille. Mais c'est trop tard, Antigone regarde déjà ses mains. Elle est déjà au-dessus de tout.

Créon a le mauvais rôle : il aime Antigone et sa folie, il adore la politique à en mourir. Quand le bon rôle devient celui du cadavre, on ne veut plus monter sur scène. On préfère dire non que de dire oui. Le spectateur ne sait plus alors ce qui est facile, si au fond, comme le dit Créon « rien n'est vrai que ce qu'on ne dit pas ». Il faut mieux alors occuper le silence, parler pour ne pas l'entendre et ne pas réfléchir, dédoubler les mots pour les déguiser et gagner du temps. Ce faisant, ce sont bien les autres qui retardent l'échéance de le sortie d'Antigone.

Dès les premiers mots, l'éclairage lunaire préfère projeter des ombres sur le sol plutôt que d'éclairer des personnages : en plongée, en dôme, voire en contre-plongée, la lumière module son encerclement des personnages à chacune des scènes. Les portes ont un caractère sépulcral, et passant de l'une à l'autre, les personnages tournent en rond.

La radio a beau faire écho à 1944, année phare de l'Antigone d'Anouilh, on Occupe moins aujourd'hui Paris qu'on occupe le peuple de la Comédie Française ! Mais il faut bien, aujourd'hui encore, voire encore plus aujourd'hui, « croire aux idées et mourir pour elles ». Et Antigone demeure un grand classique où l'on crie de se taire, avant de s'en aller. C'est la tragédie qui le veut. « Ce qu'on peut discuter c'est s'il faut le faire ou ne pas le faire. Mais si on le fait, il faut le faire comme cela. »


Signé : Adèle Godefroy


Bonjour,

Je suis une grande fan d'Éric Ruf. Je l'admirais à chaque fois - trop rarement, hélas ! - que je le voyais sur scène, ou que je reconnaissais ses décors dans d'autres pièces (à ce propos, très belle exposition au Vieux Colombier !).
J'ai appris cet été l'excellente nouvelle par pur hasard, c'est dire si j'ai bondi à sa lecture !!!
J'ai toujours rêvé de le rencontrer près de la Place Colette ; jamais je n'ai pu. Et puis je n'ai plus trop d'espoir pour maintenant, depuis que c'est un homme plus occupé que jamais...
Cependant, y a-t-il des occasions pour voir l'Administrateur Général, ne serait-ce que 5 minutes ? Ou une adresse pour lui écrire directement ses félicitations ? J'aimerais tellement..
C'est sans trop y croire, mais qui ne demande rien n'a rien. Et les Comédiens savent ce qu'est rêver...

Merci d'avance,
Signé : Une passionnée de Théâtre ~


Toutes mes félicitations à Éric Ruf, quelle immense surprise d'avoir appris sa nomination ! Je l'ai appris de l'étranger cet été, j'en ai dansé de joie !!

Au meilleur de tout les comédiens, qui sera sans aucun doute le meilleur des administrateurs !
Signé : Line


Félicitations à Éric Ruf pour votre nomination !
Nous espérons que votre mandat se passera bien et nous apportera beaucoup de belles choses.
Cordialement,
Signé : Rose


Revenant du Canada le 3 Octobre je n'aurai malheureusement pas la possibilité d'assister au spectacle d'Antigone ce même jour. Je propose donc à la vente 2 places au prix de 40 euros chacune. Orchestre - B14 et B12- Merci me contacter par mail : Mireille.neault@neuf.fr
Signé : Mireille NEAULT


Bonne rentrée à tous !
J'ai des places en trop pour Chapeau de paille d'Italie le 10 octobre, je les fais à moitié prix. Si ça intéresse quelqu'un, envoyez moi un message s.gounon@yahoo.fr


Tous les messages