Forum

Le Forum est un espace de discussion, dans lequel vous pouvez laisser vos messages, avis ou réactions, pour tout ce qui concerne la Comédie-Française, ses spectacles et ses propositions. Si vous avez des questions précises, ne les postez pas sur le Forum, mais envoyez plutôt un courriel à l’adresse suivante :
informations@comedie-francaise.org

Attention : En postant votre contribution, vous acceptez les conditions d'utilisation et vous reconnaissez notamment que : les messages que vous postez peuvent être lus par tous, librement ; l'identité des contributeurs ne peut être garantie ; la Comédie-Française se réserve le droit de publier les messages intégralement ou partiellement, et d’éditer tout contenu inapproprié ; vous êtes responsable du contenu de vos messages.

Les dix derniers messages

La chance m'a souri aujourd'hui..!
Après 2h de queue dans le Hall devant le guichet, espérant pouvoir m'acheter une place pour Un Chapeau de paille d'Italie, le miracle s'est produit au moment où je ne m'y attendais plus, à 13 h 40..! Une famille m'a proposé une place, la place 186 ! et j'ai pu assister à ce merveilleux spectacle où la performance des acteurs a été REMARQUABLE !
MERCI MILLE FOIS pour ce merveilleux dimanche après-midi ! Ce fut magique !
Très sincèrement.
Signé : Sandrine LEUCIO


C'est une étrange « Ile des esclaves » où l'on change brutalement de statut social au gré des infortunes et des destins. Un texte datant du XVIIIe siècle, mais qui résonne puissamment dans nos esprits contemporains, incertains et individualistes, ballottés au gré des vents du hasard et des restructurations industrielles. C'est une pièce où le nanti d'hier se retrouve manant aussi vite qu'un « trader » flamboyant peut devenir chômeur avec, en prime, la justice à ses trousses. Notre actualité le montre, ces choses-là arrivent parfois.
Mais cette « Ile aux esclaves » est également, et surtout, une fable forte sur le « vivre ensemble », sur l'acceptation de l'autre et de ses différences sociales ou culturelles. Dans une société désacralisée et atomisée comme la nôtre, il s'agit d'un message fort et joliment porté par une troupe jeune et très convaincante.

« L'Ile des esclaves », pièce de Marivaux, mise en scène de Benjamin Jungers, Comédie-Française, Studio-théâtre, Galerie du Carrousel du Louvre, Paris.
Signé : Richard Caisse


À Paris, j'ai vu « Andromaque » à la Comédie Française, curieuse de voir ce que donnent ces pièces classiques, actuellement. Ce qui est certain, c'est que la salle est comble, l'impression générale, un grand moment de paix, des décors sobres et fluides et un drame en vase clos qui se joue entre des acteurs certes talentueux. Cependant, comme à l'Opéra d'ailleurs, je m'interroge sur des applaudissements appuyés prolongés, certains crient « bravo »!. Honnêtement, je pense qu'il y a beaucoup plus de snobisme dans ce succès, qu'un véritable goût sûr pour l'excellence.

J'ai lu ou entendu dernièrement, je crois que c'est à propos d'Isabelle Huppert qui joue Les Fausses Confidences à l'Odéon, qu'elle aurait un amplificateur de voix, car la façon de déclamer, de crier, qui était le propre du théâtre, ne veut plus se pratiquer, ce que j'approuve, mais pour Andromaque, vraiment les acteurs se parlent entre eux, parfois même chuchotent, ou élèvent la voix si le sens le demande. On comprend, mais quand même en devinant, et ce que j'aimais dans toutes ces pièces de Molière et de Corneille, c'était ce fameux rythme des alexandrins. Là, rien. Pas de rimes, ou que rarement, ça donne une sorte de prose et on perd la qualité du texte.

Signé : J.H.L.


J'espère que Bakary SANGARE s'est remis de sa blessure lors de la représentation du CHAPEAU DE PAILLE D ITALIE du 1er avril.
Sinon quel merveilleux spectacle vous nous avez offert
Signé : JP FICHET


Remarquable chapeau de paille d'Italie. Une troupe exceptionnelle, Pierre Niney magistral. Bravo.
Signé : Thierry MAGIMEL


Je profite de ce forum pour dire mon affection pour une comédie qui se trouve au répertoire de la Comédie Française; cette pièce est l'école des maris de Molière. Je la trouve d'une grande beauté, d'un charme irrésistible et envoûtant. Parmi toutes les pièces de Molière et de toutes nos pièces classiques, cette pièce a quelque chose de plus. Quelle finesse, quelle ingéniosité, quelle magie se dégagent de l'école des maris. Je serai ravi si nos fameux acteurs la jouaient plus souvent mais avec une mise en scène vraiment molièresque. Nos grands acteurs susciteraient un grand plaisir à leur public car l'école des maris est vraiment une comédie exceptionnellement belle. Ce serait un beau rêve si la troupe de la Comédie Française faisait de l'école des maris sa pièce "chouchou". Avec l'école des maris le succès est garanti, c'est "la princesse de la comédie". À bientôt.
Signé : Un amoureux de Molière


Psyché ! Magnifique! Mise en scène très intérressante. Beau, bien chanté, bien joué, une Venus impressionante, nous nous sommes beaucoup amusés !
Bravo à tous.
Signé : Nathalie Houllier


À Molière.

Jean Baptiste, nous sommes le 17 février, cette date t'a été fatale ainsi qu'à Madeleine. Tu sais, j'avais onze ans quand je te découvris en lisant l'Avare et depuis tu es entré dans mon coeur pour n'en plus ressortir. Tu es un personnage si complexe, si secret, si émouvant mais tellement passionnant. La France avait besoin d'un génie comme toi et elle peut s'enorgueillir de t'avoir. Jean Baptiste, tu as fait rire bien des gens de ton époque, tu les as stupéfiés, tu les as marqués par ton charisme, ton génie naturel, ton charme spontané, ta bienveillance. Le peuple des provinces t'a adulé mais pour construire ta légende et entrer dans l'histoire, il te fallait conquérir Paris. Ton succès a été immédiat, foudroyant, exceptionnel, tu as été la personne la plus aimée et la plus haïe de ton époque. Tes amis étaient aussi nombreux que tes ennemis. Ta vie amoureuse ? Qui était la belle Armande ? La soeur ou la fille de Madeleine ? Qui était son père ? Les hommes de la postérité se posent encore la question. Peu nous importe, tu t'es marié et as engendré trois beaux enfants dont seul Esprit Madeleine a survécu. Tu as eu l'amour du public, du roi et de la cour. Malgré ta maladie et ta vie conjugale si complexe, tu étais heureux et tu "vivais" à chaque fois que tu montais sur la scène. Ta prose et tes vers faisaient merveille devant n'importe quel auditoire, tes ennemis étaient jaloux de ton rare génie, même le grand Corneille t'a jalousé. Ton surmenage, tes chagrins, la haine de tes ennemis, cette maudite tuberculose ont eu raison de toi, ô incomparable génie! Je pourrais rester des journées à faire tes louanges. Depuis 1680, La Comédie Française t'a taillé la part du lion en faisant de toi l'auteur le plus joué de cette institution. Es tu vraiment mort? Je ne le pense pas, Molière, tu es immortel et tu continueras toujours à nous stupéfier. Adieu,grand maître.
Signé : Un amoureux de Molière


Lundi prochain, vous allez rendre hommage à Molière pour le trois cent quarante et unième anniversaire de sa mort, je voulais moi aussi lui rendre hommage à ma façon.

Cher Jean Baptiste, Molière

Cela va faire trois cent quarante et un an que tu nous as quittés et le vide que tu as laissé est irréparable et inconcevable. Molière, tu es passé comme une comète, tu es passé trop vite mais ton génie a illuminé ton époque, tes contemporains et continue à briller. Tu es la personne la plus familière que nous ayons, c'est comme si tu étais parent avec chacun d'entre nous. Tu as vécu ta vie à fond, sans temps mort, ta vie est à l'égal de ta mort, tu as vécu pour ta passion et tu es mort pour ta passion, tu as sacrifié ta vie sur l'autel de ta scène. Molière, pendant ta vie, tu as déchainé des passions intenses, immenses même étatiques; après ta mort, jamais aucun auteur n'a déchainé autant de ferveur, de passion, d'amour, de zèle et de fanatisme et cela dure jusqu'à nos jours. Ta vie ainsi que ta personne, sous tous ses aspects, sont à l'instar de ton oeuvre un important héritage pour la postérité. Molière, plus jamais que ce soit en France ou dans le monde, un génie tel que toi n'émergera. Tu es mort et nous vivons mais tes dignes héritiers de la Comédie Française te réssucitent à chaque fois qu'ils jouent tes pièces, à chaque fois que nous te lisons l'étincelle de ta vie se rallume. Jusqu'à nos jours, tu es le plus grand auteur comique de tous les temps et je pense que ton jeu corporel et ta gestuelle étaient d'un niveau inimitables. Molière, tu nous manques et tu nous manqueras pour toujours, nous ne t'oublierons jamais.

Jean Baptiste; adieu.
Signé : Un amoureux de Molière


Bonsoir,
Nous avons assisté avec mon amie à la lecture de Délicieuse Cacophonie au Théâtre du Vieux-Colombier. Nous avons été très émues par ce texte fantastique. Merci pour ce moment fort.

Signé : Caroline


Tous les messages