Troïlus et Cressida

de William Shakespeare
Mise en scène Jean-Yves Ruf

Du 26 janvier 2013 au 5 mai 2013
Durée du spectacle : 3h05 avec entracte
Richelieu

Attention, ce spectacle sera joué Salle Richelieu.

La sanglante guerre de Troie est suspendue… Les remparts de la ville ne sont pas encore tombés, les soldats grecs et troyens vacillent, sombrent dans le doute, l’ennui et les rivalités. Dans cette Antiquité homérique aux héros démythifiés par Shakespeare, Troïlus, fils de Priam, tombe amoureux de Cressida, la fille du prêtre grec Calchas. Celle-ci dissimule son amour, s’en défend puis, reniant les liens du sang, cède au jeune Troyen. Homme faible mais ambitieux guerrier, Troïlus accepte sans grande résistance, face au conseil de Troie, de rendre Cressida à son père en échange d’un prisonnier troyen, Anténor. Il confie alors au Grec Diomède la belle désillusionnée.


Auteur

William Shakespeare

Dans la lignée d’Henri V (1599) et d’Hamlet (1601), William Shakespeare (1564-1616) poursuit la thématique de la guerre et a réflexion sur le destin humain. Récit de guerre et histoire d’amour, Troïlus et Cressida (vers 1602) fait partie des pièces assemblées dans le folio de 1623, qui échappe à la contestation par les antistratfordiens de l’attribution de pièces à Shakespeare. Si celle-ci est donc portée au crédit de l’auteur anglais, ses thèmes multiples et son style inclassable la rangent parmi les « pièces à problèmes ». Pour ce drame en cinq actes, Shakespeare s’inspire du poème de Geoffrey Chaucer, Troilus et Criseyde (1386), et de L’Iliade traduite par George Chapman (1598). Troïlus et Cressida résonne singulièrement dans le contexte politique troublé par l’exécution en 1601 du comte d’Essex, nouvel Achille déchu, pour s’être opposé à la reine.


Metteur en scène

Jean-Yves Ruf

Comédien diplômé en littérature et musique puis formé au Théâtre national de Strasbourg où il crée la compagnie du Chat Borgne Théâtre (1997), Jean-Yves Ruf est aussi pédagogue et metteur en scène de théâtre et d’opéra. Interprète du rôle de Benedict dans Beaucoup de bruit pour rien mis en scène par Jean-Claude Berutti (2001), puis metteur en scène de Comme il vous plaira (2003) et de Mesure pour mesure (2008), il retrouve Shakespeare pour l’entrée au répertoire de Troïlus et Cressida. L’entremêlement des vers libres et rimés, moderne par cet « art du collage », est pour Jean-Yves Ruf « aussi complexe que jubilatoire ». Les genres – comédie, drame, farce – se côtoient sans gêne dans cette pièce puissante au désir charnel omniprésent, où le guerrier scrute le corps de l’ennemi dans lequel il enfoncera sa pointe.


Accessibilité

Ce spectacle est accessible aux malentendants
23/03/2013 - 20:30
31/03/2013 - 14:00
05/04/2013 - 20:30
06/04/2013 - 20:30
15/04/2013 - 20:30

Ce spectacle est accessible aux malvoyants
23/02/2013 - 20:30
17/03/2013 - 14:00
19/03/2013 - 20:30
11/04/2013 - 20:30
17/04/2013 - 20:30


Téléchargements

Téléchargement du dossier de presse
Téléchargement du programme
La pièce en images