Cyrano de Bergerac

d'Edmond Rostand
Mise en scène Denis Podalydès

Du 28 juin 2013 au 28 juillet 2013
Durée du spectacle : 3h05 avec entracte
Richelieu

Il se bat avec panache et poésie, seul contre tous, et force l’admiration, celle de Roxane, sa cousine, dont il est amoureux. Cyrano surgit de sa boîte tel un diable pour interrompre une représentation, défier le public et les puissants. Mais Roxane aime Christian, incarnation de la beauté et de la jeunesse quand Cyrano, affligé d’un nez proéminent, est laid. Le destin place dans le même régiment les deux hommes, qui, contre toute attente, se lient d’amitié. Dénué d’esprit dès qu’il s’agit d’amour, Christian avoue son embarras à ne pas savoir séduire Roxane. Cyrano décide de l’aider à la conquérir, en lui soufflant ses mots et ses lettres. Les rivaux s’allient, et le stratagème fonctionne, Roxane s’éprend de Christian. Mais bientôt, ne supportant plus de ne pas être aimé pour lui-même, le jeune homme demande à Cyrano de tout avouer à Roxane, avant de mourir au combat. Cyrano choisit de se taire.


Auteur

Edmond Rostand

Peu de temps avant la première représentation, le 28 décembre 1897, Edmond Rostand (1868-1918) s’excusait auprès de Coquelin, pour qui il avait écrit Cyrano de Bergerac, de l’avoir « entraîné dans une pareille aventure ». Le succès fut unanime, le public de l’époque salua avec un exceptionnel enthousiasme cette pièce inspirée de la vie du poète et auteur dramatique Savinien Cyrano de Bergerac, qui met en relief la force de caractère de ce philosophe, ardent polémiste et homme d’armes. Un siècle plus tard, Cyrano reste une pièce à part dans le répertoire, populaire, profondément ancrée dans la culture et l’imaginaire français.


Metteur en scène

Denis Podalydès

Sociétaire depuis 2000, Denis Podalydès s’empare pour la première fois en 2006 du plateau de la Salle Richelieu avec Cyrano, l’un des plus grands succès de l’histoire de la Comédie- Française. Pour lui, Cyrano est « un rêve de théâtre total, un mélange des arts et des genres : opéra-bouffe, tragédie, drame romantique, poésie symboliste, farce moliéresque ». La mise en scène emprunte à ces divers genres et registres de la représentation pour former un tout à la fois hétéroclite et cohérent, un hommage drôle, émouvant, onirique à toutes les formes du spectacle vivant. Cette création a été récompensée par six Molières en 2007. En dehors de sa carrière d’acteur au théâtre et au cinéma, Denis Podalydès a mis dernièrement en scène l’opéra Don Pasquale de Gaetano Donizetti au Théâtre des Champs-Élysées et, à la Comédie-Française, Fantasio de Musset et Ce que j’appelle oubli de Laurent Mauvignier, qu’il reprend, seul en scène, cette saison au Studio-Théâtre.


Téléchargements

Téléchargement du programme