Lucrèce Borgia

de Victor Hugo
Mise en scène Denis Podalydès

Du 22 janvier 2016 au 30 avril 2016
Durée : 2h20 sans entracte
Richelieu

Pour sa troisième mise en scène à la Comédie-Française, après Fantasio et Cyrano de Bergerac repris cette saison, Denis Podalydès revient au siècle du romantisme en 2014 avec une des pièces maîtresses de Victor Hugo, Lucrèce Borgia, entrée au répertoire en 1918. « […] et maintenant mêlez à toute cette difformité morale un sentiment pur, […] le sentiment maternel ; dans votre monstre, mettez une mère ; […] et le monstre fera pleurer […] », lit-on dans la préface. La mise en scène d’Antoine Vitez, en 1985 à Avignon, a nourri le désir du metteur en scène de suivre Hugo dans son lyrisme pour « mieux descendre dans ce gouffre d’ombre qu’est Lucrèce Borgia, tragédie ambivalente et subversive, sorte de monstre de beauté comme d’inconvenance », pour restituer la violence poétique du drame incestueux. La pièce réclame une ampleur du geste, du sentiment, un jeu qui accepte le ridicule et l’exagération, marie sans retenue le grotesque et le sublime. « Hugo dans chaque scène s’emploie à tendre cet arc, à accentuer les contrastes. Cette loi fondamentale du drame, c’est bien dans Shakespeare que Hugo l’a prise. » La scène d’exposition s’ouvre sur une gondole où un groupe d’hommes débraillés, masques grotesques sur le visage, conte l’histoire de l’ignoble famille Borgia, rappelant comment les deux frères Cesare et Juan se sont entretués pour l’amour de leur soeur Lucrèce : « le travestissement, le masque viennent à la fois de la pièce et du désir de faire de Lucrèce moins une héroïne dramatique qu’une allégorie du paria. »


Téléchargements

Téléchargement du programme La pièce en images