Le Jeu de l'amour et du hasard

de Marivaux
Mise en scène Galin Stoev

Du 13 novembre 2012 au 3 janvier 2013
Durée du spectacle : 1h55 sans entracte
Richelieu

Attention, ce spectacle sera joué au Théâtre éphémère.

Promise à Dorante, Silvia obtient de son père de faire la connaissance de son prétendant sous le masque de sa servante Lisette, qui jouera le rôle de sa maîtresse. Lorsque Dorante se présente à son tour dans l’habit de son valet Arlequin qui endosse les vêtements de son maître, les couples réassortis sont pris à leur propre piège, sous le regard amusé et éclairé du père bienveillant. Face à ce jeu de hasard où les troubles bousculent les convenances, les protagonistes répondent en faussant la donne et jouent la comédie jusqu’à se perdre.

En partenariat avec Accès Culture (représentations indiquées sur les calendriers de l’alternance)


Auteur

Marivaux

C’est à la suite de la banqueroute de Law en 1720 que Marivaux (1688-1763) doit se résoudre à ne vivre que de sa plume. Auteur déjà prolifique, journaliste, romancier, il embrasse alors plus largement la carrière de dramaturge, écrivant principalement pour le Théâtre-Italien et ses acteurs, dont la fameuse Silvia. Et si, comme le rapporte d’Alembert, les acteurs italiens servent mieux son théâtre car « il faut que les acteurs ne paraissent jamais sentir la valeur de ce qu’ils disent », Marivaux écrit cependant une dizaine de pièces pour la Comédie-Française. Le Jeu de l’amour et du hasard est créé en 1730 par la troupe italienne avant d’être repris, officieusement, à la Comédie-Française en 1778 sous le titre Les Jeux de l’amour et du hasard.


Metteur en scène

Galin Stoev

Metteur en scène d’origine bulgare, Galin Stoev monte à la Comédie-Française La Festa de Spiro Scimone au Théâtre du Vieux-Colombier en 2007, Douce Vengeance et autres sketches de Hanokh Levin au Studio-Théâtre et L’Illusion comique de Pierre Corneille à la Salle Richelieu, en 2008. Il met en scène en 2009 Rose is a rose is a rose de Yana Borissova à Sofia (meilleur metteur en scène et meilleure production en Bulgarie), La vie est un rêve de Calderón au Théâtre de la Place à Liège en 2010 et Danse « Delhi » d’Ivan Viripaev au Théâtre de la Colline en 2011. Pour lui, dans Le Jeu de l’amour et du hasard, Marivaux permet à ses personnages de se livrer à leurs sentiments, voire à une transgression jubilatoire des règles sociales. Il les conduit ainsi dans le labyrinthe de leur trouble et de leurs peurs, pour leur faire prendre conscience que ce « jeu » était un divertissement sans conséquence, bien loin des représentations anarchiques produites par leur désir. Sans changer l’ordre social et ses déterminismes, il crée ce précieux espace de distraction dans lequel peuvent avoir lieu de véritables rencontres.


Téléchargements

Téléchargement du programme
Téléchargement du dossier pédagogique