Candide

de Voltaire
Mise en scène Emmanuel Daumas

Du 17 janvier 2013 au 3 mars 2013
Durée du spectacle : 1h15
Studio

Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles, au château de Thunderten- tronckh. Candide, jeune homme simple et de naissance illégitime, soupire pour Mlle Cunégonde, la fille du baron, et recueille avec dévotion les enseignements du philosophe Pangloss. Les caresses qu’échangent les jeunes gens font basculer ce miraculeux équilibre. Candide est chassé du château d’un grand coup de pied au derrière, tel Adam du paradis terrestre. S’ensuit une série de catastrophes, tandis que les protagonistes refusent de se départir de leur optimisme forcené. Sur fond de récit d’aventures, Voltaire dresse un inventaire de la misère humaine dans ses détails les plus atroces. Les personnages, séparés par la force des événements, se retrouveront à l’issue d’innombrables péripéties.


Auteur

Voltaire

Paru sous l’anonymat en 1759, le conte unanimement attribué à Voltaire (1694-1778) fait le tour des capitales européennes. Son insolence espiègle, l’ironie et le sarcasme signent ce texte qui dénonce l’optimisme leibnizien mué en fatalisme. Exilé à Genève au moment de la parution de l’ouvrage, Voltaire, dramaturge, philosophe qui a déjà été emprisonné, assiste impuissant à la condamnation prononcée contre l’entreprise de L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. La publication de Candide ou l’Optimisme est sans nul doute un moyen pour lui de continuer à transmettre les idées des Lumières. Le récit, truffé d’allusions à l’actualité politique, philosophique et littéraire, passionna l’élite des lettrés d’Europe. Voyage initiatique d’un naïf en barbarie, le cheminement de Candide s’apparente à celui de Voltaire lui-même.


Metteur en scène

Emmanuel Daumas

Ancien élève de l’ENSATT, comédien et metteur en scène, Emmanuel Daumas a mis en scène la saison dernière La Pluie d’été, de Marguerite Duras, au Théâtre du Vieux-Colombier. En adaptant Candide pour la scène, il souhaite renouer avec l’esprit débridé du xviiie siècle, déjanté et drôle à la fois. Pour lui, la moralité du conte rapproche cette oeuvre du théâtre de Tchekhov. Emmanuel Daumas a ainsi déjà abordé les thèmes du travail de la terre, dans sa dimension philosophique, du croupissement de l’être humain, de la souffrance mondiale et des destinées humaines vouées à l’effondrement dans un monde sans Dieu dans ses mises en scène de La Montée de l’insignifiance de Cornelius Castoriadis, de L’Ignorant et le Fou de Thomas Bernhard, de La Tour de la Défense de Copi, des Enfants d’Edward Bond et des Nègres de Jean Genet. Selon lui, la philosophie de Pangloss se conclut par un éloge du travail : « Il faut cultiver notre jardin. »


Téléchargements

Téléchargement du dossier de presse
Téléchargement du programme