Agamemnon

de Sénèque Le Jeune
Mise en scène Denis Marleau

Richelieu

Du 21 mai au 23 juillet 2011

Richelieu

Agamemnon

2011-05-21 00:00:00 2011-07-23 00:00:00

Lorsque le fantôme de Thyeste apparaît devant le palais des Atrides pour exhorter son fils Égisthe à tuer Agamemnon, tout est scellé. Le texte de Sénèque, qui dévoile la toute puissance des images sur les choses, ne se soucie pas de montrer l’action ; il donne la parole à Clytemnestre – qui répugne à tuer mais cède aux arguments d’Égisthe –, à Eurybate, messager qui décrit le naufrage de la flotte d’Agamemnon, mais surtout à Cassandre, butin ramené de Troie par Agamemnon. Cassandre n’a plus rien à perdre ; il ne lui reste qu’à raconter, dans une sorte de transe, la mort du héros grec en même temps qu’elle a lieu. La parole, celle des protagonistes ou celle des chœurs, ne peut rien arrêter. On voit Électre sauver Oreste de la fureur meurtrière de sa mère, puis être reniée. Au moment d’être immolée, Cassandre prédit la folie qui s’abattra sur les Atrides.

Avec le soutien de la Délégation générale du Québec en France.

Auteur Sénèque Le Jeune
Philosophe de l’école stoïcienne, dramaturge et homme d’État romain, il naît en l’an 4 av. J.-C. À Cordoue. Fils de Sénèque l’Ancien, il devient, en 31, conseiller à la cour impériale sous Caligula. En 50, il est préteur. Riche, influent, proche du pouvoir – il est le précepteur de Néron – il est mêlé à toutes les intrigues de cette période troublée de l’Empire, avant d’être acculé au suicide en 65. Il expose ses conceptions philosophiques dans des traités comme De la colère, De la brièveté de la vie et surtout dans ses Lettres à Lucilius. Ses tragédies, dont dix sont parvenues jusqu’à nous (Médée, OEdipe, Agamemnon, Phèdre, Thyeste, Hercule furieux, Les Phéniciennes…) constituent un parfait exemple du théâtre tragique latin et ont nourri le théâtre classique français du XVIIe siècle.

Metteur en scène Denis Marleau
Québécois, comédien de formation, il découvre le théâtre d’art à Paris à la fi n des années 1970. Il dirige depuis de nombreuses années une compagnie de création, UBU, dont il est metteur en scène attitré ; il est aussi scénographe, collagiste et créateur d’installations. Ses productions rayonnent dans le monde entier et se distinguent par leur direction de jeu autant que par une utilisation extrêmement originale des nouvelles technologies de l’image et du son. Amoureux de la diversité des champs littéraires, il a monté aussi bien Alfred Jarry que le dadaïste Kurt Schwitters, Beckett, Shakespeare, Pessoa, Jon Fosse, José Pliya ou Koltès, ainsi que de nombreux auteurs québécois. Ses spectacles sont régulièrement programmés en France, notamment au Festival d’Avignon (Nathan le Sage de Lessing, dans la Cour d’honneur du Palais des Papes en 1997, Les Aveugles de Maeterlinck en 2002, Une fête pour Boris de Thomas Bernhard en 2009).

Durée

1H30

Salle
logo-richelieu

Équipe Artistique

Traduction de : Florence Dupont
Mise en scène de : Denis Marleau
Collaboratrice artistique et Conception vidéo : Stéphanie Jasmin
Scénographie de : Michel Goulet
Costumes de : Patrice Cauchetier
Lumières de : Dominique Bruguière
Assistant lumières : François Thouret
Compositeur : Jean-Paul Dessy
Design sonore de : Nancy Tobin
Montage et staging vidéo de : Pierre Laniel
Maquillages de : Suzanne Pisteur

Distribution

La troupe