Bureau des lecteurs

Lectures d'auteurs contemporains

Vx-Colombier

Du 25 au 27 juin 2016

Vx-Colombier

Bureau des lecteurs

2016-06-25 00:00:00 2016-06-27 00:00:00

Le Bureau des lecteurs découvre des pièces d’auteurs contemporains, les lit et, le cas échéant, les met en lumière.

Découvrir les textes d'auteurs contemporains, les lire et, le cas échéant, les mettre à l'honneur, telle est la mission du Bureau des lecteurs. Présidé par Laurent Muhleisen, conseiller littéraire de la Comédie-Française, cette assemblée de dix personnalités, membres extérieurs et membres de la Maison, se réunit six fois par an et lit environ trois cents cinquante textes par saison. À l'issue de la sélection, six d'entre eux sont retenus et lus par les comédiens de la Troupe. De ces lectures émerge un "coup de cœur", élu par un groupe de spectateurs engagés qui suit l'ensemble du cycle.
C'est ainsi, sur la suggestion du Bureau, que furent créés au Studio-Théâtre Burn baby burn de Carine Lacroix et Le bruit des os qui craquent de Suzanne Lebeau en 2010, Lampedusa Beach de Lina Prosa en 2013 et Dancefloor Memories de Lucie Depauw en 2015 ; au Théâtre du Vieux-Colombier La Maladie de la famille M. de Fausto Paravidino en 2011, Erzuli Dahomey, déesse de l'amour de Jean-René Lemoine en 2012 et les deux autres volets du triptyque de Lina Prosa : Lampedusa Snow et Lampedusa Way en 2014 ; au Théâtre Éphémère Une puce, épargnez-la de Naomi Wallace en 2012.


Samedi 25 juin à 15h
Bois impériaux de Pauline Peyrade
Lecture dirigée par Nicolas Lormeau
avec Françoise Gillard, Nicolas Lormeau, Julien Frison, et Adrien Dupuis-Hepner, Laurent Muhleisen
Une autoroute, la nuit. Les panneaux défilent, ainsi que les kilomètres. À bord d'une voiture, Irina – qui conduit – et son frère Johannes. Ce dernier est inquiet. Où l'emmène-t-elle, où sont les cigarettes, pourquoi fait-il si chaud, si froid ? Qui est cet homme qui l'appelle et pourquoi lui raconte-t-elle ces choses obscènes ? Il lui fait jurer qu'elle ne le conduit pas dans un « centre ». Irina acquiesce, tempère, rassure ; elle fixe la route et avale de temps en temps un comprimé. Croyant avoir perdu son chemin, elle s'arrête dans une station-service perdue en pleine forêt et rencontre Serge, le gérant de l'endroit qui s'ennuie...
Réécriture lointaine d’Hansel et Gretel, Bois impériaux se pose à l’endroit de friction de deux lieux contradictoires : l’autoroute – métrée, grise, stérile – et la forêt – infinie, noire, mythique. Pauline Peyrade explore les zones d'incertitude, de non-dits, interroge le risque inhérent à chaque rencontre – même la plus convenue, les petits et les gros mensonges envers soi-même et envers les autres. Ce, dans une sorte de road movie noir à l'écriture précise comme un scalpel, ample comme un paysage.

Pauline Peyrade étudie la mise en scène à la Royal Academy of Dramatic Art (Londres) puis intègre le département Écriture dramatique de l’ENSATT en 2012. La même année, elle crée la revue Le bruit du monde. Elle est l’auteure des pièces 0615, mis en ondes sur France Culture en 2016 ; Vingt centimètres, lue à la Mousson d’hiver en 2014 et au Théâtre national de Toulouse en 2015 ; Ctrl-X, mise en scène par Cyril Teste en 2016 et publiée aux Solitaires Intempestifs avec Bois impériaux, lauréate de l’aide à la création du CnT. En 2015, Pauline Peyrade présente EST, créé avec Justine Berthillot dans le cadre des Sujets à vif, et TIR [je n’étais pas amoureux de toi], lu dans celui du projet Binôme au Festival d’Avignon. En 2016, elle devient auteure associée au Fracas, CDN de Montluçon-Auvergne dirigé par Carole Thibaut, et dramaturge de la saison 2016-17 du Théâtre POCHE/GVE dirigé par Mathieu Bertholet. Elle enseigne par ailleurs au sein des départements d’écriture dramatique de l’ENSATT (Lyon) et de l’École du Nord (Lille). Co-fondatrice de la compagnie #CiE avec Justine Berthillot, leur première création, POINGS, sera présentée au Festival SPRING en 2018.


Dimanche 26 juin à 20h30
Fumer de Josep Maria Miró (traduit du catalan par Laurent Gallardo)
Lecture dirigée par Adrien Dupuis-Hepner
avec Laurent Natrella, Julie Sicard, Nâzim Boudjenah et Pauline Clément
Dans le hall d'un hôtel d'une ville du Sud, Laura aborde Alex, qui est un peu plus jeune qu’elle, en lui demandant du feu. Alex attend sa femme, Eva, partie en ville alors que des émeutes commencent à éclater un peu partout et qu'il est vivement recommandé aux clients de l'hôtel de ne sortir sous aucun prétexte. Laura, grosse fumeuse, qui se moque bien des interdits, apprend à Alex qu'elle occupe avec son mari, Jaume, la chambre voisine de la leur. Par un jeu d'allusions et de provocations plus ou moins équivoques, Laura initie un jeu de chassés-croisés qui va la conduire dans la chambre du jeune couple, alors qu'Eva, de retour de son périple en ville (elle et son mari sont venus ici pour adopter un enfant, démarche que l'état insurrectionnel du pays rend particulièrement malaisé), se rendra dans celle de Jaume. Tout se brouille comme derrière un voile de fumée, la fumée des cigarettes de Laura... Aux troubles extérieurs font écho les troubles intérieurs. La nuit passe. Le lendemain matin, on se sépare comme si rien ne s'était passé...

Josep Maria Miró est né en 1977 à Vic (Catalogne). Il a exercé la profession de journaliste avant de s'adonner pleinement à l'écriture théâtrale. Diplômé en dramaturgie (Institut du Théâtre de Barcelone), il est l'auteur d'une quinzaine de pièces et lauréat de nombreux prix, notamment le Prix Born du meilleur texte catalan en 2009 avec La femme qui ratait tous ses avions et en 2012 avec Le Principe d’Archimède. Cette dernière pièce a connu un énorme succès, à l’affiche à Buenos Aires, Londres et Mexico, elle a été en juin 2014 élue Coup de cœur du public du Bureau des lecteurs au Théâtre du Vieux-Colombier. La même année, Josep Maria Miró mettait en scène Fumer au Théâtre national de Catalogne et écrivait Nerum Park, une commande du festival Grec créée au Théâtre Lliure. Metteur en scène de toutes ses pièces en Espagne, Josep Maria Miró est au répertoire de la Maison Antoine Vitez, centre international de la traduction théâtrale, dans les traductions de Laurent Gallardo.


Lundi 27 juin à 20h30
Extase et quotidien de Rebekka Kricheldorf (traduit de l'allemand par Mathieu Bertholet)
Lecture dirigée par Laurent Muhleisen
avec Martine Chevallier, Alain Lenglet, Florence Viala, Jérémy Lopez et Sébastien Pouderoux
Janne est un jeune quadragénaire moderne. Tous les jours, il fait quelque chose de sa vie. Il se fabrique un Moi optimisé, s’interroge sur ses motivations et dissèque tous ses choix de consommation pour y mettre à jour les restes d’un manque de réflexion. Katja, son ex, dépassée par l’éducation de leur fille River, cherche un peu de chaleur auprès de princes charmants successifs et se réconforte dans son amitié inextinguible avec la mère de Janne, Sigrun. Sigrun, elle, en a marre des hommes et de leur virilité dominatrice et a ainsi décidé de continuer sa vie sans eux.Le père de Janne, Günther, ethnologue globe-trotter, a dépassé ses préjugés chrétiens et euro-centrés et fête volontiers, au grand dépit de son fils « coincé », quelques rituels exotiques et érotiques dans leur salon. Alors qu’arrive en Allemagne le petit ami japonais de Günther, tous les membres de cette famille moderne voient leur ego, si chèrement construit et âprement défendu, se mettre à vaciller. Ils n'en cherchent que plus désespérément un moment d’extase, de dépassement, mais finissent quand même par se retrouver face à leurs limites, pour le meilleur et pour le pire...

Rebekka Kricheldorf est née en 1974 à Fribourg en Brisgau. Après des études de romanistique à la Humboldt Universität de Berlin, elle a suivi la formation Écriture scénique à l'Académie des arts de la même ville. Auteure reconnue et célébrée dans son pays, on la qualifie volontiers d'experte en méchantes satires sociales, à l'écriture aussi drôle que corrosive. Elle a été auteure en résidence au National theater de Mannheim en 2004. De 2009 à 2011, elle a été dramaturge, auteure en résidence et membre de la direction artistique du Théâtre de Jena. Ses pièces, pour lesquelles elle a obtenu de nombreux prix, ont été montées au Staatstheater de Kassel, au Stadttheater de Berne, au Schauspielhaus du Hambourg et au Théâtre d’Osnabrück. L'une de ses premières pièces, La Balade du tueur de conifères, a été traduite et publiée en français aux presses universitaires du Mirail. Parmi ses dernières pièces, on compte Feues les mains de Robert Redford (2010) ainsi que Villa Dolorosa (2011) et Testostérone (2013) – toutes deux présentées dans le cadre des Journées des auteurs du Deutsches Theater de Berlin.
Commandée par le Deutsches Theater de Berlin, où elle a été créée en janvier 2014, la pièce Extase et quotidien a été nominée la même année pour le prestigieux prix de Müllheim. En octobre 2015, sa création française a eu lieu au Théâtre de Poche de Genève dans une mise en scène de Guillaume Béguin. Le texte est publié, avec Villa dolorosa, aux éditions Actes Sud-Papiers.

Distribution

La troupe

Complément

et avec Adrien Dupuis-Hepner

Devenez spectateur engagé