Figaro divorce

de Ödön von Horváth
Mise en scène Jacques Lassalle

Richelieu

Du 31 mai au 19 juillet 2008

Richelieu

Figaro divorce

2008-05-31 00:00:00 2008-07-19 00:00:00

Quelques semaines après le mariage de Figaro et de Suzanne, quelque part en Europe, la révolution éclate.

Son imminence était palpable dans la pièce de Beaumarchais, elle bouleverse ici, de fond en comble, la vie et les rapports des protagonistes de l’histoire. Aidés par leurs valets, le comte et la comtesse Almaviva fuient le pays. La lente déchéance des deux aristocrates, incapables de s’adapter à leur nouvelle existence d’exilés, pousse le pragmatique Figaro à les abandonner ; il ouvre avec sa femme un salon de coiffure dans une petite ville de province. Et comme les affaires sont les affaires, il fait ce qu’il faut pour s’attirer les faveurs d’une clientèle à l’esprit étriqué. Suzanne, lassée, demande le divorce. Quant à Figaro, il voit le vent tourner ; il retourne dans le pays de la révolution, fait son autocritique et accède au poste d’administrateur du château comtal. Son ancien maître, criblé de dettes, est contraint de repasser la frontière dans l’autre sens, Suzanne à ses côtés. Se réconcilieront-ils avec Figaro, qui sert désormais l’État ?
L.M.


Ödön von Horváth, l'auteur
Le destin d’Ödön von Horváth (1901-1938) est étroitement lié aux bouleversements qui ont agité l’Europe autour de la Première Guerre mondiale. Ballotté entre plusieurs pays et langues sa vie durant, il met très tôt son talent aigu d’observateur de son époque au service de l’écriture. Il est l’auteur d’une vingtaine de pièces et de trois romans (Jeunesse sans Dieu, Un fils de notre temps, L’Éternel Petit-bourgeois) dans lesquels il fustige la médiocrité et la lâcheté de la petite-bourgeoisie des années 20 et 30, tout en élevant la tragi-comédie sociale à son sommet. Parmi ses pièces, citons Le Belvédère, Casimir et Caroline, Légendes de la forêt viennoise, L’Amour, la foi, l’espérance, Don Juan revient de guerre, Figaro divorce… Honni par le régime nazi, qualifié d’auteur dégénéré, ses œuvres sont interdites et il est contraint à l’exil. Il s’apprête à émigrer aux États-Unis lorsqu’il meurt victime d’un accident à Paris. Il est célébré comme l’un des plus grands dramaturges du XXe siècle.
L.M.

Jacques Lassalle, le metteur en scène
Jacques Lassalle est auteur et metteur en scène, mais aussi agrégé de lettres modernes. En 1967, il fonde le Studio-théâtre de Vitry-sur-Seine. Il y met en scène ses propres textes (Un dimanche indécis dans la vie d’Anna, Un couple pour l’hiver, Avis de recherche), et contribue à faire découvrir en France le théâtre du quotidien. Il dirige le Théâtre national de Strasbourg de 1983 à 1990, avant de devenir administrateur de la Comédie-Française de 1990 à 1993. Professeur au Conservatoire, il poursuit une carrière internationale de metteur en scène, abordant aussi bien le répertoire classique (Euripide, Molière, Racine, Marivaux, Goldoni, Büchner, Ibsen, Strindberg…) que moderne ou contemporain (Adamov, Sarraute, Duras, Jean-Pierre Sarrazac, David Hare, Jon Fosse). À la Comédie-Française, il a récemment signé les mises en scène de Platonov de Tchekhov (2003) et du Campiello de Goldoni (2006).

Accessibilité
Ce spectacle est accessible aux personnes sourdes et malentendantes
14/06/2008 - 20:30

Durée

3h avec entracte

Salle
logo-richelieu

Équipe Artistique

Mise en scène : Jacques Lassalle
assisté de : Annette Barthélémy
Scénographie : Géraldine Allier
Costumes : Renato Bianchi
Lumières : Franck Thévenon
Création coiffures et maquillages : Véronique Nguyen

Distribution

La troupe