Jacques Copeau, Pensées

de Jacques Copeau
Mise en scène Jean-Louis Hourdin

Vx-Colombier

Du 16 au 26 janvier 2008

Vx-Colombier

Jacques Copeau, Pensées

2008-01-16 00:00:00 2008-01-26 00:00:00

Jean-Louis Hourdin compose un spectacle à partir de textes de Jacques Copeau, choisis parmi ses nombreux articles, lettres, notes et conférences.

En écho surgissent les écrits de grands hommes du théâtre européen du XXe siècle. Acteurs et actrices s’emparent avec gourmandise et énergie de ces pensées pour faire résonner ces textes essentiels. L’occasion est donnée à la Comédie-Française de partager la parole de Jacques Copeau, rénovateur du théâtre et fondateur, en 1913, du Théâtre du Vieux-Colombier.
Fr.T.


Jacques Copeau, l'auteur
Critique littéraire et théâtral, comédien, metteur en scène, chef de troupe et auteur, Copeau consacre sa vie à l’art dramatique avec passion et respect. André Gide, avec qui il crée en 1908, la Nouvelle Revue Française, disait de lui « qu’il a profondément inscrit son nom dans l’histoire du théâtre, et la scène française n’est plus la même depuis son effort glorieux. » Avec ses élèves et les comédiens du Vieux-Colombier, sur le tréteau nu, Copeau donne sa place au poète et réinvente le théâtre. Avec ses compagnies, il veut « un théâtre pour poétiser la campagne, pour réunir paysans, bourgeois, lettrés et châtelains, pour établir comme jadis le théâtre grec, une communication entre eux et la terre qu’ils habitent. » À la Comédie-Française, dès 1936, il monte Le Misanthrope, Bajazet, Asmodée de Mauriac et Le Testament du père Leleu de Roger Martin du Gard. En 1940, à la demande d’Édouard Bourdet, il devient administrateur provisoire de l’illustre théâtre pendant un an et met en scène Le Cid de Corneille avec Jean-Louis Barrault. De sa maison de Pernand-Vergelesses en Bourgogne où il mourra en 1949, il publie Le Théâtre populaire, annonciateur de la décentralisation théâtrale.

Jean-Louis Hourdin, le metteur en scène
Comédien et metteur en scène, ancien élève de l’École de Strasbourg, il fonde en 1976 le Groupe régional d’action théâtrale. Avec le GRAT, il crée plus de vingt spectacles présentés dans toute la France et à l’étranger. En 2005, au Théâtre national de Chaillot, il crée, avec François Chattot, Veillons et armons-nous en pensée à partir du Messager hessois de Georg Buchner, duManifeste de Brecht, du Manifeste du parti communiste de Karl Marx. En juin 2007, en chef de troupe, Jean-Louis Hourdin crée à Dijon le spectacle Une confrérie de farceurs, présenté en septembre, au Théâtre du Vieux-Colombier. En digne héritier de Copeau, Hourdin défend un théâtre populaire, non-populiste, savant, non-élitiste. En 2004, il rachète à Catherine Dasté, petite-fille de Copeau, la maison de Pernand « pour qu’elle reste dans la famille théâtrale », celle des grammairiens de la parole poétique et des passeurs du verbe.
Fr.T.

Durée

1h30 sans entracte

Salle
-logo-2016-comedie-francaise-cmjn-vx-colombier-adresse-01

Distribution

La troupe