La Dame aux jambes d'azur

d'Eugène Labiche
Mise en scène Jean-Pierre Vincent

Studio

22 janvier 8 mars 2015

Studio

La Dame aux jambes d'azur

2015-01-22 00:00:00 2015-03-08 00:00:00

Ouverture musicale, lever de rideau sur la scène du Théâtre du Palais-Royal et…

... l’annonce que, faute de préparation, la première de La Dame aux jambes d’azur est remplacée par une répétition publique ! L’auteur est alors confronté à un invraisemblable enchaînement d’imprévus : le souffleur remplacé au pied levé par un machiniste analphabète, l’interprète de la princesse mangeant une saucisse et achevant son tricot, l’intrusion d’un confrère envahissant, le doge de Venise cherchant un appartement dans tout Paris… Labiche nous entraîne aux confins de l’absurde.


Eugène Labiche, l'auteur
Après quelques nouvelles et critiques dramatiques, Eugène Labiche écrit entre 1837 et 1877 près de cent quatre-vingts comédies et vaudevilles, presque toujours composés à quatre mains. L’impitoyable portraitiste de la bourgeoisie du Second Empire, dont il est lui-même issu, esquisse avec l’un de ses plus fidèles collaborateurs, Marc-Michel, une « pochade » plus savamment écrite que ne le suggère cette appellation. La Dame aux jambes d’azur parodie les sombres drames romantiques dont on se délecte alors. Elle est créée en 1857, un mois après L’Affaire de la rue de Lourcine, au Théâtre du Palais-Royal. Disparue depuis des affiches, elle met en scène les acteurs de ce théâtre à qui l’auteur destina la majorité de ses pièces, comédiens qui prêtent d’ailleurs leur nom aux personnages de la pièce : Arnal, Ravel, Grassot, Hyacinthe. Mais cette référence est dépassée pour caricaturer plus férocement le monde théâtral dans son ensemble.

Jean-Pierre Vincent, le metteur en scène
Jean-Pierre Vincent signe sa dixième mise en scène à la Comédie-Française dont il fut administrateur de 1983 à 1986. Il y a présenté dernièrement Ubu roi et Dom Juan (repris cette saison Salle Richelieu). Il monte pour la troisième fois Labiche, après les adaptations de L’Affaire de la rue de Lourcine en compagnie de Patrice Chéreau (1966) et La Cagnotte (TNS, 1971). « La charge radicale et hilarante contre la prétention et la médiocrité » amène Jean-Pierre Vincent à reprendre son histoire avec Labiche dont La Dame aux jambes d’azur préfigure pour lui les grands burlesques américains, tels Laurel et Hardy ou les Marx Brothers. Ce cauchemar de l’acteur et du metteur en scène incompétents, où triomphent l’échec et la « ringardise », est une formidable machine comique, grinçante : le spectacle d’un metteur en scène saisi dans une autodérision jubilatoire, « pris dans un tissu mortellement sérieux d’idioties absurdes ».

Équipe Artistique

Équipe artistique
Mise en scène : Jean-Pierre Vincent
Dramaturgie : Bernard Chartreux
Décor : Jean-Paul Chambas
Costumes : Patrice Cauchetier
Lumières : Alain Poisson
Musique originale : Pascal Sangla
Maquillages : Suzanne Pisteur
Assistante à la mise en scène : Frédérique Plain
Assistante décor : Carole Metzner
Assistante costumes : Bernadette Villard

Distribution

La troupe

Complément

et avec
Pianiste : Pascal Sangla
Homme orchestre : Philippe Briegh