Le Banquet

de Platon
Mise en scène Jacques Vincey

Studio

Du 25 mars au 9 mai 2010

Studio

Le Banquet

2010-03-25 00:00:00 2010-05-09 00:00:00

Lauréat d’un concours de tragédie, Agathon rassemble en sa demeure quelques amis pour célébrer sa victoire. Fatigués de boire, les convives décident de se livrer à une joute philosophique dont l’objet sera l’éloge de l’amour. Aux discours des sophistes succède celui d’Aristophane, poète comique, puis c’est au tour du poète tragique Agathon, avant que l’on ne sollicite l’avis tant attendu de Socrate. Il rapporte la conversation qu’il a eue avec la prêtresse Diotime et définit l’amour comme désir insatiable de possession du Beau et du Bien. Survient alors le bel Alcibiade, déjà bien éméché, qui relève à son tour le défi, mais au lieu d’un éloge de l’amour, il célèbre Socrate lui-même, objet de son amour et étrange substitut d’Éros. En se faisant l’écho de cette soirée mythique et par le procédé narratif de l’imbrication des discours, Platon met en scène Socrate en personnage central du Banquet qui seul reste éveillé quand les autres sont vaincus par l’ivresse.

Auteur Platon
Platon (428-347 avant J.-C.). Disciple de Socrate (469-399 avant J.-C.), Platon se fait le porte-parole du maître, qui n’a rien écrit, et dont la philosophie s’élabore dans l’art de la discussion. Platon entretient des rapports ambigus au théâtre, car s’il condamne l’homme de théâtre dans La République, comme pourvoyeur d’illusion, et donc d’erreur, il choisit lui-même une forme d’écriture dramatique, le dialogue. On peut considérer à bien des égards que les personnes historiques dont il rapporte les paroles sont des « personnages ». Tel un auteur dramatique, il n’intervient jamais dans les dialogues auxquels il aurait pu prendre part. Texte de la maturité, Le Banquet tient une place particulière au sein de l’oeuvre de Platon, oeuvre mythique qui inspire et nourrit notre culture depuis sa redécouverte à la Renaissance.

Metteur en scène Jacques Vincey
Comédien, Jacques Vincey a joué sous la direction de Patrice Chéreau, Bernard Sobel, Luc Bondy, Robert Cantarella, André Engel, Gabriel Garran, Laurent Pelly…. Scénographe et metteur en scène, il a monté récemment Madame de Sade de Mishima, Mademoiselle Julie de Strindberg, Le Belvédère d’Ödön von Horváth. Après Madame de Sade en 2008, pièce de femmes taraudées par leur désir-dégoût pour un homme absent, le « divin marquis », il s’intéresse ici à un texte d’hommes s’interrogeant sur l’amour et son objet, Socrate, qui, à la fois présent et absent, incarne le mouvement du désir en se dérobant sans cesse. Jacques Vincey a collaboré avec Muriel Mayette au Théâtre du Vieux-Colombier à deux reprises, pour Chat en poche de Feydeau (1998), puis pour la mise en scène de la pièce de Karin Mainwaring, Les Danseurs de la pluie (2001).

Équipe Artistique

Mise en scène de : Jacques Vincey
Scénographie : Mathieu Lorry-Dupuy
Lumières : Marie-Christine Soma
Assistée de : Yann Loric
Musique et sons : Alexandre Meyer

Distribution

La troupe

  • push1718-thierryhancisse

    Thierry
    Hancisse

    Apollodore, Aristodème, Phèdre, Socrate et Diotime

    Voir sa fiche
  • push1718-pierrelouiscalixte

    Pierre
    Louis-Calixte

    Eryximaque et Alcibiade

    Voir sa fiche
  • push1718-sergebagdassarian

    Serge
    Bagdassarian

    Agathon et Aristophane

    Voir sa fiche