Dimensions politiques à sa création

SUJET POLITIQUE, TERRIBLE ET SENSIBLE

Ma tragédie n’est pas moins la disgrâce d’Agrippine que la mort de Britannicus.

Ainsi Racine définit-il sa pièce dans sa préface. Pour l’auteur, le sujet politique et familial est donc tout aussi important que le sujet pathétique, mais la sensibilité du public de l’époque tend à le contrecarrer. Si Racine choisit d’intituler sa pièce du nom d’un personnage secondaire, c’est que le public de son époque s’émeut plus pour les figures attendrissantes, dont Britannicus est l’archétype. Le moraliste et critique Saint-Évremond loue la qualité des vers de Racine – « je ne serais pas étonné qu’on y trouvât du sublime » – mais condamne le sujet – « qui ne peut souffrir une représentation agréable. En effet l’idée de Narcisse, d’Agrippine et de Néron, l’idée, dis-je, si noire et si horrible qu’on se fait de leurs crimes, ne saurait s’effacer de la mémoire du spectateur ». La réception immédiate de la pièce semble en orienter l’interprétation.

À la création, c’est le sort du jeune Britannicus qui « touche » et ce n’est que vers le milieu du XVIIIe siècle que la tragédie s’équilibre en faveur de Néron. Le prince accablé par le destin s’efface alors devant le tyran.

visuel04-actualites-dimenstionspolitiquesdebritannicusasacreation

UNE PRISE DE POUVOIR LITTÉRAIRE

Politique par son sujet, la pièce l’est aussi par le contexte de sa création.

La préparation de cet évènement se joue dans les salons où Racine lit sa première pièce romaine inspirée de Tacite et Suétone, et où on laisse entendre qu’il s’est surpassé, écrivant la meilleure tragédie de son temps. On rapporte même qu’elle pourrait tout bonnement effacer la production tragique antérieure – notamment celle de Corneille – ce qui l’apparente à un coup d’État littéraire. Ces bruits n’ont peut-être pas servi la nouvelle pièce qui fait les frais de la cabale, et subit la concurrence d’une exécution capitale, le jour de la première représentation le 13 décembre 1669 à l’Hôtel de Bourgogne. Le dramaturge le reconnaît :

De tous les ouvrages que j’ai donnés au public, il n’y en a point qui m’ait attiré plus d’applaudissements ni plus de censeurs que celui-ci.

« Quelque soin que j’aie pris pour travailler cette Tragédie, il semble qu’autant que je me suis efforcé de la rendre bonne, autant de certaines gens se sont efforcés de la décrier. Il n’y a point de cabale qu’ils n’aient faite, point de critique dont ils ne se soient avisés. » La distribution compte alors les meilleurs comédiens en activité : Floridor (Néron), Brécourt (Britannicus), Hauteroche (Narcisse), Lafleur (Burrhus), D’Ennebaut (Junie), Des OEillets (Agrippine).

visuel02-actualites-dimenstionspolitiquesdebritannicusasacreation

DE L’INFLUENCE DU THÉÂTRE…

Pièce politique, elle l’est encore par la récupération qu’en fait la critique qui suppose que Louis XIV aurait trouvé une raison de renoncer à l’un de ses plaisirs favoris, celui de la danse, marquant un tournant du règne vers une austérité affichée. À l’acte IV, scène 4, vers 1467-1479, Narcisse rapporte à Néron que les Romains critiquent son goût et sa pratique du théâtre, incompatibles avec l’exercice du pouvoir : il se « donne en spectacle », et pervertit sa fonction. La vertu éducative du théâtre de Racine est ainsi soulignée par Boileau, qui, le premier, établit le parallèle avec Louis XIV, et à sa suite, par les historiens du théâtre : « Un très grand prince qui avait dansé à plusieurs Ballets, ayant vu jouer le Britannicus de M. Racine où la fureur de Néron à monter sur le théâtre est si bien attaquée, il ne dansa plus à aucun Ballet, non pas même au temps du Carnaval. »

visuel01-actualites-dimenstionspolitiquesdebritannicusasacreation

Photos : Brigitte Enguérand

Bienvenue

Samedi 15 décembre : nos salles sont ouvertes et les représentations sont maintenues. Cependant de nombreuses stations de métro et de RER seront fermées et les déplacements seront plus difficiles que d'habitude. Nous annoncerons tout changement éventuel sur notre site et sur Twitter.

Samedi 8 décembre : les représentations ont été annulées, vous trouverez les modalités de remboursement ci-dessous :
- pour les billets achetés sur notre site Internet www.comedie-francaise.fr, le remboursement se fera automatiquement sur la carte ayant servi au paiement des places, sur simple demande par e-mail à reservation.reponse@comedie-francaise.org
- pour les billets achetés auprès de la Comédie-Française par les autres canaux (correspondance, téléphone, guichets), merci de bien vouloir nous retourner vos billets accompagnés d’un RIB et d'indiquer la référence de votre commande le plus rapidement possible (et dans un délai de trois mois maximum à compter d’aujourd’hui)- par email : reservation.reponse@comedie-francaise.org
- pour les billets achetés auprès de la FNAC et de Ticketac, le remboursement se fera directement auprès du revendeur.

Nous vous prions de nous excuser et vous remercions de votre compréhension.

Important

Nous vous rappelons que vos téléphones portables doivent être éteints pendant toute la durée des représentations. Merci.

Cookies

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez notre politique de protection des données personnelles et notre politique de gestion des cookies ainsi que le dépôt de cookies et technologies similaires, destinés à (1) assurer le bon fonctionnement du site (authentification, suivi de panier de commande), (2) vous proposer des contenus adaptées à vos centre d’intérêts en fonction de votre navigation sur notre site et (3) réaliser des statistiques pour optimiser votre navigation sur le site. Vous avez la possibilité d'en apprendre plus sur le paramétrage de vos cookies en suivant ce lien, ou vous pouvez accepter les cookies en fermant cette fenêtre.

Vigipirate