Il était une fois

La Comédie-Française est une institution d’une rare longévité. Fondée il y a plus de trois siècles, elle n’a manqué disparaître qu’au moment des troubles révolutionnaires, pour une très courte période. Elle a donc la particularité d’inscrire dans la durée une activité par essence éphémère. Marquée dès son origine du sceau du pouvoir, la chronologie de son histoire propre croise bien souvent celle de l’histoire nationale.

1670

chrono02_1670

À Paris, trois troupes de théâtre rivales coexistent : celle du Marais, celle de l'Hôtel de Bourgogne et celle du Palais-Royal, dirigée par Molière.

1673

chrono03_1673

Après la mort de Molière, les comédiens du Marais rejoignent sur ordre royal la troupe des comédiens de Molière. Cette nouvelle troupe s'installe à l'Hôtel Guénégaud, rue Mazarine.

1680

chrono04_1680-10-21

La disparition de La Thorillière, chef de la troupe de l'Hôtel de Bourgogne, dernière rivale à Paris de la troupe de Molière, va entraîner une ultime jonction.
Le 18 août, un ordre du Roi, expédié de Charleville, enjoint aux deux dernières troupes de comédiens français établis dans Paris de jouer dorénavant ensemble.
Le 25 août, jonction entre les comédiens de l'Hôtel de Bourgogne et ceux de l'Hôtel Guénégaud, ancienne troupe de Molière, dont le chef est La Grange. Les comédiens donnent leur première représentation commune.
Le 21 octobre, une lettre de cachet, signée à Versailles, consacre la fondation d'une troupe unique, composée de 27 comédiens et comédiennes choisis par le Roi pour leur excellence, dans le but de « rendre les représentations des comédies plus parfaites ». La Troupe unique jouit du monopole des représentations en français, à Paris et dans les faubourgs. À son répertoire figurent Corneille, Molière et Racine, mais aussi Rotrou, Scarron...

1681

chrono05_1681-01-05

Le 5 janvier, les Comédiens-Français se lient entre eux, selon les anciennes traditions des troupes théâtrales, par un acte d'association qui ne sera jamais remis en cause. La Troupe réunit des comédiens fameux, tels que : Armande Béjart, Catherine De Brie, La Grange, Hubert, Du Croisy, Baron, Jeanne Beauval, Mademoiselle Champmeslé, l'interprète favorite de Racine, Poisson, créateur du personnage de Crispin, etc. Comme leurs aînés, les comédiens vivent du partage des bénéfices de la recette.

1682

chrono06_1682-08-24

Le 24 août, dotés d'un brevet de pension de 12 000 livres, les membres de la Troupe vont connaître les avantages d'une protection de tutelle, mais en contrepartie de cette subvention, ils se trouvent plus étroitement assujettis aux caprices royaux et aux interventions des gentilshommes de la Chambre. La devise de la Troupe Simul et singulis (« être ensemble et être soi-même ») et l'image de la ruche bourdonnante sont frappées sur le jeton de présence de ses assemblées. Le privilège des « Comédiens du Roy » est souvent remis en cause par les troupes rivales, théâtre de la Foire et surtout Comédiens-Italiens. C'est par opposition à ceux-ci que se répand le nom de Comédie-Française.

1687

chrono07_1687-06-20

Les comédiens reçoivent l'ordre de quitter leur théâtre, l'Hôtel Guénégaud, dont la proximité effarouche les ecclésiastiques du nouveau collège des Quatre-Nations (aujourd'hui l'Institut, quai de Conti).

1689

chrono08_1689

Après diverses tentatives infructueuses, la Troupe s'installe rue des Fossés-Saint-Germain (n°14 de l'actuelle rue de l'Ancienne-Comédie). Le 18 avril, le théâtre construit par l'architecte François d'Orbay ouvre ses portes. Au répertoire figurent les comédiens-auteurs, Champmeslé, Dancourt et Poisson, en compagnie de Dufresny, Regnard et Crébillon... Les succès n'empêchent pas la Troupe de surmonter avec difficulté les années de crise de la fin du règne de Louis XIV.

1716

chrono09_1716

L'avènement du Régent, avec un retour au luxe et au plaisir, contraint les Comédiens-Français à brandir leur monopole face à la Troupe reconstituée des Comédiens-Italiens et au théâtre de la Foire qui prospère. La compagnie renouvelée inscrit à son répertoire les premières tragédies de Voltaire, des œuvres de Destouches, Gresset, Piron, Fagan, Nivelle de La Chaussée, créateur d'un nouveau genre dramatique, la « comédie larmoyante ». En concurrence avec les Italiens, quelques-unes des comédies de Marivaux entrent au Répertoire. Leurs interprètes ont pour nom Mademoiselle Duclos, Mademoiselle Dangeville, Adrienne Lecouvreur ; puis, au milieu du siècle, Mesdemoiselles Clairon, Gaussin, Vestris, et les comédiens Le Kain, Préville, Molé...

1756-1759

chrono10_1756-1759

Face à l'autorité des Premiers gentilshommes de la Chambre, chargés d'appliquer les nouveaux règlements mis en place en 1757 et 1766 par Louis XV qui a pris en charge les dettes de la société, les Comédiens-Français s'affirment, construisent de petites loges, d'un gros rapport, et, avec l'appui de Voltaire, débarrassent la scène des banquettes réservées aux spectateurs privilégiés. La mise en scène, le décor, le costume, le jeu évoluent, sous l’influence notamment de Le Kain et Mademoiselle Clairon, vers plus de naturel et d’authenticité.

1762-1765

chrono11_1762-1765

La Troupe se heurte à l'Église lors de l'affaire Crébillon – un service funèbre à la mémoire du poète tragique commandé par les Comédiens, « excommuniés », déchaîne les foudres de l'archevêque de Paris. Le pouvoir intervient également lors de l'affaire Dubois, qui se termine par l'incarcération des Comédiens – ceux qui avaient refusé de jouer avec leur camarade malhonnête, mais hautement protégé – et la retraite de Mademoiselle Clairon.

1770

chrono12_1770

Les comédiens quittent leur théâtre vétuste et s'installent provisoirement dans la Salle des Machines du Palais des Tuileries. Larive, Dazincourt, Fleury et Mademoiselle Contat y connaissent leurs premiers succès.

1775

chrono13_1775

Création du Barbier de Séville de Beaumarchais avec Préville dans le rôle de Figaro.

1778

chrono14_1778

Apothéose de Voltaire : son buste est couronné sur la scène en présence de l’auteur.

1782

chrono15_1782

La Troupe inaugure sa nouvelle salle du Faubourg-Saint-Germain (l’actuel Odéon), construite pour elle par les architectes Peyre et de Wailly. Le parterre est assis.

1784

chrono16_1784

Création triomphale et tumultueuse du Mariage de Figaro de Beaumarchais, comédie annonciatrice de l’esprit révolutionnaire.

1789

chrono17_1789

La Comédie-Française, à la suite des événements politiques, prend le nom de Théâtre de la Nation. La Révolution accorde aux comédiens les droits civils qu'on avait continué de leur dénier en dépit d’une déclaration promulguée en 1641 par Louis XIII, mais elle met fin à sa situation privilégiée. La pension royale est supprimée, les décrets de 1790 et 1791 abolissent le monopole qu'elle exerçait sur le répertoire français. Au cours de cette période, la Comédie-Française connaît tous les périls, la dissidence des comédiens “républicains”, qui scinde la Troupe : conduits par Talma, ils s'installent dans un théâtre récemment construit par Victor Louis, rue de Richelieu, dit Théâtre de la République.

1793

chrono18_1793

Le 3 septembre, le patriotisme des comédiens « monarchistes » ayant été mis en cause par leur choix de répertoire, le Comité de salut public ordonne la fermeture de leur théâtre à l'Odéon, leur arrestation et la saisie de leurs papiers. Le dévouement d'un obscur acteur, Charles Labussière, employé au Comité de salut public, les sauve de la guillotine. La chute de Robespierre leur rend la liberté ; mais ruinés, sans salle de théâtre, les Comédiens se dispersent dans d'éphémères troupes de Paris et de province.

1799

chrono19_1799

La tempête politique apaisée, la réunion de la Troupe est réalisée à l'instigation de l'écrivain François de Neufchâteau, devenu ministre de l'Intérieur, puis membre du Directoire.
Le gouvernement concède à la Société des Comédiens-Français le Théâtre Français de la République, rue de Richelieu. Le 30 mai, la nouvelle Comédie-Française ouvre ses portes, le 11 prairial an VI. Napoléon se fait le protecteur de la Comédie-Française.

1804

chrono20_1804

Le 17 avril, les Comédiens-Français signent un nouvel acte de société.

1812

chrono21_1812

Le 15 octobre, le décret de Moscou, signé de Napoléon, ratifie et complète les règlements établis. Dominés par Talma, les nouveaux sociétaires, parmi lesquels Mademoiselle George et Mademoiselle Duchesnois, se disputent les faveurs du public dans un répertoire classique éprouvé qui surclasse un répertoire contemporain médiocre.

1826

chrono22_1826

La mort de Talma prive la Troupe de sa principale étoile. Le Répertoire en crise est prêt à accueillir les auteurs de la nouvelle école romantique.

1830

chrono23_1830

Sous la direction du baron Taylor, commissaire du gouvernement, Alexandre Dumas, Alfred de Vigny, Victor Hugo imposent le nouveau genre au Répertoire : le drame romantique connaît son point culminant avec la bataille d'Hernani, le 25 février 1830, tandis qu'évoluent le jeu des acteurs, la mise en scène et la conception du décor.

1843

chrono24_1843

Échec des Burgraves de Victor Hugo. La tragédie classique revient à la mode, magistralement servie par une tragédienne exceptionnelle, Rachel, véritable vedette d'une troupe renouvelée.

1847

chrono25_1847

Entrée de Musset au Répertoire avec Un caprice.

1849

chrono26_1849

Le prince-président Louis Napoléon met fin à une longue période de flottement administratif et financier en créant la fonction d'administrateur, dépendant directement du ministère de l'Intérieur.

1850

chrono27_1850

Les deux premiers administrateurs nommés, successivement Arsène Houssaye (1850-1856) et le baron Empis (1856-1859), font de la Comédie-Française la troupe ordinaire de l'empereur.

1859-1871

08.11.1862---Sarah-Bernhardt,-vers-1862,-photo

Sous l'administration d'Édouard Thierry, une troupe homogène, où figure quelques mois la jeune Sarah Bernhardt, fait triompher la comédie bourgeoise et consacre des auteurs comme Banville, Ponsard, Émile Augier.

1870

chrono29_1870

Pendant le siège de Paris, le foyer est transformé en lieu d'accueil des blessés.

1871

chrono30_1871

Edmond Got organise une première tournée à Londres qui permet de renflouer la trésorerie du théâtre.

1871-1885

chrono31_1871-1885

Le nouvel administrateur, Émile Perrin, ancien directeur de l'Opéra, attire à la Comédie-Française le Tout-Paris. Une troupe d'élite, où brillent Sarah Bernhardt – réengagée –, Jeanne Samary, Mounet-Sully, les Coquelin... joue Hugo, Dumas fils, Pailleron, Bornier, Coppée et Erckmann-Chatrian dans les mises en scène somptueuses de l'administrateur qui inaugure le système des abonnements.
La création des Corbeaux d'Henry Becque introduit le naturalisme au Répertoire.
Mounet-Sully triomphe dans Œdipe roi, puis dans Hamlet, dernière mise en scène de Perrin avant sa mort.

1885-1913

Les vingt-huit années de l'administration Claretie sont caractérisées par des difficultés financières, une troupe tragique plus brillante que la troupe comique, et un répertoire contemporain où domine la comédie de mœurs (Hervieu, Brieux, Lavedan, Donnay, Porto-Riche, Bataille, Mirbeau, de Flers et Caillavet).

1891

chrono33_1891

La création mouvementée de Thermidor de Victorien Sardou, en pleine crise boulangiste, met la Comédie-Française au centre de l’échiquier politique de la troisième République. L'entrée de Rostand, Jules Renard et Courteline diversifie le Répertoire.

1900

chrono34_1900

L'incendie du théâtre fait errer la Troupe de salle en salle pendant six mois.

1901

chrono35_1901

Coup de force de l’administrateur contre les comédiens, le Comité de lecture est supprimé, laissant Claretie seul maître du Répertoire.
Il sera rétabli en 1910.

1908

chrono36_1908

Les Comédiens-Français, sous la direction artistique de Charles Le Bargy, collaborent aux premiers films des Studios des Films d'art.

1913-1936

push10theatre-armees

Sous les administrations d'Albert Carré (ancien directeur de l'Opéra-Comique), puis de l'auteur dramatique Émile Fabre, la Comédie-Française vit une période de transition. Elle participe pendant la guerre aux représentations du Théâtre aux Armées, donne des galas à bénéfice et joue des œuvres à caractère patriotique.
Émile Fabre, malgré les crises financières et politiques de l'après-guerre, parvient à accueillir une nouvelle génération d'auteurs dramatiques (Jean-Jacques Bernard, Paul Raynal, André Obey) tout en célébrant le tricentenaire de la naissance de Molière et le centenaire du Romantisme. Il fait entrer au Répertoire des auteurs étrangers (d’Annunzio et Ibsen), met en scène le grand répertoire : Musset, Balzac...

1933

chrono37_1933

Le Coriolan, adapté de Shakespeare, mis en scène par Émile Fabre, provoque des incidents à la veille du 6 février 1934.
Émile Fabre est démis, puis réintégré.

1935

chrono38_1935

La Comédie-Française participe aux premières retransmissions radiophoniques.

1936

chrono39_1936

L'auteur dramatique Édouard Bourdet est nommé administrateur.
Il est assisté par un Comité consultatif composé des metteurs en scène issus du Cartel : Jacques Copeau, Gaston Baty, Charles Dullin et Louis Jouvet. Ces metteurs en scène apportent un regard neuf sur les classiques tandis que des auteurs contemporains français et étrangers – Giraudoux, Lenormand, Mauriac, Romain Rolland, Pirandello – font leur entrée en force au Répertoire.

1940-1946

chrono40_1940

Pendant la guerre vont se succéder les administrateurs Jacques Copeau, Jean-Louis Vaudoyer et, à la Libération, Pierre Dux. Ils s'efforcent de préserver l'intégrité et le prestige de la Comédie-Française où, en pleine occupation allemande, triomphent La Reine morte de Montherlant et Le Soulier de satin de Claudel.

1946

chrono41_1946

Un important décret accorde à la Comédie-Française l'exploitation de l'Odéon – appelé Salle Luxembourg pour le distinguer de la Salle Richelieu – et provoque le départ d'un groupe de sociétaires.

1946-1960

Les administrateurs André Obey, Pierre-Aimé Touchard, Pierre Descaves et Claude de Boisanger affrontent les différentes crises et accroissent le nombre des acteurs.

1959

chrono43_1959

L'Odéon est retiré à la Comédie-Française.

1960-1970

push02-loge

Maurice Escande ouvre le théâtre aux nouveaux acteurs et aux metteurs en scène extérieurs.

1960-1983

De 1960 à 1983 se succèdent trois administrateurs-comédiens, tous issus de la Comédie-Française.

1970-1979

389push1718_pierredux

Pierre Dux continue cette politique en faisant venir des metteurs en scène étrangers. Il célèbre le tricentenaire de la mort de Molière, travaille à la réforme administrative et à la rénovation du théâtre.
L'exploitation de l'Odéon revient dans le giron de la Comédie-Française en 1971.

1979-1983

436push1718_jacquestoja

Jacques Toja succède à Pierre Dux.

1980

cover36-aff

Jacques Toja assume la responsabilité des spectacles et de l’exposition du tricentenaire de la Comédie-Française, puis célèbre, en invitant de nombreuses et grandes troupes étrangères, le bicentenaire de l'Odéon (1982).

1983

chrono47_1983

Félicité de Jean Audureau bouscule les spectateurs et la critique.

1983

Nomination de Jean-Pierre Vincent, ancien directeur du Théâtre national de Strasbourg, comédien et metteur en scène de la décentralisation.
Il entend diriger le théâtre « depuis le plateau ». Son mandat marque une rupture avec le choix de nouveaux auteurs et l’esthétique des nouvelles présentations.
Les soirées habillées du mardi sont supprimées.

1983

L'Odéon est retiré à la Comédie-Française.

1983-1990

La décennie est marquée par le mandat de quatre administrateurs.

1984

Jean-Pierre Vincent renonce à briguer un second mandat.

1984

chrono59-1984

La nouvelle présentation de Bérénice par Klaus-Michaël Grübe marque un renouveau de la dramaturgie.
Jean Genet entre au répertoire avec Le Balcon.

1986

Le Songe d’une nuit d’été monté par Jorge Lavelli est un événement.

1986

chrono48_1986

Jean Le Poulain, sociétaire de la Comédie-Française, est nommé administrateur. Il doit faire face à une opposition d’une partie de la Troupe. Le répertoire classique prime sur la programmation audacieuse de son prédécesseur.
Le Théâtre national de l'Odéon est rattaché à la Comédie-Française.

1988

chrono60-1988

Le 1er mars, décès de Jean Le Poulain avant la fin de son mandat. La Doyenne, Claude Winter, assure l’intérim.

1988

chrono49_1988

Le 15 juin, Antoine Vitez, directeur du Théâtre national de Chaillot, est appelé aux fonctions d'administrateur général. II prend en charge la programmation de son prédécesseur.

1989

Antoine Vitez ajoute à la programmation établie Le Mariage de Figaro de Beaumarchais pour célébrer le bicentenaire de la Révolution française.

1989-1990

La saison 1989/1990 est marquée par des spectacles notoires : entrée au Répertoire de Jean-Paul Sartre, avec Huis clos (mis en scène par Claude Régy), création à la Comédie-Française de La Vie de Galilée de Bertolt Brecht, dans une mise en scène d'Antoine Vitez, dont ce sera le dernier spectacle.
L'Odéon est de nouveau retiré à la Comédie-Française.

1990

Le 30 avril, Antoine Vitez disparaît brutalement.

1990

Le 4 juillet, Jacques Lassalle, directeur du Théâtre national de Strasbourg, est appelé aux fonctions d'administrateur général. II met en scène des œuvres de Marivaux, Goldoni et Molière.

1991

chrono63-1991

Aimé Césaire entre au Répertoire avec La Tragédie du roi Christophe (mise en scène d'Idrissa Ouédraogo).

1993

En juillet, Jacques Lassalle quitte ses fonctions après avoir monté Dom Juan de Molière avec les Comédiens-Français au Festival d'Avignon.

1993

5 août. Nomination au poste d’administrateur général de Jean-Pierre Miquel, metteur en scène, récent directeur du Conservatoire.
L'approfondissement du répertoire classique et moderne, l'ouverture au théâtre étranger et contemporain marquent la programmation des spectacles présentés à la Salle Richelieu et au Théâtre du Vieux-Colombier.

1993

chrono51_1993

Le Théâtre du Vieux-Colombier (300 places), promis à la Comédie-Française depuis 1988, est rouvert.

1994

chrono52_1994

D'importants travaux de modernisation de la cage de scène et de réfection de la salle sont entrepris. Pendant ces travaux, la Comédie-Française maintient son activité à Paris et se délocalise en province.

1995

chrono53_1995

Les statuts sont à nouveau modifiés.
Le 1er avril, la Comédie-Française devient un Établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) placé sous la tutelle du ministre de la Culture. La durée du mandat de l’administrateur général est portée à cinq ans, renouvelable par périodes de trois ans.

1996

chrono54_1996

Une troisième salle, le Studio-Théâtre (136 places), est inaugurée à l'automne au Carrousel du Louvre.

1998

Le mandat de Jean-Pierre Miquel est renouvelé jusqu’en 2001.

2001

chrono55_2001

Le 4 août, Marcel Bozonnet, metteur en scène, comédien dans la Troupe de 1982 à 1992, puis directeur du Conservatoire national supérieur d'art dramatique, est nommé administrateur général.
Il programme un répertoire qui balaie toutes les époques, entendant nourrir la création des échos du passé.

2002

chrono64-2002

Entrée au Répertoire de Savannah Bay de Marguerite Duras.

2003

chrono65-2003

Papa doit manger de Marie NDiaye.

2004

chrono66-2004

Place des Héros de Thomas Bernhard entre au Répertoire.

2005

chrono67-2005

Le dialogue entre théâtre et musique est ravivé. Première de L'Amour médecin et Le Sicilien ou l'Amour peintre de Molière en coproduction avec les Arts Florissants.

2006

chrono68-2006

L'Espace furieux de Valère Novarina entre au Répertoire.

Et, hors Répertoire, Gao Xingjian, Tony Kushner, Lars Norén, Philippe Minyana.

La fin du mandat de Marcel Bozonnet est marquée par la polémique autour de « l’affaire Peter Handke », auteur déprogrammé en raison de ses liens avec Milosevic.

2006

477push1718_murielmayette

Muriel Mayette-Holtz est la première femme nommée à la tête de la Comédie-Française.
Comédienne issue de la Troupe, metteure en scène, elle diversifie les propositions en marge des spectacles théâtraux (cabarets, débats, cartes blanches, portraits d’acteurs et de métiers, Lectures des sens…) et le Répertoire s’ouvre sur de nouveaux horizons.

2007

chrono69-2007

Entrée au Répertoire du Retour au désert de Bernard-Marie Koltès.

2009

Pour servir le Répertoire, la Troupe compte désormais sur la coopération de six élèves comédiens issus de grandes écoles de théâtre et engagés pour une saison.

2009

chrono70-2009

Entrée au répertoire de L'Ordinaire de Michel Vinaver.

2010

À partir de 2010, sur le plan audiovisuel, des collaborations importantes sont signées : retransmissions de représentations, tournages de fictions in situ, collaborations avec des réalisateurs (Mathieu Amalric, Valérie Donzelli, Arnaud Desplechin, Valeria Bruni-Tedeschi) pour tourner des films originaux avec la Troupe autour des pièces programmées.

2010

chrono71-2010

Entrée au répertoire de Mystère Bouffe 1 et 2 de Dario Fo.

2011

iletaitunefois-2011

Première tournée de la Comédie-Française en Asie (Chine, Corée, Taïwan) avec Le Malade imaginaire de Molière (mise en scène de Claude Stratz).

2011

chrono72-2011

Un tramway nommé désir de Tennessee Williams : premier texte américain au Répertoire.

2012

chrono73-2012

Entrée au Répertoire d'Une puce, épargnez-la de Naomi Wallace.

2012-2013

chrono74-2012-2

À la suite de la fermeture de la Salle Richelieu pour d’importants travaux de rénovation, la Troupe investit des lieux inédits : le Théâtre Éphémère dans le jardin du Palais-Royal, le Salon d’Honneur du Grand Palais avec Peer Gynt d’Ibsen (mise en scène Éric Ruf).

2013

chrono75-2013

Rituel pour une métamorphose de Saadallah Wannous : premier texte de langue arabe au Répertoire.

2014

push1718_ericruf

Le sociétaire (comédien dans la Troupe de 1993 à 2014), décorateur et metteur en scène Éric Ruf est nommé administrateur général.
Il se donne notamment pour mission de faire travailler la Troupe avec de grands metteurs en scène internationaux, de revenir au Festival d’Avignon et d’entamer le chantier de la Cité du Théâtre.

2016

chrono58-2016

Le président de la République annonce la création de la Cité du Théâtre.

2016

iletaitunefois-2016-1-

Première retransmission en direct d’une pièce (Roméo et Juliette, mise en scène Éric Ruf) au cinéma grâce au partenariat mis en place avec Pathé Live.

2016

chrono77-2016

Retour de la Comédie-Française à Avignon, après 23 ans d’absence. Première représentation des Damnés (d’après le scénario de Visconti, Badalucco et Medioli, mise en scène Ivo van Hove) dans la Cour d'Honneur du Palais des Papes.

2016-2017

iletaitunefois-16.17

Entrée de scénarii au Répertoire (Les Damnés d’après le scénario de Luchino Visconti, Nicola Badaluco et Enrico Medioli et La Règle du Jeu d’après Jean Renoir).

Bienvenue

SAISON 2019-2020

Voir ou revoir la présentation de la saison 2019-2020 par Éric Ruf en vidéo.
Achat des places pour la saison 2019-2020
Les ventes pour la saison 19-20 se font uniquement sur notre site Internet ou par téléphone 01 44 58 15 15.
Aucune demande pour la saison 2019-2020 ne sera traitée aux guichets.
Attention : les cartes Comédie-Française sont épuisées pour la saison 2019-2020
Documents au format PDF :
Brochure de saison
Calendrier 1 (septembre-mars)

Important

Nous vous rappelons que vos téléphones portables doivent être éteints pendant toute la durée des représentations. Merci.

Cookies

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez notre politique de protection des données personnelles et notre politique de gestion des cookies ainsi que le dépôt de cookies et technologies similaires, destinés à (1) assurer le bon fonctionnement du site (authentification, suivi de panier de commande), (2) vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêts en fonction de votre navigation sur notre site et (3) réaliser des statistiques pour optimiser votre navigation sur le site. Vous avez la possibilité d'en apprendre plus sur le paramétrage de vos cookies en suivant ce lien, ou vous pouvez accepter les cookies en fermant cette fenêtre.

Vigipirate

Suite au renforcement du plan Vigipirate, toute personne se présentant avec une valise ou un sac (hors sac à main) se verra interdire l'accès à l'enceinte des trois théâtres de la Comédie-Française.
Pour faciliter les contrôles, merci d'arriver au minimum 30 minutes avant le début des représentations.