François Joseph
Talma

195e sociétaire

Entré à la Comédie-Française en 1787 ; sociétaire en 1789 ; doyen de 1824 à 1826.

Le plus grand acteur tragique de l'histoire du théâtre français, l'une des personnalités-phares de l'époque révolutionnaire et de l'Empire, interprète d'une époque, rénovateur et innovateur de l'art dramatique, François-Joseph Talma est un des rares acteurs dont le nom reste présent dans la mémoire populaire, entré vivant dans la légende.

Ses débuts sont modestes. Il apprend le métier de dentiste qu'exerce à Londres son père, ancien homme de confiance d'un noble seigneur anglais, et fait du théâtre en amateur. Il abandonne bientôt définitivement « le davier pour le cothurne » et entre, en 1786, à l’École royale dramatique nouvellement fondée, où il est un des premiers élèves de Dugazon, Molé et Fleury.
Il débute à la Comédie-Française, en 1787, dans le rôle de Séide du Mahomet de Voltaire. Sa prestance, sa voix, sa sensibilité sont aussitôt saluées par la critique qui pressent en lui un très grand tragédien. Il reste deux années pensionnaire dans les troisièmes rôles.

Dernier sociétaire nommé en 1789, c'est à lui qu'échoit le rôle-titre – refusé par d'autres – de Charles IX dans la tragédie de Marie-Joseph Chénier. Il y remporte le premier triomphe de sa carrière, y montre son goût pour l'exactitude historique (costume et maquillage) et ses sympathies politiques pour l'idéal révolutionnaire qu'il va bientôt incarner au sein de la troupe. La situation devient très tendue entre les deux partis qui s'affrontent à la Comédie-Française. Un duel Talma/Naudet a même lieu et, malgré les ordres donnés par la municipalité de Paris pour que les acteurs jouent tous ensemble, Talma finit par démissionner en avril 1791. Il emmène avec lui Dugazon, Grandmesnil, Monvel, Madame Vestris, Mademoiselle de Garcins au théâtre construit rue de Richelieu, qui prend le nom de Théâtre de la République, et ouvre avec Henri VIII de Marie-Joseph Chénier. Talma est déjà une « vedette » à cette époque, il a révolutionné le costume, continuant l'œuvre de Le Kain et de Mademoiselle Clairon, en restituant aux tragédies les costumes antiques. Il a osé, au grand scandale de ses camarades, jouer Brutus de Voltaire en toge romaine, les jambes et les bras nus, les cheveux coupés court, aidé dans ses recherches par le peintre David, dont il fréquente l'atelier.

Acteur d'instinct, il se signale aussi par son expression du naturel, plus proche du ton parlé que de l'incantation déclamatoire, accordant une importance nouvelle au jeu muet et à la « mise en scène ». Par son mariage avec Julie Carreau, ex-danseuse de l'Opéra, femme à la mode tenant salon dans son hôtel de la rue Chantereine, il a une position d'homme riche et en vue. Il réussit à ne pas se compromettre politiquement, malgré les calomnies répandues sur son compte au moment de l'incarcération de ses anciens camarades. Au contraire, sa nature généreuse le porte à user de son influence pour les sauver. Il reprendra d'ailleurs tout naturellement sa place dans la Société à la réunion de 1799, dont le premier spectacle est Le Cid, avec Talma-Rodrigue. Séparé de sa première femme, qui mourra dans les bras de Benjamin Constant, Talma épouse en 1802 celle qui est sa compagne depuis plusieurs années, Caroline Petit-Vanhove. Sous le Consulat et l'Empire, sa gloire va grandissant, d'autant qu'il est admis dans l'entourage de Bonaparte depuis 1795. Il organise les spectacles de la nouvelle cour, tant à la Malmaison qu'à Saint-Cloud, est nommé professeur au Conservatoire en 1806, tient la vedette dans la tournée d'Erfurt (1808) où les Comédiens français se produisent « devant un parterre de rois », pour le plus grand prestige de l'Empereur.

Talma, volage et dépensier, se voit obligé de courir les tournées pour éponger ses dettes, souvent au grand déplaisir de ses camarades de la Comédie-Française. Néanmoins, il est dans la troupe un pôle d’attraction et suscite une création dramatique importante par le nombre si elle n’a pas qualitativement soutenu l’épreuve du temps. Il a étudié en Angleterre et dans la langue originale, le drame shakespearien et en a soutenu l’adaptation en français, toute édulcorée qu’elle fût par Ducis. Il a été Macbeth, Othello, Hamlet, parfois devant un public scandalisé ou moqueur. Il a joué tous les grands rôles du répertoire tragique classique (Corneille, Racine et Voltaire). On sait qu'il fut un Oreste, un Néron et un Œdipe remarquables. Il a ému dans l'Oreste d'Iphigénie en Tauride de Guimond de la Touche et dans Manlius Capitolinus de La Fosse d'Aubigny.

Interprète des auteurs de l'époque révolutionnaire (Marie-Joseph Chénier, Collot d'Herbois, Fabre d’Églantine), il a créé les tragédies d'Arnault, Lemercier, Brifaut, Luce de Lancival (dont l'Hector fut le dernier spectacle auquel assista Napoléon avant Waterloo), Duval, Lebrun, Raynouard (l'auteur des Templiers), Ancelot, Jouy (Sylla), etc. Il réussit à traverser sans dommage la période difficile de la fin de l'Empire et de la Restauration, sa gloire n'étant pas affectée par les événements politiques, et continue à faire d'innombrables tournées en France et à l'étranger. Sa dernière création, en 1826, est Charles VI de La Ville de Mirmont.

Il meurt en octobre de la même année, d'un cancer des intestins. Ses obsèques, civiles selon sa demande, se terminent en véritable apothéose et suscitent un énorme rassemblement populaire. Des odes sont écrites à sa mémoire.
Il a laissé quelques notes sur son art, notamment une étude sur Le Kain, et une volumineuse correspondance. Il a été abondamment portraituré et sculpté, de son vivant comme après sa mort.

Bienvenue

Samedi 15 décembre : nos salles sont ouvertes et les représentations sont maintenues. Cependant de nombreuses stations de métro et de RER seront fermées et les déplacements seront plus difficiles que d'habitude. Nous annoncerons tout changement éventuel sur notre site et sur Twitter.

Samedi 8 décembre : les représentations ont été annulées, vous trouverez les modalités de remboursement ci-dessous :
- pour les billets achetés sur notre site Internet www.comedie-francaise.fr, le remboursement se fera automatiquement sur la carte ayant servi au paiement des places, sur simple demande par e-mail à reservation.reponse@comedie-francaise.org
- pour les billets achetés auprès de la Comédie-Française par les autres canaux (correspondance, téléphone, guichets), merci de bien vouloir nous retourner vos billets accompagnés d’un RIB et d'indiquer la référence de votre commande le plus rapidement possible (et dans un délai de trois mois maximum à compter d’aujourd’hui)- par email : reservation.reponse@comedie-francaise.org
- pour les billets achetés auprès de la FNAC et de Ticketac, le remboursement se fera directement auprès du revendeur.

Nous vous prions de nous excuser et vous remercions de votre compréhension.

Important

Nous vous rappelons que vos téléphones portables doivent être éteints pendant toute la durée des représentations. Merci.

Cookies

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez notre politique de protection des données personnelles et notre politique de gestion des cookies ainsi que le dépôt de cookies et technologies similaires, destinés à (1) assurer le bon fonctionnement du site (authentification, suivi de panier de commande), (2) vous proposer des contenus adaptées à vos centre d’intérêts en fonction de votre navigation sur notre site et (3) réaliser des statistiques pour optimiser votre navigation sur le site. Vous avez la possibilité d'en apprendre plus sur le paramétrage de vos cookies en suivant ce lien, ou vous pouvez accepter les cookies en fermant cette fenêtre.

Vigipirate