Jeanne Olivier Bourguignon
dite MLLE BEAUVAL

18e sociétaire

Entrée dans la Troupe du Roy en 1670 ; sociétaire en 1680 ; retraitée en 1704.
À l'époque où elle épouse Beauval, Jeanne Olivier Bourguignon fait partie de la troupe de Flandre qui parcourt les provinces. Molière en fait une soubrette de tout premier plan en lui écrivant le rôle de Nicole (Le Bourgeois gentilhomme), où il utilise à des fins comiques le rire communicatif et la voix stridente de son interprète. De même pour Zerbinette (Les Fourberies de Scapin) et Toinette (Le Malade imaginaire). À l'Hôtel de Bourgogne, elle crée Œnone dans Phèdre et, conformément à l'usage du temps, joue à la fois les soubrettes et les reines de tragédie. Des nombreux enfants qu'eut le couple Beauval, seule Louise (qui épousa Beaubour) fit une carrière au théâtre.