Charles Varlet
dit SIEUR DE LA GRANGE

3e sociétaire

Entré dans la Troupe du Roi en 1659 ; sociétaire en 1680, doyen de 1680 à 1692.
Ayant sans doute débuté en province, avec pour nom de théâtre celui de sa mère, La Grange est à Paris dès 1659 dans la troupe de Molière, dans l'emploi des jeunes premiers. Secrétaire et économe de la compagnie, il se pose très tôt comme l'homme de confiance et le « second» de Molière, qu'il remplacera en 1664 comme «orateur de la troupe ». C'est lui qui, en 1667, accompagne La Thorillière sur le front des Flandres pour porter à Louis XIV le placet rédigé par Molière concernant l'interdiction qui vient à nouveau de frapper les représentations de Tartuffe. Jouant les jeunes premiers, il crée à ce titre son propre rôle dans Les Précieuses ridicules, Eraste des Fâcheux, Horace deL’École des femmes, etc. jusqu'au Cléante du Malade imaginaire. Il a aussi l'honneur de prêter son élégance aristocratique à Dom Juan, et c'est en s'inspirant de son véritable caractère que Molière lui écrit le rôle de Clitandre des Femmes savantes. Interprète des princes de tragédie, il crée Alexandre le Grand de Racine, Tite et Bérénice de Corneille ...
Après la mort de Molière, il est en quelque sorte son successeur désigné à la tête de la troupe désemparée. Il regroupe les rescapés autour de la veuve de Molière, prend la responsabilité de la réorganisation, englobant les comédiens du Marais, et abandonne les rôles de jeunes premiers pour les premiers rôles de haute comédie : il jouera Tartuffe, Alceste, Argan ...
Il fait front lors de la réunion de 1680 et, en 1682, avec Vivot, procure la première édition complète des œuvres de
Molière.
La Grange a laissé plusieurs documents inestimables, parmi lesquels le fameux «registre », sorte de livre de comptes personnel, sur lequel il a, de 1659 à 1685, reporté recettes et dépenses de la Compagnie et noté les événements heureux et malheureux. Ce témoignage incomparable de la vie de la troupe de Molière, longtemps ignoré, a été publié pour la première fois en 1876 et récemment édité en fac-similé.
Lorsque La Grange meurt, subitement, en 1692, la Comédie-Française, structurée, est capable d'affronter les siècles...