Louis Blouin
dit DUBOIS

117e sociétaire

Entré à la Comédie-Française en 1736 ; sociétaire en 1736 ; retraité en 1765.

Il débute en 1736 dans les rôles d'Andronic de Campistron, Achille dans Iphigénie de Racine, Rodrigue du Cid de Corneille... mais c'est dans l'emploi des confidents tragiques et des troisièmes comiques qu'il est reçu. Le témoignage de Le Kain, qui le dépeint comme maniéré et insolent, n'est pas favorable au comédien, mais il a surtout laissé un nom dans l’histoire de la Comédie-Française parce qu'il fut à l'origine de pénibles incidents et du départ de Mademoiselle Clairon.

En 1765, il refuse de payer le chirurgien qui l’a guéri d'une maladie honteuse. Le médecin met alors en cause la parole d'un homme qui exerce le métier de comédien. Les sociétaires de la Comédie-Française s'érigent en tribunal pour juger leur camarade. Sa malhonnêteté une fois établie par ses pairs, ils décident de le chasser de la compagnie.

Mais Dubois a une fille, également comédienne, belle et habile, dont les démarches auprès du duc de Fronsac aboutissent à l'ordre de faire louer Dubois dans Le Siège de Calais de du Belloy, à la réouverture de 1765. Or, les comédiens ont fait serment de ne plus exercer leur art en compagnie d'un malhonnête homme. Malgré l'ordre des autorités, ils refusent de jouer. Le public manifeste, des incidents graves éclatent et Mademoiselle Clairon est incarcérée au For-l’Évêque.
Finalement, les comédiens auront gain de cause : Dubois se retire et s'en va jouer à Bordeaux, mais Mademoiselle Clairon, offensée, ne reviendra pas sur sa décision de quitter la Comédie.