Marie-Anne de Chasteauneuf
dite MLLE DUCLOS

46e sociétaire

Entrée à la Comédie-Française en 1693 ; sociétaire en 1693 ; retraitée en 1736.
Issue d'une famille de comédiens - son grand-père, dont elle prend le nom, était au Théâtre du Marais, - elle débute sans grand succès à l'Opéra-comique. A la Comédie-Française, elle est engagée en 1693, dans l'emploi des « reines » dont elle a le port et la majesté. Elle double la Champmeslé à partir de 1696 et, après la mort de cette dernière, elle domine incontestablement la scène tragique, jusqu'à l'engagement de Mlle Lecouvreur, dont le jeu naturel et pathétique contraste avec l'emphase et la déclamation chantée de Mlle Duclos.
Elle crée de nombreux rôles de tragédie d'auteurs de son époque: Crébillon (Rhadamiste et Zénobie, 1711), Racine (Athalie, rôle de Josabeth, 1716), La Motte (Œdipe, 1726), Voltaire (Mariamne, 1724) ...
Elle avait, dit-on, la faculté d'émouvoir le public par ses larmes, notamment dans Ariane (Ariane de Thomas Corneille) et jouait la tragédie de la manière traditionnelle héritée du XVIIe siècle. Son malheureux mariage, à 55 ans, avec le jeune Duchemin âgé de 17 ans, en fit la risée de la galerie et ne dura d'ailleurs que cinq ans (1725-1730).
Malgré son âge et une certaine désaffection du public pour son jeu démodé, en comparaison de celui d'Adrienne Lecouvreur et de Mlle De Seine, elle continue à jouer et ne se retire qu'en 1736.

Bienvenue

Attention :

  • À l'occasion de la fête du travail nos trois théâtres seront fermés le 1er mai. Merci de votre compréhension.
  • Trois représentations supplémentaires du spectacle « Faust » au Théâtre du Vieux-Colombier sont programmées le samedi 14 avril à 14h, le dimanche 22 avril à 20h30 et le samedi 28 avril à 14h. La réservation est ouverte en ligne, par téléphone et aux guichets.

Vigipirate

Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation.