Pierre-Louis Du Bus
dit PRÉVILLE

137e sociétaire

Entré à la Comédie-Française en 1753 ; sociétaire en 1753 ; retraité en 1786 ; doyen de 1778 à 1786.

Cadet de sept enfants (dont deux autres firent aussi carrière au théâtre), Préville quitte très jeune la maison paternelle, exerce plusieurs métiers, prend les leçons d'un acteur de la Comédie Italienne et finit par s'enrôler dans une troupe de campagne.

En 1743, il est premier comique à Rouen, en compagnie de Duchernin. Il fait un court séjour à la Foire Saint-Laurent, puis repart en province, à Dijon puis à Lyon, où il est directeur du théâtre, en 1750, et où il épouse sa camarade Angélique Drouin. Après un passage à Strasbourg et à Metz, il est appelé en 1753 à la Comédie-Française pour remplacer Arnould Poisson qui vient de disparaître.
Son succès est immédiat dans les Crispin, Lubin, Sganarelle et Mascarille. Son talent souple, nuancé, naturel – l'acteur anglais Garrick le surnomme « l'enfant de la nature » – lui permet d'aborder tous les caractères de la Comédie, des premiers et seconds comiques (valets et premiers rôles) aux manteaux, financiers et pères nobles.
Il joue évidemment triomphalement tout le répertoire de Molière, Regnard, Lesage, etc., mais crée un nombre important de rôles contemporains dans les comédies de Palissot (Les Philosophes), Voltaire (L'Écossaise), Saurin (Beverley), Sedaine (Le Philosophe sans le savoir, La Gageure imprévue), Collé (La Partie de chasse de Henri IV), Goldoni (Le Bourru bienfaisant) et surtout Beaumarchais, puisqu'il est l'immortel créateur du Figaro du Barbier de Séville en 1775. Trop âgé en 1784 pour reprendre le personnage dans Le Mariage de Figaro, il se contente modestement de créer celui de Brid'oison auquel il donne un relief étonnant. C'est d'ailleurs sa dernière création, puisqu'il se retire en 1786, à Senlis, en compagnie de sa femme. Il remonte néanmoins sur scène en 1791 pour venir en aide à la troupe en difficulté. De même, il se joindra aux comédiens pour quelques mois (1794/1795) après leur libération de prison, mais, âgé et affaibli par les chagrins personnels, il quitte la scène et son siège de l'Institut, où il vient d'être nommé.
Il se retire chez sa fille aînée à Beauvais, où il meurt en 1799.

Préville, qui fut aussi professeur à l'École dramatique, peut être à juste titre considéré comme le plus grand acteur comique du XVIIIe siècle.

Bienvenue

À l'occasion des Journées du Patrimoine, la Comédie-Française propose des visites-conférences de la Salle Richelieu les samedi 15 et dimanche 16 septembre à 9h30,10h et 10h30 (durée de la visite : 2h30).
Inscription par email uniquement le 4 septembre à l'adresse suivante : bibliotheque-musee@comedie-francaise.org
(Inscription pour deux personnes maximum).
Nous organisons également des visites le reste de l'année : https://www.comedie-francaise.fr/fr/visites-individuelles

Important : la location aux guichets et par téléphone est fermée pour l'été. Réouverture du service billetterie le 3 septembre à 11h.

Vigipirate

Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation.