Louise
Contat

171e sociétaire

Entrée à la Comédie-Française en 1776 ; sociétaire en 1777 ; retraitée en 1809.

Élève de Madame Préville, Louise Contat débute à la Comédie-Française dans l'emploi des ingénues, mais s'imposera plus tard dans les emplois d'amoureuses, de grandes coquettes et de jeunes mères.
Sa création de la Suzanne du Mariage de Figaro la met en vedette, mais elle est aussi l'interprète de Célimène, Elmire, Philaminte et l'une des zélatrices de Marivaux à la Comédie-Française : elle sera la première Araminte des Fausses confidences en 1793.
Liée au comte d'Artois et amie de la reine Marie-Antoinette – elle apprend pour lui plaire un rôle en 24 heures (La Gouvernante de Nivelle de La Chaussée) après le triste retour de Varennes –, elle est emprisonnée avec les comédiens monarchistes en 1793. Elle apparaît sur le théâtre en août 1794 avec ses camarades sauvés, comme elle, par la réaction thermidorienne, sans compter l'intervention personnelle de Talma en sa faveur.

Sa réputation de finesse, d'esprit et de séduction est confirmée par le surnom de Thalie – muse de la Comédie – qui lui était donné. Béatrix Dussane lui a consacré une jolie biographie, La Célimène de Thermidor. Elle joue pour la dernière fois en 1809, applaudie par Napoléon et la famille impériale.