Historique du Malade imaginaire

Le Malade imaginaire, trentième et dernière comédie de Molière, reste indissolublement liée au sort de son auteur. Jouée pour la première fois le 10 février 1673 sur le théâtre de Molière au Palais-Royal, cette comédie-ballet en trois actes et en prose, « mêlée de musique et de danses », avait été écrite pour être représentée à l’occasion du Carnaval avec l’espoir que son succès inciterait le roi à réclamer qu’elle soit jouée à la cour. Malgré le triomphe des trois premières représentations, Louis XIV ne vit jamais Molière dans le rôle d’Argan.

1-malade-imaginaire-3eme-jour-des-plaisirs-de-lile-enchantee-1674-gravure-de-le-pautre
  • Troisième jour des Plaisirs de l’île enchantée, gravure de Le Pautre, 1674 © Coll. Comédie-Française
2-et-3
  • Frais du Malade imaginaire consignés dans le registre de Lagrange, 1673 © Coll. Comédie-Française
  • Partition © Coll. Comédie-Française
4
  • Brécourt et Armande Béjard dans les rôles d'Argan et Béline (acte I, scène 6), sanguine par Claude Gillot, [1690-1700] © P. Lorette, coll. Comédie-Française

Le 17 février, au soir de la quatrième représentation, Jean-Baptiste Poquelin mourait dans sa maison de la rue de Richelieu. Sur scène le comédien avait dû puiser toute son énergie de serviteur du public pour surmonter le malaise qui montait. Dès la toile baissée, il fut transporté chez lui où il succomba d’une « fluxion », le sang ayant envahi ses poumons. Sa condition de comédien l’empêcha de recevoir l’absolution et compliqua la célébration de l’office religieux voulu par les siens. L’archevêque de Paris n’autorisa qu’une cérémonie modeste à la tombée du jour. Cependant si l’on en croit La Gazette d’Amsterdam, la notoriété du personnage l’emporta et ce ne sont pas moins de huit prêtres et 700 à 800 personnes qui à la lueur des flambeaux accompagnèrent le convoi funèbre de Molière jusqu’au cimetière Saint-Joseph1. La mort de Molière, au sortir des planches, donne à la comédie du Malade imaginaire une dimension grave et émouvante que les années n’ont pas effacée. Elle reste gravée dans les mémoires selon les mots du registre de La Grange : « Ce mesme jour, après la comédie, sur les 10 heures du soir, Monsieur de Molière mourust dans sa maison rue de Richelieu, ayant joué le roosle dudit malade imaginaire fort incommodé d’un rhume et fluction sur la poitrine […] ».

5
  • Bonnet dit "de Molière" qu’il aurait porté dans le rôle d’Argan, lin tissé à la main, XVII° siècle © P. Noack, coll. Comédie-Française
6-moliere-mourant-par-vafflard-i-53-300-dpi-
  • La mort de Molière, huile sur toile par Pierre Antoine Augustin Vafflard, 1806 © A. Dequier, coll. Comédie-Française
7
  • Page du Registre de Lagrange mentionnant la mort de Molière © Coll. Comédie-Française

Dès le 24 février 1673, le théâtre du Palais-Royal rouvrit et, le 3 mars, La Thorillière reprenait le rôle d’Argan, mais la troupe de Molière, privée de son chef, ne put se maintenir. Après Pâques, La Thorillière, Baron et les Beauval furent engagés par l’Hôtel de Bourgogne. La troupe qui restait fut chassée du Palais-Royal et s’installa à l’Hôtel Guénégaud où la rejoignirent, sur ordre du roi, les comédiens du Théâtre du Marais. À Guénégaud, la Troupe reprit Le Malade imaginaire qui fut enfin représenté devant le roi le 21 août 1674. En 1680, Louis XIV réunit les comédiens de l’Hôtel de Bourgogne et de Guénégaud pour fonder une troupe unique, qu’on allait appeler la Comédie-Française. Elle donna dès le 6 septembre Le Malade imaginaire.

8-malade-imaginaire-gravure-almanach-1680
  • Almanach de 1680, gravure © Coll. Comédie-Française
9
  • Frontispice, édition de 1682 © Coll. Comédie-Française

Depuis cette date, beaucoup d’Argan se sont succédé, interprétant souvent un malade éclatant de santé, parmi lesquels Montmény au XVIIIe siècle, Coquelin cadet au siècle suivant et, plus près de nous, Louis Seigner.

10-affiche-1822-dissipateur-malade-imaginaire
  • Affiche, 1822 © Coll. Comédie-Française
11-malade-imaginaire-par-egley-i-148-photo.-p.-lorette-600-dpi-
  • Scène du Malade imaginaire, huile sur toile par William Maw Egley, 1858 © P. Lorette, coll. Comédie-Française
12-13-14
  • Argan, lithographie en couleurs par L. Wolff d’après un dessin de Geffroy, [1868] © Coll. Comédie-Française
  • Coquelin cadet dans le rôle de Thomas Diafoirus (acte II, scène 6), huile sur toile par Charles Louis Müller, [1877] © P. Lorette, coll. Comédie-Française
  • Charles Siblot dans le rôle d’Argan, fusain et pastel par Lucien Jonas, 1922 © Coll. Comédie-Française
16-17
  • Louis Seigner, fusain par Lucien Jonas, 1920-1930 © Coll. Comédie-Française
  • Provost dans le rôle d’Argan, gravure de Ch. Wogt d'après la photographie de Julien Vallou de Villeneuve, [1835-1880] © Coll. Comédie-Française

En contrepoint de ces interprétations burlesques, une autre tradition faisait d’Argan un vrai malade plus sombre, plus pathétique ; ce fut le cas de Provost à partir de 1842 et surtout, hors de la Comédie-Française, en 1929, chez Gaston Baty avec un Argan malade, incompris des médecins et de sa famille.

À la Comédie-Française, Le Malade imaginaire a fait l’objet de quatre mises en scène depuis la dernière guerre, celle de Jean Meyer en 1944 dans un décor de Louis Touchagues avec Raimu, puis, en alternance, Denis d’Inès et Louis Seigner ; celle de Robert Manuel en 1958 dans un décor de Suzanne Lalique, avec Louis Seigner, et René Camoin, ainsi que Micheline Boudet et Catherine Samie en Toinette. Catherine Hiegel fut, elle aussi, pour quelques représentations en 1969, la Toinette de René Camoin. Dans la mise en scène de Jean-Laurent Cochet en 1971, avec un décor de Jacques Marillier, Argan fut incarné par Jacques Charon et, pour quelques représentations, Pierre Dux, alors administrateur. Françoise Seigner était Toinette. Jean Le Poulain et France Rousselle reprirent ensuite les deux rôles.

18
  • Denis d’Inès, buste en plâtre patiné terre cuite, [anonyme], XXe s. © A. Dequier, coll. Comédie-Française
19-malade-imaginaire-1971-mes-cochet-charon-chamarat-seigner-photo.-claude-angelini
  • Jacques Charon (Argan), Georges Chamarat (Monsieur Purgon), Françoise Seigner (Toinette), mise en scène Jean-Laurent Cochet, 1971 © Angelini, coll. Comédie-Française
20-dux-pierre-le-malade-imaginaire-photo.-claude-angelini
  • Pierre Dux (Argan), mise en scène Jean-Laurent Cochet, 1971 © Angelini, coll. Comédie-Française
21-467-jean-le-poulain-dans-le-malade-imaginaire-photo.-angelini
  • Jean Le Poulain (Argan), mise en scène Jean-Laurent Cochet, 1971 © Angelini, coll. Comédie-Française

La dernière mise en scène, due à Gildas Bourdet, a été donnée de 1991 à 1993 avec Jean-Luc Bideau, Argan burlesque aux prises avec une Toinette qui prit les traits de Marianne Epin, puis de Céline Samie. Dans cette interprétation, c’était Béralde (Nicolas Silberg) le véritable malade, aux côtés de son frère en pleine force physique, quoique gravement névrosé.

22-23
  • Jean-Luc Bideau (Argan) et Marianne Epin (Toinette), mise en scène Gildas Bourdet, 1991 © C. Bricage, coll. Comédie-Française
  • Maquette plane de costume de Christine Rabot-Pinsonpour la mise en scène de Gildas Bourdet, rôle de Béralde (Nicolas Silberg), 1991 © Coll. Comédie-Française

Le premier « malade » de la mise en scène de Claude Stratz en 2001 fut Alain Pralon, à qui succédent Gérard Giroudon et aujourd’hui Guillaume Gallienne.

24-bm-mv1290
  • Maquette en volume d’Ezio Toffolutti pour la mise en scène de Claude Stratz, 2001 (metteur en scène), 2001 © P. Lorette, coll. Comédie-Française
25-7678t20071002-be
  • Alain Pralon (Argan) et Gérard Giroudon (Monsieur Purgon), mise en scène Claude Stratz, 2007 © B. Enguérand, coll. Comédie-Française
26
  • Affiche de la tournée en Chine, novembre 2011 © Coll. Comédie-Française
27
  • Gérard Giroudon (Argan) et Guillaume Gallienne (Monsieur Bonnefoy), mise en scène Claude Stratz, 2007 © C. Mirco Magliocca, coll. Comédie-Française

Depuis le XVIIe siècle, les Comédiens-Français ont jouéLe Malade imaginaire 2456 fois, ce qui place la pièce parmi les plus jouées. La cérémonie des médecins a longtemps été choisie pour l’hommage à Molière, le 15 janvier, jour anniversaire de son baptême. À cette occasion, on exposait naguère sur scène le « Fauteuil de Molière » dans lequel il aurait joué pour la dernière fois. Cette relique a pris au fil du temps une valeur symbolique qui lui vaut d’être aujourd’hui encore exposée dans les galeries du théâtre.

28jpg
  • Gérard Giroudon (Argan) et Guillaume Gallienne (Monsieur Bonnefoy), mise en scène Claude Stratz, 2007 © C. Mirco Magliocca, coll. Comédie-Française
29-200115-rdl-0406-choix-cf
  • La troupe lors de l’hommage à Molière, 2020 © C. Raynaud de Lage, coll. Comédie-Française

Joël Huthwohl
Directeur du département des arts du spectacle à la Bibliothèque nationale de France

Article publié le 28 mars 2022
Rubriques

Pièce en images

  • Nouveauté

    Lunettes connectées disponibles à la Salle Richelieu

  • Découvrez

    la saison 24-25

SAISON 24-25

OUVERTURES DES VENTES POUR LES REPRÉSENTATIONS DE SEPT 2024 À MARS 2025 :

Les connections web en masse à l'ouverture des ventes de la saison 2024-2025 ont provoqué une chute du serveur du logiciel de billetterie. Une décision commune de la Comédie-Française et du prestataire de billetterie a été prise de fermer la vente en ligne pour les ventes de la saison 2024-2025. Les réservations restent ouvertes par téléphone au 01 44 58 15 15 (nous engageons les spectateurs à espacer leurs appels et éviter une surcharge à l’ouverture des réservations de 11h). Nos équipes ont été renforcées et les demandes seront traitées même si ce temps de traitement sera allongé par rapport à la vente en ligne.

L'ouverture des ventes hors cartes d'adhésion, prévue initialement le 19 juin à 11h par Internet et par téléphone, est reportée à une date ultérieure non communiquée à ce jour.

Si vous souhaitez avoir les dates de mise en ligne et de réservation au plus tôt, vous pouvez vous inscrire en suivant ce lien.

Le site reste disponible pour la vente des spectacles de la saison en cours 2023-2024.

Nous nous excusons pour ces problèmes et remercions les spectateurs et spectatrices de leur patience, fidélité et encouragements.



VIGIPIRATE

En raison du renforcement des mesures de sécurité dans le cadre du plan Vigipirate « Urgence attentat », nous vous demandons de vous présenter 30 minutes avant le début de la représentation afin de faciliter le contrôle.

Nous vous rappelons également qu’un seul sac (de type sac à main, petit sac à dos) par personne est admis dans l’enceinte des trois théâtres de la Comédie-Française. Tout spectateur se présentant muni d’autres sacs (sac de courses, bagage) ou objets encombrants, se verra interdire l’entrée des bâtiments.

vigipirate-urgenceattentat2