Les musiques du Bourgeois gentilhomme

La musique originale et les enjeux de ses transformations

Le Bourgeois gentilhomme, commandé à Molière et à Lully suite à des péripéties diplomatiques relatées par le Chevalier d’Arvieux dans ses Mémoires, est représenté pour la première fois le 14 octobre 1670 à Chambord devant le roi. Trois autres représentations y suivront avant que le spectacle soit joué à Saint-Germain puis au Palais-Royal à partir du 23 novembre. Enthousiaste, le roi félicite publiquement Molière de ne l’avoir jamais autant diverti avec ce Bourgeois alors divisé en trois actes.

pieceenimages-bourgeois1
  • Registre Lagrange, page sur la création du Bourgeois gentilhomme en novembre 1670 © Coll. Comédie-Française

La version publiée l’année suivante en comporte cinq aux cours desquels la scène se peuple progressivement de musiciens.

pieceenimages-bourgeois2
  • Page de titre d’une édition de 1671 © Coll. Comédie-Française

De la partition restée manuscrite, peu d’exemplaires subsistent. C’est la copie de Philidor de l’ensemble de l’œuvre (la comédie et la partition) et l’édition de la comédie de 1681 qui contiennent cette version définitive de Lully . La pièce capitale et novatrice de la partition ‒ la cérémonie turque qui termine l’acte IV ‒ est reproduite dans plusieurs ballets que composa ensuite Lully .

pieceenimages-bourgeois3-4
  • Partition du Bourgeois gentilhomme : copie manuscrite de la musique composée par Jean-Baptiste Lully et copiée par François-André Philidor, [s.d.] © Coll. Comédie-Française
pieceenimages-bourgeois5
  • Frontispice gravé par Pierre Brissart, édition de 1682 © Coll. Comédie-Française
pieceenimages-bourgeois6
  • Cérémonie turque, gravure, 1801 © Coll. Comédie-Française

La musique et le texte théâtral qui forment une unité dramaturgie nouvelle dans Le Bourgeois gentilhomme subissent un traitement différencié, la première donnant matière à des réécritures plus fréquentes que le second. En effet, le recours à la partition de Lully est, depuis le XVIIIe siècle, régulièrement discutée et « modernisée » par de nouveaux divertissements. Aux choix scéniques variés, allant du rejet à l’adaptation et la reconstitution, répond une réception critique tout aussi partagée dans son appréciation de la fidélité ou non à Lully.

« Ça, du Lully ! » : moderniser ou restaurer aux XVIIIe et XIXe siècles

Le musicien Quinault compose, en 1716, des divertissements très mal accueillis car « il en a composé tant qu’il a pu de sa petite façon et en a farci Le Bourgeois gentilhomme, ce qui a raisonnablement dégoûté le public de cette comédie. » Mais l’appétit revient car quelques mois plus tard, sur la scène du Théâtre du Palais-Royal, la reprise de ce spectacle est qualifiée de « brillante » !

pieceenimages-bourgeois7
  • Gravure, édition vers 1700 © Coll. Comédie-Française

Vingt ans plus tard, la pièce est rejouée avec, cette fois, les airs de Lully et tous ses agréments (1736).

Au XIXe siècle, Le Malade imaginaire et Le Bourgeois gentilhomme, comédies-ballets de Molière alors les plus jouées, profitent de l’étroite collaboration entre la Comédie-Française et l’Opéra qui accueille notamment Le Bourgeois agrémenté d’un nouvel intermède précédant le finale du spectacle (1840). Théophile Gautier regrette que « les airs de musique et les pas de ballets intercalés jurent avec la couleur générale de la pièce qu’ils rendent démesurément longue ».

pieceenimages-bourgeois8
  • Projet de costume pour Monsieur Jourdain, maquette par Eugène Giraud, [1840-1880] © P. Noack, coll. Comédie-Française

Le tricotage se poursuit avec la restitution de musiques composées par Lully (le 15 janvier 1852 devant Louis-Napoléon Bonaparte) puis avec l’insertion de morceaux éloignés de la partition d’origine (1862). La Comédie-Française est ici attentive à la justesse historique, ce qu’approuve prudemment la presse : « Il ne faut pas évidemment demander à la musique de Lully (je propose qu’on harmonise avec un « y » sur tout l’article) le genre d’émotion et de plaisir que nous cherchons dans la musique moderne […]. Il n’en est pas moins intéressant de faire revivre de temps à autre l’art de nos arrière-grands-pères. Je voudrais par exemple, que la Comédie-Française apportât un soin plus scrupuleux à la restauration des intermèdes introduits par Molière dans sa pièce […]. Je demande de plus à M. le chef d’orchestre s’il serait bien difficile de supprimer la partie de trombone égarée dans la partition moderne. C’est Gluck qui l’introduisit en France en avril 1774. Un siècle de différence avec Lully ! » .

Quand, pour fêter en grande pompe le bicentenaire de la Comédie-Française en 1880, l’administrateur Émile Perrin veut faire revivre les représentations de Chambord dans ce XIXe siècle amateur d’histoire et d’archéologie, il reprend la musique de Lully. C’est là que le bât blesse : « Je ne veux pas dire du mal de Lully qui fut en son temps un grand artiste […] mais bien d’autres musiciens sont venus depuis, et Rameau, et Gluck et Mozart, et Rossini, et Meyerbeer, et Gounod, sans parler des musiciens de l’avenir […] Disons-le franchement : la musique du Bourgeois gentilhomme a paru quasi funèbre .»

pieceenimages-bourgeois9-10
  • Détail d’une gravure par Charles Gillot, d’après un dessin d’Adrien Marie, publiée dans un supplément de La Vie moderne, à l'occasion du bicentenaire de la Comédie-Française, 21 octobre 1880. Répétition générale du Bourgeois gentilhomme, le 20 octobre © Coll. Comédie-Française
  • Le Maître de musique, gravure publiée dans un supplément de La Vie moderne, à l'occasion du bicentenaire de la Comédie-Française, 21 octobre 1880. Répétition générale du Bourgeois gentilhomme, le 20 octobre © Coll. Comédie-Française
pieceenimages-bourgeois11-12
  • Programme du 20 octobre 1880 à l’occasion du bicentenaire de la Comédie-Française © Coll. Comédie-Française

Weckerlin, chargé de reconstituer les parties de flûte, de hautbois et de bassons, déplore de son côté le manque de moyens pour une fidèle reconstitution : « On me fourre cinq musiciens au fond du théâtre. Mais l’orchestre du temps comprenait vingt-quatre violons qui étaient placés devant la scène […]. Ça, du Lully ! […] Ils y ont fourré des airs de Rameau ! »

pieceenimages-bourgeois13
  • Menuet du Bourgeois gentilhomme : et tel qu'il a été exécuté au gala de l'opéra, le 15 octobre, devant le roi et la reine d'Italie, partition de la musique de Jean-Baptiste Lully arrangée par Jean-Baptiste Weckerlin, [reprise de 1903] © Coll. Comédie-Française
pieceenimages-bourgeois14
  • Description du placement des musiciens au début du premier acte, relevé de mise en scène, [reprise de 1883] © Coll. Comédie-Française
pieceenimages-bourgeois15
  • Acte II scène 1, relevé de mise en scène, [reprise de 1883] © Coll. Comédie-Française
pieceenimages-bourgeois16
  • Insertion de la musique de Rameau dans la partition : partition de la musique de Jean-Baptiste Lully reconstituée par Laurent Léon, 1880 © Coll. Comédie-Française

Ces airs de Rameau (Tambourin) ne sont pas prêts d’être délogés et sont mêlés à de nouvelles compositions de Richard Strauss pour une adaptation du Bourgeois gentilhomme . Des emprunts sèment le trouble, tels que la Marche de Turenne probablement de Lully, confondue avec la Farandole réutilisée par Bizet dans L’Arlésienne (1916). Parfois, des airs sont au contraire supprimés au gré des reprises à partir du début du XXe siècle. Mais ce qui gêne les spectateurs, « jusqu’au jour où l’on sera décidé à ouvrir par un cloisonnement de proscenium » , est la présence sur scène du chef d’orchestre Raymond Charpentier, vêtu d’un caftan et d’un turban de muphti.

pieceenimages-bourgeois17
  • Critique d’Émile Mas publiée dans laRevue des deux mondes, le 1er août 1918 © Coll. Comédie-Française

De Chambord à Hair : le grand écart à partir des années 1950

La gymnastique s’intensifie à partir des années 1950 entre émancipation et restitution. André Jolivet, alors directeur musical au Français (1945-1959), restaure tout en adaptant la partition de Lully qu’il réécrit pour la célèbre mise en scène de Jean Meyer (1951). Il ne conserve que l’ouverture, quelques passages musicaux dans les trois premiers actes et effectue des coupes très importantes (il garde une partie seulement du Ballet des Nations et la partie parlée de la cérémonie des Turcs écrite par Molière) dans cette comédie-ballet jugée trop longue au XXe siècle .

pieceenimages-bourgeois18
  • Partition de la musique de Jean-Baptiste Lully orchestrée par André Jolivet, 1951 © Coll. Comédie-Française
pieceenimages-bourgeois19
  • Programme du Bourgeois gentilhomme filmé, le 19 novembre 1958

En 1972, c’est au ballet de s’accommoder de la scène exigüe du chapiteau dressé dans le jardin des Tuileries pour la mise en scène de Jean-Louis Barrault. Les arrangements de Michel Colombier qui respecte la musique de Lully, s’en émancipent au fil du spectacle perçu comme un placage malheureux voire une dérision de l’œuvre de Molière : « Nous avons droit à des rythmes simili-sud-américains, à des déhanchements swingués, au grand tableau oriental du Mamamouchi style final de revue au casino des bains de mer, avec référence à Hair pour attirer la jeunesse. »

pieceenimages-bourgeois20
  • Chapiteau des Tuileries, 1973 © Claude Angelini, coll. Comédie-Française
pieceenimages-bourgeois21
  • Jacques Charon (Monsieur Jourdain) , Geneviève Casile (Dorimène), danseuses, mise en scène de Jean-Louis Barrault, 1972 © Claude Angelini, coll. Comédie-Française

Pour le tricentenaire de la Comédie-Française, Jean-Laurent Cochet propose une lecture plus classique (1980) en revenant à Strauss qui ne bénéficie pas de l’indulgence critique après la libre interprétation très seventies de son prédécesseur : « Lully est sacrifié à Strauss qui n’a rien à faire ici. Trop de musique, puis trop peu. » .

pieceenimages-bourgeois22
  • Répétition des saluts avec le metteur en scène Jean-Laurent Cochet, 1980

La musique de Strauss étant, pour Jean-Luc Boutté également, représentative d’une actualisation abusive et d’une tradition issue du XIXe siècle à laquelle il veut échapper, le metteur en scène conserve la musique de Lully qui l’émeut. Il lui « plaît de vivre la folie du personnage dans cet ordonnancement très pur » d’une musique d’époque étudiée par le directeur musical Dominique Probst pour dégager les caractères spécifiques de chaque danse. C’est la dernière fois que Lully, dans sa version classique la plus fidèle, s’est fait entendre.

pieceenimages-bourgeois23
  • Roland Bertin (Monsieur Jourdain), mise en scène de Jean-Luc Boutté, 1986 © Coll. Comédie-Française

En effet, la transcription musicale, rythmée et enregistrée de Mathias Camison (mise en scène de Jean-Louis Benoit, 2000) éclipse Lully et emprunte aux « turqueries de Schubert et Mozart » avec sa Marche turque ainsi qu’à « l’inspiration pseudo-orientale de Strauss » . Alors que la présence sur scène du directeur musical (1918) était critiquée, c’est désormais l’absence de musiciens sur le plateau, remplacés par des « burlesques aux allures tyroliennes […] qui font semblant de jouer leurs crincrins sans corde » , qui est déplorée.

pieceenimages-bourgeois24
  • Éric Génovèse (Covielle) et Andrzej Seweryn (Monsieur Jourdain, en alternance), mise en scène de Jean-Louis Benoit, 2000 © L. Lot, coll. Comédie-Française

Ceci est aujourd’hui révolu. Soucieux du respect d’une œuvre dont la musique originale vient néanmoins, pour eux, freiner le rythme de la comédie, Christian Hecq et Valérie Lesort, proposent aujourd’hui, avec la collaboration des musiciens-compositeurs Mich Ochowiak et Ivica Bogdanić, une nouvelle interprétation. Sur scène, cinq musiciens et un comédien jouent la partition de Lully majoritairement conservée mais transposée dans l’univers musical trépidant des Balkans. Un ailleurs inédit à la Comédie-Française pour ce Bourgeois gentilhomme qui s’affranchit de son XVIIe siècle natal.

pieceenimages-bourgeois25
  • Ivica Bogdanić (musicien), Alon Peylet (musicien), Christian Hecq (Monsieur Jourdain), Victor Rahola (musicien), Yoann Gasiorowski (Cléonte, musicien), mise en scène de Valérie Lesort et Christian Hecq, 2021 © C. Raynaud de Lage, coll. Comédie-Française

Florence Thomas
Archiviste-documentaliste à la Comédie-Française

  • Saison 2022-2023

  • Découvrez

    La boutique

Le service de la billetterie sera fermé du mardi 26 juillet au mercredi 31 aout 2022. Les guichets et les lignes téléphoniques ne seront donc pas accessibles.
Réouverture : jeudi 1er septembre à 11h
La billetterie en ligne reste ouverte.

SAISON 2022-2023

Retrouvez la présentation de la saison 2022-2023 par Éric Ruf sur notre page Facebook


JOURNÉES DU PATRIMOINE

La Comédie-Française participe aux journées du Patrimoine les samedi 17 et dimanche 18 septembre 2022.

Trois visites conférences sont proposées ces deux jours à 9h30, 10h et 10h30.

L’inscription à l’une de ces visites (3 places maximum par personne) se fait uniquement LE 5 SEPTEMBRE 2022 À PARTIR DE 9H par mail à l’adresse suivante :
bibliotheque-musee@comedie-francaise.org

Les inscriptions se feront dans l’ordre de réception des courriels.

Le nombre de places est limitée à 30 personnes par visite.


COOKIES

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez notre politique de protection des données personnelles et notre politique de gestion des cookies ainsi que le dépôt de cookies et technologies similaires, destinés à (1) assurer le bon fonctionnement du site (authentification, suivi de panier de commande), (2) vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêts en fonction de votre navigation sur notre site et (3) réaliser des statistiques pour optimiser votre navigation sur le site. Vous avez la possibilité d'en apprendre plus sur le paramétrage de vos cookies en suivant ce lien, ou vous pouvez accepter les cookies en fermant cette fenêtre.


VIGIPIRATE

Suite au renforcement du plan Vigipirate, toute personne se présentant avec une valise ou un sac (hors sac à main) se verra interdire l'accès à l'enceinte des trois théâtres de la Comédie-Française.
Pour faciliter les contrôles, merci d'arriver au minimum 30 minutes avant le début des représentations.