Les Précieuses ridicules

« Les Précieuses ridicules » de Molière, Mise en scène Stéphane Varupenne et Sébastien Pouderoux du 25 mars au 8 mai 2022 au Théâtre du Vieux-Colombier

La création

À l’automne 1658, la troupe de Molière, alors basée à Rouen, est appelée à devenir la troupe officielle de Monsieur, frère du Roi, et se voit attribuer la salle du Petit-Bourbon, qu’elle partage avec la troupe italienne.

02-salle-du-petit-bourbon-1614
  • La salle du théâtre du Petit-Bourbon en 1614 © coll. Comédie-Française

Pour réussir, Molière devait s’attirer les faveurs du public de l’aristocratie et de la haute bourgeoisie mondaines, tant sur scène que dans les salons, et interpréter la tragédie, genre noble dans la hiérarchie dramatique. Il s’attache aux deux. À Pâques 1659, la troupe est reconfigurée par l’arrivée du vieux Jodelet, comédien très célèbre pour ses compositions de valets rustres, travestis en aristocrates.

3
  • Jodelet, eau-forte de Frédéric-Désiré Hillemacher, d'après le portrait gravé de son temps par Abraham Bosse, 1868. Gravure reliée dans la "Galerie historique des portraits des comédiens de la troupe de Molière" par Frédéric Hillemacher © coll. Comédie-Française

Molière compte sur lui ainsi que sur deux nouvelles recrues dans les rôles de jeunes premiers : La Grange et Du Croisy.

4-et-5
  • Charles Varlet, dit Sieur La Grange, eau-forte de Frédéric-Désiré Hillemacher, d'après l’estampe de Jean Sauvé, sur le dessin de P. Brisart, 1867. Gravure reliée dans la "Galerie historique des portraits des comédiens de la troupe de Molière" par Frédéric Hillemacher © coll. Comédie-Française
  • Philibert Gassot Du Croisy, dit de Croisy, eau-forte de Frédéric-Désiré Hillemacher, d'après un portrait du temps, peint à l’huile, 1868. Gravure reliée dans la "Galerie historique des portraits des comédiens de la troupe de Molière" par Frédéric Hillemacher © coll. Comédie-Française

Mais Jodelet est âgé et ne tient pas ses promesses. Molière doit donc écrire une nouvelle comédie pour faire repartir les recettes, dans laquelle Jodelet tiendra un rôle, mais secondaire, face à La Grange et Du Croisy : il écrit ainsi Les Précieuses ridicules, avec également Madeleine Béjart en Magdelon, Catherine de Brie en Cathos et lui-même en Mascarille.

6-et-7
  • Jodelet, eau-forte de Auguste-Etienne Guillaumot fils, d’après une estampe de Le Bond, et le tableau des Farceurs de la Comédie-Française, [1885] © coll. Comédie-Française
  • Frontispice des Précieuses ridicules ornant l’édition des Œuvres de Monsieur de Molière de 1682 © coll. Comédie-Française

Dans la veine de plusieurs opuscules déjà parus, il choisit de parodier le milieu aristocratique, féru de galanterie, dans lequel lui-même gravite et dont quelques traits seront poussés à l’excès. En cela, il ne contredit pas l’esprit galant dont l’enjouement est l’une des caractéristiques. La société galante apprécie fort ces exercices d’auto-ironie. La parodie repose sur la relation de complicité qui existe entre Molière et le public galant. L’existence d’un véritable milieu « précieux » est une interprétation abusive des historiens du XIXe siècle qui ont pris au pied de la lettre les publications parodiques de l’époque.

La comédie burlesque proposée par Molière connait un succès phénoménal à l’automne 1659, à tel point qu’elle déclenche une mode littéraire et nombre de publications sur les prétendues précieuses. Un éditeur indélicat, Jean Ribou, compte éditer la pièce sans l’autorisation de l’auteur mais Molière averti s’empresse de lancer sa propre impression, fait exceptionnel pour une pochade en un acte et en prose.

8
  • Page de titre de l’édition des Précieuses ridicules de 1673 (Paris : C. Barbin). Cette édition est une contrefaçon parisienne de l’édition de Jean Ribou de 1660. © coll. Comédie-Française

Molière venait d’inventer un nouveau type de comique fondé sur la parodie des usages mondains, qu’il allait utiliser par la suite à de nombreuses reprises pour ses personnages de marquis. Singer la société contemporaine pour en faire une pièce bouffonne était un procédé totalement inédit. Le succès théâtral et la mode qu’il suscite propulsent Molière sur le devant de la scène, en tant qu’auteur.

La carrière des Précieuses, à la Comédie-Française

lesprecieuses

Les Précieuses ridicules ont été jouées 1508 fois par les Comédiens-Français dont 91 fois en tournée, et sont irrégulièrement représentées au cours du temps. Molière lui-même cesse de jouer la pièce après 1666. En ce sens, on peut dire que Les Précieuses ridicules est une pièce de circonstance. La troupe n’en donne plus aucune représentation, jusqu’en 1680, quelques semaines avant la fondation de la Comédie-Française, en août.

La pièce est peu jouée au XVIIIe siècle, elle est absente de la programmation pendant une vingtaine d’année au début du siècle, puis de nouveau à partir de 1783. Le ridicule des précieuses et de leur galanterie outrancière n’entrait plus en connivence avec le public détaché de cette mode passagère.

Pour autant, passé cette période de purgatoire, elle va revenir dans la programmation pour s’adapter à d’autres contextes qu’à celui de sa création et atteindre dans sa satire d’autres aspects de la société : les effets de mode en tous genre, l’opposition Paris/Province, l’ignorance. En effet, la pièce revient en force au XIXe siècle, à partir de 1819, comme toutes les pièces de Molière qui avaient été délaissées au XVIIIe siècle – notamment les pièces de circonstances. L’interprétation de la pièce a changé d’objet : on s’y moque généralement des ridicules, et non plus particulièrement d’un courant propre à la fin du XVIIe siècle dont Molière avait dénoncé les travers les plus extravagants dans sa pièce.

Par la suite elle est jouée très régulièrement. Sa popularité est telle qu’elle est choisie pour la première retransmission cinématographique d’une représentation théâtrale : Une soirée à la Comédie-Française, de Léonce Perret, en 1934.

09-precieuses-ridicules-soiree-a-la-cf-real.-leonce-perret-1934-les-films-t.f
  • Photographie prise lors du tournage des Précieuses ridicules par les films T. F., mise en scène Léonce Perret, 1934 © coll. Comédie-Française
10-brunot-mascarille-beatrice-bretty-madelon-lise-delamare-cathos-
  • André Brunot (Mascarille), Béatrice Bretty (Madelon) et Lise Delamare (Cathos). Photographie prise lors du tournage des Précieuses ridicules par les films T. F., mise en scène Léonce Perret, 1934 © coll. Comédie-Française
11-m.-rivierre-2eme-porteur-andre-brunot-mascarille-dorival-1er-porteur-1935
  • M. Rivierre (2ème Porteur), André Brunot (Mascarille), Dorival (1er Porteur). Photographie prise lors du tournage des Précieuses ridicules par les films T. F., mise en scène Léonce Perret, 1934 © coll. Comédie-Française

André Brunot est le premier acteur à en signer la mise en scène en 1937. Les mises en scène se succèdent, oscillant entre la charge comique, et la rêverie nostalgique et folle, selon le degré d’empathie des metteurs en scène avec les personnages.

12-13-et-14
  • Jean Meyer (Jodelet) dans Les Précieuses ridicules, mise en scène d’André Brunot, reprise de 1941 © Studio Harcourt, coll. Comédie-Française
  • Jean Deninx (Du Croisy) dans Les Précieuses ridicules, mise en scène d’André Brunot, reprise de 1941 © Studio Harcourt, coll. Comédie-Française
  • Denise Clair (Cathos) dans Les Précieuses ridicules, mise en scène d’André Brunot, reprise de 1941 © Studio Harcourt, coll. Comédie-Française

Robert Manuel s’empare à deux reprises des Précieuses ridicules : en 1949, puis en 1960, avec de nouveaux décors. La critique est sans appel : la charge est trop outrancière, poussée en grosse farce. Le Monde parle de « numéro de cirque manqué », de « comique troupier » (15 avril 1960), la mise en scène se caractérise par son « outrance » et sa « vulgarité » pour La Croix (6 mai 1960), le spectacle a « atteint la limite qu’il ne faut pas dépasser » pour le Figaro littéraire (23 avril 1960). En 1971, Jean-Louis Thamin annonce une mise en scène qui représenterait un rêve de deux jeunes filles, qui se réalise, mais dont la fin en ferait une « pièce sanglante » (La Croix). La critique relève cependant davantage la charge, avec une mise en scène qui multiplie les « effets de cirque » (Le Monde 30 novembre 1971), « une clownerie » (Valeurs actuelles,6 décembre 1971).

15-virginie-pradal-jean-luc-moreau-catherine-salviat-1971-cop.-c.-angelini
  • Virginie Pradal (Magdelon), Jean-Luc Moreau (Mascarille) et Catherine Salviat (Cathos) dans Les Précieuses ridicules, mise en scène de Jean-Louis Thamin, 1971 © C. Angelini, coll. Comédie-Française
16-virginie-pradal-et-catherine-salviat-1971-cop.-c.-angelini
  • Virginie Pradal (Magdelon) et Catherine Salviat (Cathos) dans Les Précieuses ridicules, mise en scène de Jean-Louis Thamin, 1971 © C. Angelini, coll. Comédie-Française

Jean-Luc Boutté prend le contrepied de ces interprétations poussant les personnages vers le ridicule pathétique : il « refuse de se moquer de ces précieuses dont les rêves valent bien ceux des autres » (Le Figaroscope, 3 février 1993). La critique décrit une mise en scène qui prend au sérieux la sincérité des personnages, navigant au sein d’un décor parsemé d’énormes bulles transparentes et volantes, comme dans un songe. Le metteur en scène se débarrasse des « gros effets » habituels (La Croix, 19 février 1993).

En 2007, au Théâtre du Vieux-Colombier, Dan Jemmett transpose la pièce dans la société contemporaine. Les précieuses ne sont plus de jeunes sottes, mais des « fashion victims » sur le retour. Catherine Hiegel, Catherine Ferran, Andrzej Seweryn et Serge Bagdassarian discourent dans un vestiaire années soixante.

17
  • Maquette de costume de Sylvie Martin Hyszka pour le rôle de Gorgibus (Michel Favory) dans Les Précieuses ridicules, mise en scène de Dan Jemmett, 2007 © coll. Comédie-Française
18-4766t20071110-2be
  • Andrzej Seweryn (Mascarille), Catherine Hiegel (Magdelon), Catherine Ferran (Cathos) et Serge Bagdassarian (Jodelet) dans Les Précieuses ridicules, mise en scène de Dan Jemmett, 2007 © B. Enguérand, coll. Comédie-Française
19-4884t20071110-2be
  • Catherine Ferran (Cathos) et Catherine Hiegel (Magdelon) dans Les Précieuses ridicules, mise en scène de Dan Jemmett, 2007 © B. Enguérand, coll. Comédie-Française

La mise en scène de Stéphane Varupenne et Sébastien Pouderoux se situerait davantage dans la lignée de celle de Jean-Luc Boutté : les précieuses sont de jeunes provinciales comiques et tragiques à la fois, car elles peinent à se placer à la hauteur de leurs ambitions. Les metteurs en scène souhaitent montrer le rêve qui les habitent et rester empathiques avec des personnages qui portent une dimension dramatique. L’actualisation est de mise, contrairement à la mise en scène de Boutté qui avait restitué des costumes de Cour éblouissants : le spectacle cherchera ce que pourrait être le « nouveau baroque » d’aujourd’hui.

Claire Lempereur,
Documentaliste à La Comédie-Française

  • Saison 2022-2023

  • Découvrez

    La boutique

Le service de la billetterie sera fermé du mardi 26 juillet au mercredi 31 aout 2022. Les guichets et les lignes téléphoniques ne seront donc pas accessibles.
Réouverture : jeudi 1er septembre à 11h
La billetterie en ligne reste ouverte.

SAISON 2022-2023

Retrouvez la présentation de la saison 2022-2023 par Éric Ruf sur notre page Facebook


JOURNÉES DU PATRIMOINE

La Comédie-Française participe aux journées du Patrimoine les samedi 17 et dimanche 18 septembre 2022.

Trois visites conférences sont proposées ces deux jours à 9h30, 10h et 10h30.

L’inscription à l’une de ces visites (3 places maximum par personne) se fait uniquement LE 5 SEPTEMBRE 2022 À PARTIR DE 9H par mail à l’adresse suivante :
bibliotheque-musee@comedie-francaise.org

Les inscriptions se feront dans l’ordre de réception des courriels.

Le nombre de places est limitée à 30 personnes par visite.


COOKIES

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez notre politique de protection des données personnelles et notre politique de gestion des cookies ainsi que le dépôt de cookies et technologies similaires, destinés à (1) assurer le bon fonctionnement du site (authentification, suivi de panier de commande), (2) vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêts en fonction de votre navigation sur notre site et (3) réaliser des statistiques pour optimiser votre navigation sur le site. Vous avez la possibilité d'en apprendre plus sur le paramétrage de vos cookies en suivant ce lien, ou vous pouvez accepter les cookies en fermant cette fenêtre.


VIGIPIRATE

Suite au renforcement du plan Vigipirate, toute personne se présentant avec une valise ou un sac (hors sac à main) se verra interdire l'accès à l'enceinte des trois théâtres de la Comédie-Française.
Pour faciliter les contrôles, merci d'arriver au minimum 30 minutes avant le début des représentations.