Lettre aux acteurs

« Le Côté de Guermantes » d'après Marcel Proust.
Adaptation et mise en scène Christophe Honoré
Du 30 septembre au 15 novembre 2020, Théâtre Marigny.

Chères comédiennes et chers comédiens,

Si la promenade du côté de chez Swann est brève et habituelle, celle du côté de Guermantes s’annonce comme une expédition, que la famille du narrateur ne se permet que les jours de grand beau temps. On craint de se perdre en route, elle promet l’aventure, elle excite la curiosité, on espère apercevoir les châtelains : les Guermantes, seigneurs de Combray dès avant Charlemagne, et dont le nom fait régner sur leur domaine une ambiance de légende.

La promenade du côté de Guermantes suit le cours d’une rivière, la Vivonne, dont les sources sont la destination espérée mais jamais atteinte. Comme un lieu tenu secret, inaccessible : « Jamais dans la promenade du côté de Guermantes nous ne pûmes remonter jusqu'aux sources de la Vivonne, aux-quelles j'avais souvent pensé et qui avaient pour moi une existence si abstraite, si idéale, que j'avais été aussi surpris quand on m'avait dit qu'elles se trouvaient dans le département, à une certaine distance kilométrique de Combray, que le jour où j'avais appris qu'il y avait un autre point précis de la terre où s'ouvrait, dans l'Antiquité, l'entrée des Enfers ».

Se fixer un but qu’on ne peut atteindre, rêver d’un passé fabuleux, se tenir incertain au bord de l’eau mais visible depuis l’autre rive, marcher à contre courant… ce côté de Guermantes est bien celui du théâtre, vous ne devez pas craindre d’être ici en terre inhospitalière.

visuel3-lettreauxacteurs-theatrepermanent

Bien-sûr qu’il est ridicule de prétendre adapter Proust, au théâtre, comme au cinéma. C’est une entreprise pourrie d’avance tant ce mot adaptation traîne avec lui des sens contraires et vagues, des ambitions paresseuses et ternes.
On parle d’adaptation souvent pour dire illustration, mise en image, mise en plis. On parle d’adaptation quand on prétend recoiffer un livre. Oubliant qu’alors les voix résonnent souvent dans le vide, qu’elles ne laissent plus entendre que tout ce qu’elles ont perdu dans l’effort poursuivi d’être soudain reconnaissables. Ce mot d’adaptation me semble ne promettre qu’une prise de pouvoir déplacée, convenue et bien solennelle. Soyons plus sentimentaux, plus scrupuleux. Je ne vous propose pas une adaptation mais une séance de nécromancie,
il me semble que le théâtre est un lieu où l’on peut sérieusement faire tourner les tables.

Invoquer et évoquer n’est pas adapter, c’est lire à plusieurs, c’est déchiffrer, c’est se savoir vivant ignorant parmi les morts savants.

C’est franchir le pont et croire que des fantômes vont venir à notre rencontre. Il n’est pas dit qu’ils soient bienveillants, mais personnellement, avec une armée comme la vôtre, je ne crains pas de me risquer au pays de la littérature.

Ce ne seront pas dans un premier temps des personnages que je vais vous confier, mais des noms : Oriane, Basin, Françoise, Charlus, Villeparisis, Norpois, Saint-Loup, Rachel, Albertine… N’espérez pas qu’ils soient les cintres de costumes taillés sur mesure, ajustés, au tissu épais et rassurant, et qu’il vous suffirait de vêtir avant d’entrer en scène.

Les personnages chez Proust ne sont pas fabriqués d’un bloc, ils sont annoncés puis se révèlent constamment infidèles à leur réputation, insaisissables. Ils nécessitent d’être constamment retouchés.

N’espérez pas posséder une valise remplie de caractères arrêtés et stables, la peinture que Proust fait de ses personnages n'est jamais achevée. Elle est source d’angoisse, de désir, aussi inconnue et tremblante que le sentiment amoureux que les autres nous portent. Jamais nous ne sommes assurés ni des couleurs, ni des contours. Ne craignez donc pas d’être des représentants déceptifs, il n’y a pas de reliques attestées de ces noms-là, aucun modèle d’après nature. Ceux qui vous prétendront le contraire, sont ceux qui enterrent cette oeuvre sous les lieux communs. Et pour vous montrer la voie, je choisis parmi vous pour jouer le narrateur, un acteur qui échappe à la tradition, au cliché, à la molle idée qui voudrait que sa figure soit celle de Proust ; non, notre Narrateur sera blond et carré d’épaules. Et dans son regard clair, nous lirons l’émerveillement et la désillusion mêlées.

visuel2-lettreauxacteurs-theatrepermanent

Je ne doute pas qu’à la manière dont ce livre À la recherche du temps perdu est peuplé d’autres livres, d’autres écrivains (Hugo, Balzac, Madame de Sévigné…), de peintres (Monet, Vermeer, Velasquez…), de musiciens (Wagner, Debussy, Mozart, Beethoven…) - et si je me permets de citer ces quelques noms, c’est que rien ne vous préparera mieux à nos répétions que de relire, revoir, réécouter -, nous devons travailler pour que notre spectacle soit lui aussi traversé par d’autres beautés que celles de Proust. Des beautés plus modernes, inconnues de lui, des séductions contemporaines (chansons fa-tales, photographies, vestiaire « seventies »…). Rien n’est plus dangereux que d’isoler la Recherche dans un système de
références patrimoniales et académiques. Je crois à la force du montage, au plaisir de la friction.

Je crois que c’est en offrant à ce texte des reflets d’aujourd’hui, que nous lui serons le plus fidèle.

En visant délibérément l’inachèvement, comme si le temps avait manqué, nous dirons notre joie à interpréter une oeuvre toujours dans l'effervescence de sa délivrance. « J’ai tant à dire. Ça se presse comme des flots », écrivait Marcel Proust à 17 ans. Donnez-lui le pouvoir de nous en dire en-core plus, ouvrons le plateau du Théâtre Marigny où vous jouerez sur la ville, laissons entrer le bruit d’un soir parisien, des voitures, rumeurs des Champs-Élysées…

Que la vie même vienne à la rencontre de ce livre plus mouvementé et plus secret que tout.

Je suis impatient de vous rencontrer et de vous mettre en scène.

Amitiés.
Christophe Honoré
Paris, mai 2019.

  • Photos © Jean-Louis Fernandez

SAISON 2020-2021

Découvrez la programmation de notre saison 2020-2021 avec Éric Ruf, administrateur général : voir la vidéo

Il vous sera possible de réserver les représentations de la rentrée au Théâtre Marigny, au Studio Marigny, au Théâtre du Vieux-Colombier et au Studio-Théâtre de la Comédie-Française.

QUAND RÉSERVER ?

Places aux tarifs Cartes Comédie-Française : à partir du jeudi 3 septembre à 11h. Les Cartes 2019-2020 sont reconduites gratuitement et automatiquement jusqu'à la fin de la saison 2020-2021, soit jusqu'à fin juillet 2021. Il n'y aura pas de vente de Cartes supplémentaires sur la saison 2020-2021.

Places pour les individuels et les groupes : à partir du mercredi 9 septembre à 11h

COMMENT RÉSERVER ?

Uniquement sur notre site Internet ou par téléphone au 01 44 58 15 15 (du lundi au samedi de 11h à 18h).

Pendant les lancements, aucune place ne sera vendue aux guichets de la Comédie-Française. Par ailleurs, aucune place pour les spectacles de la Comédie-Française ne sera vendue au téléphone du Théâtre Marigny ni sur son site Internet.

MESURES SANITAIRES

Compte tenu du contexte sanitaire, le port du masque est obligatoire dans l'ensemble de nos théâtres. Par ailleurs, les règles de distanciation en vigueur ne nous permettent pas :

  • de vous délivrer un e-billet instantanément, vous le recevrez dans les 72h
  • de choisir votre placement en salle, mais vous pouvez sélectionner la catégorie de votre choix dans les salles concernées

JOURNÉES DU PATRIMOINE 2020

Attention : en raison de la fermeture de la Salle Richelieu pour travaux, la Comédie-Française n'est pas en mesure de proposer des visites à l'occasion des Journées du patrimoine cette année.

COOKIES

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez notre politique de protection des données personnelles et notre politique de gestion des cookies ainsi que le dépôt de cookies et technologies similaires, destinés à (1) assurer le bon fonctionnement du site (authentification, suivi de panier de commande), (2) vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêts en fonction de votre navigation sur notre site et (3) réaliser des statistiques pour optimiser votre navigation sur le site. Vous avez la possibilité d'en apprendre plus sur le paramétrage de vos cookies en suivant ce lien, ou vous pouvez accepter les cookies en fermant cette fenêtre.

VIGIPIRATE

Suite au renforcement du plan Vigipirate, toute personne se présentant avec une valise ou un sac (hors sac à main) se verra interdire l'accès à l'enceinte des trois théâtres de la Comédie-Française.
Pour faciliter les contrôles, merci d'arriver au minimum 30 minutes avant le début des représentations.