Note d’intention

« Dom Juan » de Molière. Mise en scène Emmanuel Daumas. Du 29 janvier au 6 mars 2022, Théâtre du Vieux-Colombier.

Note d’intention - Emmanuel Daumas

Éric Ruf m’a appelé en me demandant si je voulais mettre en scène un Molière sans décors. J‘ai choisi Dom Juan.

Quand le titre était encore Le Festin de Pierre, on parlait de « pièce à machines ». C’est sans doute le projet de Molière où les décors, justement, ont eu le plus d’importance. Des toiles peintes somptueuses. Une statue d’un homme à cheval qui bouge. Les flammes de l’enfer, des serpents et des scorpions sur une table de marbre noir, la chute dans les abimes, tout y était pour impressionner le public et faire frissonner.

Le Festin de Pierre était un grand spectacle à succès d’avant Molière. Celui des Italiens n’étant plus programmé pour la saison, la troupe du Palais Royal s’en est emparé en mettant les moyens pour que ce soit spectaculaire. Une sorte de spectacle comique d’épouvante, baroque, fantastique et sensationnel.

Et cela me plait beaucoup d’imaginer Dom Juan avec (presque) rien. Des perruques sûrement. Des choses sur la tête. Du maquillage. Des habits très simples. Quelques accessoires extravagants. Cinq acteurs pour tout faire. Une petite troupe au milieu des spectateurs. Un tréteau au centre du théâtre. Et réussir à être impressionnant quand même.

Don Juan est un athée. Un libertin. Un matérialiste comme on disait à l’époque. Il croit que deux et deux font quatre. Un point c’est tout. Il ne peut cautionner les vielles fantasmagories catholiques. Ni la notion de pêché, ni d’enfer, ni de famille, ni de monogamie, ni d’obéissance aux valeurs paternelles. Il joue avec la vérité, ment puisqu’il voit que la société ment. Il fabule pendant que « les fâcheux » qui l’entourent lui demandent de vivre dans un monde d’apparences irréelles.

Il est entouré, assaillis, poursuivi, acculé par des gens qui lui demandent de jouer un rôle. Et pourtant, on sait bien que les gens de théâtre étaient excommuniés depuis le IVe siècle. On le menace de brûler en Enfer, comme les acteurs de la Troupe, mais il aura choisi sa voie, son texte. Et inventé son mythe.

Molière décrit autour de Don Juan une société de rêveurs irrésistibles de drôlerie. Comme un chœur qui vivrait dans un songe dans lequel il voudrait l’enrôler de force. Son serviteur voudrait qu’il voie le ciel habité par un Dieu punitif et furieux. Sa femme lui demande de mentir, tout comme Pierrot, qui voudrait que Charlotte avoue un amour qu’elle n’a pas. Celle-ci se dispute avec Mathurine la passion d’un homme qu’elle connait depuis un quart d’heure. Un pauvre voudrait lui faire croire que la prière change quelque chose, des aristos énervés sont prêts à perdre famille, châteaux, pays pour un code de l’honneur, on ne peut plus archaïque et arbitraire. Son père lui reproche de ne pas être le fils dont il rêvait... Bref, Don Juan se meut dans un monde de contes, de fantasmes et d’illusions. De mensonges et de songes.

Il mise sur la vie d’avant la mort. Comme un comédien, il n’a pas peur du Diable.

Et alors oui, englué dans un monde avec une croyance totalitaire, il ne fait pas le pari de la vie bonne et de la sagesse.

Et Non.

N’est pas Spinoza qui veut.

Michel Foucault a montré comment la société du XIXe, obsédée par le péché et hyper répressive finit par mettre la sexualité au milieu de l’imaginaire de n’importe qui, fabriquant son lot de névroses et de déviances.

Molière peint une rêverie baroque, une comédie espagnole, où un homme dans l’œil du cyclone d’un monde irréel, pas toujours si loin du nôtre, invente sa vie pour qu’elle n’ait aucunes limites. Alors rabâcher le dogme ne suffira pas pour l’arrêter. Il faudra sortir l’artillerie lourde, de la sorcellerie et du merveilleux.... La machinerie du théâtre. L’illusion de l’Enfer. Dans le meilleur des cas.

Car peut-être, derrière les flammes de carton-pâte et les diableries des mystères, se cachent le sang versé par les inquisiteurs et le feu des Autodafés. La violence de la censure (Le Tartuffe est interdit en 1664 et Dom Juan créé en 1665) et de la destruction.

Mais c’est une comédie. Et il faudra être à la hauteur du grand comique de la bêtise et des idées reçues. Du manque de recul et des certitudes. De l’obscurantisme et de l’acharnement à vouloir changer les autres, que croque Molière.

La farandole des couillons, Alexandre Pavloff, Stéphane Varupenne, Jennifer Decker, Adrien Simion vont se grimer pour faire tous les rôles. Les jeunes, les vieux, les filles et les garçons, les spectres et les statues qui bougent. Les diables sur Terre et en Enfer.
Lesquels sont les plus grotesques, burlesques, épouvantables et violents ? Lesquels sont déjà morts-vivants ?

On va s’amuser avec le maquillage, et les postiches de Cécile Kretschmar.

Et en face. Au milieu. Don Juan.

Laurent Laffite. Il faudrait qu’il soit : Drôle. Arrogant. Lucide. Mystérieux. Joueur. Incompréhensible. Malin. Sensuel. Glacial. En colère. Rapide. Intrépide. Logique. Intimidant. Charmant. Affamé. Pressé. Histrionique. Dangereux. Seul. Au moins.

Et comme c’est Laurent, pudique et extravagant.

C’est un petit Théâtre. Avec il grande finale ! Comme nos vies.

P. S. On saura rester un peu flou sur les questions de responsabilité du Mal. Et de poules et d’œufs... Pour que la question puisse rester en suspend autant que faire se peut.

Emmanuel Daumas, juin 2021

visuel02-actualites-domjuan2122

Photo de répétitions © Christophe Raynaud de Lage

  • Découvrez

    Molière 2022

  • Mécène de la saison Molière

    Focus sur le cabinet d’architecture CALQ

SAISON 2022-2023

Lundi 23 mai à 19h, Éric Ruf dévoilera la saison 2022-2023 dans le cadre de l'émission Quelle Comédie ! diffusée en direct sur Facebook puis accessible en replay sur notre site internet, Facebook et notre chaîne Youtube.

Les ventes pour la saison 2022-2023 ouvriront en trois temps, uniquement sur comedie-francaise.fr ou au 01 44 58 15 15 :
- Mardi 24 mai à partir de 11h
Achat des Cartes Comédie-Française 2022-2023
-Mercredi 1er juin à partir de 11h
Achat des places au tarifs Cartes Comédie-Française pour les représentations du 21 septembre 2022 au 28 février 2023
- Mercredi 8 juin à partir de 11h
Achat des places aux tarifs Individuels et Groupes pour les représentations du 21 septembre 2022 au 28 février 2023

COOKIES

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez notre politique de protection des données personnelles et notre politique de gestion des cookies ainsi que le dépôt de cookies et technologies similaires, destinés à (1) assurer le bon fonctionnement du site (authentification, suivi de panier de commande), (2) vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêts en fonction de votre navigation sur notre site et (3) réaliser des statistiques pour optimiser votre navigation sur le site. Vous avez la possibilité d'en apprendre plus sur le paramétrage de vos cookies en suivant ce lien, ou vous pouvez accepter les cookies en fermant cette fenêtre.


VIGIPIRATE

Suite au renforcement du plan Vigipirate, toute personne se présentant avec une valise ou un sac (hors sac à main) se verra interdire l'accès à l'enceinte des trois théâtres de la Comédie-Française.
Pour faciliter les contrôles, merci d'arriver au minimum 30 minutes avant le début des représentations.