Rencontre avec Johanna Boyé

GRANDIR AVEC AUDACE

Rencontre avec Johanna Boyé à l'occasion de sa mise en scène de « La Reine des neiges, l'histoire oubliée » d’après Hans Christian Andersen, du 23 novembre au 8 janvier 2023 au Théâtre du Vieux-Colombier. Avec Jérôme Pouly, Suliane Brahim, DanièleLebrun, Adrien Simion, Elisa Erka, Léa Lopez et Julie Cavanna.

  • Chantal Hurault. Vous signez avec Élisabeth Ventura une adaptation de La Reine des neiges d’Andersen. Pourquoi avoir ajouté au titre « l’histoire oubliée » ?

Johanna Boyé. Nous voulions éviter toute équivoque avec le film d’animation des Studios Disney, surtout pour les enfants, car l’intrigue y est totalement différente de celle d’Andersen où ils’agit non pas de deux sœurs mais d’une fille et d’un garçon amis d’enfance, nommés Gerda et Kay. Ce sous-titre renvoie par ailleurs à l’oralité du conte, prise en charge au début du spectacle par une grand-mère qui raconte une histoire à ses petits-enfants. Son récit prend vie au plateau : les enfants, Liv et Floki, deviennent les protagonistes de l’histoire, Gerda et Kay, tandis que la Grand-Mère laisse comprendre à la fin qu’il s’agit de son propre passé, lointain et secret. Ce conte se déroule au cœur de la nuit, dans l’intimité du rêve où se nichent des solutions pour s’armer dans la vie. On y apprend à dompter la nuit, et avec elle nos démons. Nous avons voyagé tout au long de l’écriture avec Shakespeare, particulièrement Le Songe d’une nuit d’été.

  • Chantal Hurault. Le personnage de la Reine des neiges est paradoxalement peu développé dans le conte. Comment l’avez-vous envisagé ?

Johanna Boyé. Nous avons tiré les fils du peu qu’en dit Andersen pour en faire une femme initiatrice plus humanisée, tout en conservant sa part de mystère. Cette « passeuse », comme elle se présente elle-même, agit sur les saisons et favorise l’entrée de Gerda et Kay dans l’adolescence. C’est pour déjouer la magie des Trolls qu’elle entraîne dans son château Kay qui a reçu un morceau de miroir inversé dans l’œil. Là, elle passe par des énigmes pour que ce garçon lunaire, passionné par les mathématiques et qui a tendance à se réfugier dans le mental, parvienne à trouver qui il veut être et par quel chemin le devenir. En l’enlevant, elle décide également du voyage initiatique de Gerda, qui part à son tour à la rencontre d’elle-même. S’il y a une dimension commune avec Alice au pays des merveilles, Gerda ne pénètre pas dans un monde aussi abstrait que chez Lewis Caroll et surtout elle trouve des alliés d’étape en étape. J’aime la façon dont ce conte sur l’amitié expose deux chemins qui se séparent pour se retrouver.

  • Chantal Hurault. La Reine des neiges et Gerda, mais aussi la Sorcière du crépuscule, la Princesse Lunettes ou encore la Magicienne : Andersen offre ici un panel assez rare de figures féminines aux personnalités fortes.

Johanna Boyé. J’ai été immédiatement interpellée à la lecture par la singularité de l’héroïne qui n’est pas une jeune fille en quête d’un prince charmant mais part braver les dangers pour sauver son ami. Elle croise en effet sur son chemin nombre de femmes puissantes,souvent ambivalentes, qui lui permettent de développer sa propre personnalité. Durant l’adaptation, outre La Psychanalyse des contes de fées, des ouvrages comme Sorcières de Mona Chollet ou Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés ont élargi notre représentation du féminin. Les mythes et l’histoire de ces femmes des temps anciens qui se transmettaient leur savoir, en osmose avec la nature et le cosmos, a pu nous guider dans l’équilibre que Gerda cherche entre instinct et réflexion. S’il y a une chose que j’aimerais que les plus jeunes spectateurs retiennent du spectacle, c’est l’audace de Gerda.

221118-rdl-1571
  • Chantal Hurault. Dans votre mise en scène, comment appréhendez-vous le merveilleux propre à l’univers du conte ?

Johanna Boyé. Les séquences comme celle du miroir inversé sont une occasion formidable d’introduire quelques effets magiques. Ils servent le monde des trolls, et les territoires mystérieux dans lesquels Gerda pénètre à partir de l’apparition des souliers. C’est la magie qui l’attire et la décide à partir loin de chez elle.
Parallèlement, il y a cette autre forme de magie liée à la machinerie théâtrale. Avec la scénographe Caroline Mexme, nous avons cherché les lieux du merveilleux en nous efforçant de permettre au public de construire son propre imaginaire à partir de ce qu’on lui donnerait à voir. Nous avons décidé d’inscrire un point fixe, le château de la Reine des neiges, et de faire surgir tout autour, depuis les dessous ou à travers un ballet des cintres, la forêt, le château de la princesse Lunettes, la Laponie... Cela fonctionne avec des changements rapides de costumes, une sorte de tour de passe-passe dans les partitions des comédiennes et des comédiens qui interprètent plusieurs personnages. Outre l’environnement sonore - craquements de glace ou des bruits plus mystérieux participant à la magie du théâtre-, quelques chansons originales viennent pimenter le jeu. Ces moments musicaux s’intègrent naturellement et avec le plus de fluidité possible à l’action, créant un décalage joyeux dans la façon de raconter l’histoire.

  • Chantal Hurault. Les personnages comptent des animaux et des trolls, quel type d’interprétation leur destinez-vous ?

Johanna Boyé. Un renne et une corneille qui parlent, c’est un grand bonheur de l’enfance ! Petite, j’aimais les contes pour ce rapport aux animaux. Ils ont ici de vraies et belles personnalités, et je désirais suggérer l’animal en conservant l’humanité de l’acteur qui les endosse. Marion Rebmann a conçu des costumes avec juste quelques éléments qui les caractérisent, jouant avec une allure smart pour la Corneille, plus bonhomme pour le Renne. En ce qui concerne les trolls, Andersen débute son récit par l’école du Grand Troll – ou le Diable comme il le nomme sans distinction. Nous avons eu envie d’amplifier la présence de ces créatures des légendes du Nord ; elles provoquent la « catastrophe » inaugurale et restent dans les alentours pour surveiller ce qui se passe.... J’évoquais Le Songe d’une nuit d’été, il y a du Puck dans ces personnages farceurs, à la fois gentils et méchants, qui s’immiscent dans le monde des humains sans que ces derniers s’en aperçoivent. Les Scandinaves sont particulièrement friands de cette cohabitation, nous invitant à croire que lorsque nous ne trouvons pas nos lunettes, un troll les a peut-être subtilisées… Il y a même en Norvège, à l’entrée de la Route des Trolls, un vrai panneau signalétique spécial pour eux ! Cette possibilité de l’invisible, du hasard et des coïncidences nous renvoie à tout ce que nous ne nous expliquons pas raisonnablement.

221115-rdl-0068
  • Chantal Hurault. Les aventures de Gerda et Kay dans les contrées du Grand Nord sont-elles pour vous l’occasion de parler de notre rapport à la nature ?

Johanna Boyé. La « colère » des Trolls contre les humains qui ouvre le conte d’Andersen a inévitablement résonné avec la situation écologique dans laquelle nous sommes, pointant le rapport toxique que nous entretenons depuis longtemps à la nature. Nous sommes entrés dans une telle course à la construction sur le moindre bout de terre encore en friche ou sauvage, que les animaux, et en l’occurrence nos habitants de la forêt, ne peuvent que se rebeller. Leur miroir inversé participe d’une guerre des territoires.
Au-delà, il y a chez cette Reine des neiges qui part éteindre les volcans tandis que Gerda frôle la mort dans une tempête l’expression d’une puissance de la nature, d’éléments qui nous dépassent. La structure du conte suit le rythme des saisons, on y retrouve le cours de la vie où des périodes d’effervescence succèdent à des moments de gestation. La nature reste un miroir riche d’enseignement. Les enfants sont de bout en bout placés face aux splendeurs des roses d’un jardin, de l’immensité enneigée ou d’aurores boréales. Dans ces contrées du Grand Nord, presque mystiques, on ne peut qu’être submergés par la beauté absolue des paysages. Dans la solitude de son palais de glace, la Reine des neiges pousse Kay à dépasser ses limites mentales. L’intelligence du conte est d’articuler ce lien à la beauté et à l’invisible avec le fait que ce soit dans l’expérience physique de ses retrouvailles avec Gerda qu’il trouve la résolution de l’énigme.

Entretien réalisé par Chantal Hurault
Responsable de la communication et des publications du Théâtre du Vieux-Colombier

Photos ©Chistophe Raynaud de Lage

  • Portail documentaire La Grange

    Découvrez notre patrimoine

  • Découvrez

    La boutique

COOKIES

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez notre politique de protection des données personnelles et notre politique de gestion des cookies ainsi que le dépôt de cookies et technologies similaires, destinés à (1) assurer le bon fonctionnement du site (authentification, suivi de panier de commande), (2) vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêts en fonction de votre navigation sur notre site et (3) réaliser des statistiques pour optimiser votre navigation sur le site. Vous avez la possibilité d'en apprendre plus sur le paramétrage de vos cookies en suivant ce lien, ou vous pouvez accepter les cookies en fermant cette fenêtre.


VIGIPIRATE

Suite au renforcement du plan Vigipirate, toute personne se présentant avec une valise ou un sac (hors sac à main) se verra interdire l'accès à l'enceinte des trois théâtres de la Comédie-Française.
Pour faciliter les contrôles, merci d'arriver au minimum 30 minutes avant le début des représentations.