Julie
Candeille

189e sociétaire

Entrée à la Comédie-Française en 1785 ; sociétaire en 1786 ; retraitée en 1791.

Fille du chanteur-compositeur Pierre Candeille, elle étudie le chant et la musique avec son père. Elle joue de la harpe et du piano-forte, compose elle-même des mélodies et débute à l'Opéra dans Gluck et Piccini. Elle étudie la comédie avec Molé et abandonne l'Opéra pour la Comédie-Française, où elle débute en 1785 dans les rôles d'Andromaque et de Roxane (Bajazet).
Elle s'accommode mal des rivalités qui règnent alors dans la troupe et, bien que nommée sociétaire en 1786, elle quitte la Comédie-Française en 1791 pour aller jouer aux Variétés amusantes, rue de Richelieu, dans la salle qui va devenir Théâtre de la République.
Elle y joue les coquettes et les héroïnes de Marivaux avant d'y interpréter le rôle principal d'une comédie dont elle est l'auteur, Catherine ou la Belle Fermière, qui remporte un assez joli succès.

Les frères Goncourt prétendent qu'elle joua en 1793 le rôle de la Déesse Raison dans les manifestations civiques, mais elle nia le fait plus tard sous la Restauration.
Elle quitte la France, se produit en Hollande et en Belgique, compose pour l'Opéra-comique, donne des concerts à Londres et écrit une série de romans. Intelligente mais sans doute manquant de « présence », Julie Candeille n'eut qu'une brève carrière d'actrice, se consacrant surtout à la musique et à l'écriture