Pierre Marie Nicolas Michelot
dit THÉODORE MICHELOT

224e sociétaire

Entré à la Comédie-Française en 1805 ; sociétaire en 1811 ; retraité en 1831 ; doyen de 1830 à 1831.

Celui qui va être surnommé « grand comédien en miniature » débute, à Versailles puis à Paris, dans Britannicus et dans Les Fausses Infidélités de Barthe. Engagé comme pensionnaire, il renonce assez rapidement aux princes tragiques pour se consacrer presque exclusivement à la comédie. Comédien plein de finesse, portant l'habit avec grâce, il se spécialise dans les petits marquis, les petits maîtres, les fats et les étourdis. Sociétaire en 1811, il crée plus de cent rôles nouveaux, mais son talent un peu superficiel ne convient pas à des rôles trop forts, comme celui de Tartuffe. Il crée avec succès le rôle d'Henri III dans Henri III et sa cour d'Alexandre Dumas, mais son interprétation de Don Carlos dans Hernani est à la limite du ridicule et manque de faire échouer la pièce.
Michelot quitte la Comédie en 1831. En 1835, il est professeur de déclamation « spéciale » au Conservatoire. Il s'intéresse de très près à l'enseignement de la diction, fait des recherches d'orthophonie, s'attache à corriger les défauts de prononciation et les accents. Il enseigne également la déclamation aux élèves des sections lyriques. Il ne quittera sa chaire qu'en 1851.
Il est aussi l'organisateur des célèbres représentations privées de l'Hôtel de Castellane.
Sa femme, la comédienne Jenny Boissière, fut pensionnaire de la Comédie-Française de 1809 à 1817.