Et Tartuffe ?

d’après « Le Tartuffe ou l’Hypocrite » de Molière
Adaptation et mise en scène : Emilie Lacoste

8 10 juillet 2022

Et Tartuffe ?

2022-07-08 20:30:00 2022-07-10 17:00:00

La pièce débute par un constat sans appel, un cri désespéré, un sanglot immense. Mme Pernelle, matriarche déchue, voit s’effondrer sous ses yeux le monde qu’elle a toujours connu, sa famille éclatée, sa maison dévastée. Le vieux monde féodal et guerrier est en crise, le nouveau, celui de la naissance de l’individu et de la liberté de conscience n’est pas encore établi. Nous sommes projetés immédiatement au cœur de la débâcle, entre-deux-histoires, entre-deux-âges.

« Les jeunes, Cléante, Damis et Elmire, ont tous transgressé les limites. La maison du patriarche Orgon est devenue « la Tour de Babylone ». Il n’est question que de fêtes, de séductions et de plaisirs. La mort de Sardanapale règne partout. Et Tartuffe ? débute dans cette aurore. Le jour se lève à peine, après une nuit qui a contenu tous les excès, toutes les profanations. Cette débâcle ne peut plus durer alors la parole arrive et Mme Pernelle exige que quelque chose se joue, se révèle, se transforme. Après cette première déflagration plus rien ne peut être caché, tout doit se dire. Le personnage de Tartuffe entre. C’est lui qui, parce qu’il n’est pas des leurs, parce qu’il est ambigu, parce qu’il vient d’un ailleurs, provoque le trouble qui va être le terreau, en chacun, d’une crise métaphysique visant à redéfinir leur rapport au monde. Tartuffe, parce qu’il avoue son amour à Elmire, provoque l’événement renversant, transgresse l’interdit. À partir de là, chacun vit un vertige, traverse un grand déséquilibre. En qui croire ? En quoi croire ? Croire ? Tartuffe lui-même parce qu’il n’est pas un héros tragique mais un humain parmi les humains va vivre cette expérience du doute, ce vacillement de convictions et d’adhésions. Tartuffe, sans le savoir, sans y être destiné devient un héros, celui qui rompt l’attente, celui qui dit la vérité au détriment de tout le reste : j’aime.

Ce dépassement est sans retour et il invite à expérimenter un renversement génial : d’une pratique mortifiante de la religion à une Foi en l’amour, du dogme au mysticisme. Elmire s’empare de cet aveu pour construire le spectacle de cet amour, ce qui se joue est de l’ordre de la révélation. En rendant visible ce qui ne l’était pas c’est Elmire qui se fait héroïne et exige que chacun choisisse selon sa conscience, qui aimer et comment. Tartuffe offre la possibilité de la révélation, de la modification, de la transfiguration. Ce qu’il me reste à dire : et s'il était possible de croire sans être aveugle ? Et s'il était possible d’aimer sans être trompé ? Et si la foi était simplement un contact pris avec la transcendance, un choix de cœur permettant une nouvelle liberté?

J’ai choisi d’adapter la version originale, celle qui a été censurée par Louis XIV à l’époque de Molière et dont on a retrouvé la trace grâce au travail de « génétique théâtrale » entrepris par Georges Forestier. Je fais le choix de parler d’adaptation parce qu’il y a un mystère autour de cette pièce, de son histoire, des formes qu’elle a dû traverser, parce que Le Tartuffe que je propose n’est pas Le Tartuffe ou l’Hypocrite ni Le Tartuffe ou l’Imposteur. Je crois que Tartuffe n’est pas hypocrite par nature, personne ne l’est. Je crois qu’il tombe

en hypocrisie. Il est donc avant tout sincère. Si Tartuffe dit son amour à Elmire il prend le risque de mourir, si Molière écrit Le Tartuffe il prend le risque de la censure, le risque d’être assassiné par un janséniste voulant faire un exemple. C’est essentiel pour moi de bien comprendre le contexte d’écriture parce que c’est grâce à lui que l’on comprend à quel point ce texte est physique, à quel point il s’agit d’une histoire de peau. Je rêve donc de fermer les yeux sur 400 ans d’interprétation et de me laisser aller à l’écoute de ce XVIIe siècle, de ce Jean-Baptiste s’épuisant pour faire jouer son Tartuffe.
Les yeux fermés j’entends qu’il était prêt à mourir pour cette histoire, pour cette figure, j’entends que cette pièce porte une charge révolutionnaire extraordinaire et que c’est cette charge que je veux mettre en scène. Les yeux fermés j’entends qu’il s’agit d’une histoire d’émancipation, d’une libération par la transgression et que ce chemin de vie est toujours aussi révolutionnaire. Trahir pour se rendre libre, c’est encore révolutionnaire, c’est ce que fait Tartuffe. Il trahit les valeurs morales mortifiantes en trahissant l’Église, en trahissant son ami. Et, plus révolutionnaire encore, il les trahit au nom de l’amour.

Dire « d’après Molière », demander « Et Tartuffe ? » c’est une manière pour moi de plonger pleinement dans les espaces de liberté que je prends avec le texte (même si aucun ajout n’est fait, simplement quelques coupes sur la base de cette version en 3 actes) et avec les codes de représentation. La distribution que j’ai choisie ne fait pas cas de la vraisemblance, elle évacue la question de l’âge, tous les comédiens ont entre 20 et 30 ans. Elle propose aussi de se situer au-delà du genre, Tartuffe sera joué par une actrice. Ce choix n’est pas militant, il est lié à des questions de représentation. En ce qui concerne l’âge, le fait de ne travailler qu’avec des gens d’une même génération permet de se décrocher d’une mise en scène trop réaliste qui ferait du Tartuffe un drame social avant tout pour souligner l’aspect expérimental de la pièce. Chaque personnage étant invité à faire face à sa propre liberté, cette question n’a pas d’âge. En ce qui concerne le genre, Tartuffe incarné par une actrice permet d’ouvrir un espace dans les enjeux liés à la représentation. Et surtout, cela ajoute au trouble. Tartuffe est un personnage ambigu, insaisissable, il me semble intéressant de proposer une figure androgyne, de créer une étrangeté. Je considère qu’incarné par une femme, la dimension hors du commun de Tartuffe surgira d’autant plus parce que ce n’est pas l’habitude. »

Emilie Lacoste, note de mise en scène

Adaptation d’après la version interdite en trois actes de 1664, restituée par Georges Forestier avec la complicité d’Isabelle Grellet

Équipe Artistique

Adaptation et mise en scène : Emilie Lacoste
Scénographie : Auriane Robert
Costumes : Yanis Verot
Lumières : Diane Guérin
Son : Louis Rivry
Collaboration artistique : Joséphine Supez

Distribution

La troupe

  • push-vianney-arcel-21-56

    Vianney
    Arcel

    Damis, fils d’Orgon

  • push-robin-azema-21-103

    Robin
    Azéma

    Orgon, mari d’Elmire

  • push-jeremy-berthoud-21-255

    Jérémy
    Berthoud

    Cléante, beau-frère d’Orgon

  • push-heloise-cholley-21-336

    Héloïse
    Cholley

    Mme Pernelle, mère d'Orgon et Dorine, suivante

  • push-fanny-jouffroy-21-458

    Fanny
    Jouffroy

    Tartuffe

  • push-emma-laristan-21-540

    Emma
    Laristan

    Elmire, femme d’Orgon

Calendrier

  • Portail documentaire La Grange

    Découvrez notre patrimoine

  • Découvrez

    La boutique

COOKIES

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez notre politique de protection des données personnelles et notre politique de gestion des cookies ainsi que le dépôt de cookies et technologies similaires, destinés à (1) assurer le bon fonctionnement du site (authentification, suivi de panier de commande), (2) vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêts en fonction de votre navigation sur notre site et (3) réaliser des statistiques pour optimiser votre navigation sur le site. Vous avez la possibilité d'en apprendre plus sur le paramétrage de vos cookies en suivant ce lien, ou vous pouvez accepter les cookies en fermant cette fenêtre.


VIGIPIRATE

Suite au renforcement du plan Vigipirate, toute personne se présentant avec une valise ou un sac (hors sac à main) se verra interdire l'accès à l'enceinte des trois théâtres de la Comédie-Française.
Pour faciliter les contrôles, merci d'arriver au minimum 30 minutes avant le début des représentations.