La Voix humaine, précédée de La Dame de Monte-Carlo

de Jean Cocteau
Mise en scène Marc Paquien

Studio

10 mai 3 juin 2012

Studio

La Voix humaine,...

2012-05-10 00:00:00 2012-06-03 00:00:00

Avec La Voix humaine, Jean Cocteau signe en 1927 une forme théâtrale singulière à partir de la seule situation d’une rupture amoureuse d’un lyrisme inattendu.

L’exploit stylistique lance un véritable défi à son interprète, seule en scène tout au long d’un acte entier de conversation téléphonique entrecoupée de silences. Seule dans le désordre d’une chambre à coucher, une femme téléphone à son amant. Victime de coupures de ligne, troublée par la musique qui s’échappe du lieu inconnu dans lequel il se trouve, la femme dévastée par la cruauté d’un amour qu’elle sait déjà perdu semble encore fuir l’évidence. Ou au contraire, face à l’évidence, les mensonges lui permettent de taire ses souffrances à celui qu’elle aime encore. Dans ce face-à-face terrifiant avec l’absence, le téléphone devient une « arme effrayante », selon les termes de l’auteur adepte des mythes modernes, la voix s’épanche et s’abandonne au néant.


Jean Cocteau, l'auteur
Poète, auteur de pièces de théâtre et de romans, dessinateur ou encore cinéaste, Jean Cocteau (1889- 1963) est dès son plus jeune âge passionné par le théâtre. Il rédige La Voix humaine en 1927, période charnière, entre la recherche des années 20 – Parade avec Les Ballets russes, Les Mariés de la tour Eiffel avec Le Groupe des six – et le cycle des grandes oeuvres marqué par sa relecture des mythes et des textes classiques – La Machine infernale, Orphée ou Antigone. L’année 1927 est riche en expériences théâtrales pour celui qui déclare « Je suis né acteur », avec la création d’OEdipus Rex par Diaghilev et la reprise d’Orphée par les Pitoëff. Se défendant d’avoir écrit avec La Voix humaine un mélodrame réaliste, Cocteau revendique une pièce d’acteur, « prétexte pour une actrice », écrite non dans la langue mais « dans la voix ». En rupture avec ses orchestrations habituelles où la mise en scène a le premier rôle, cette pièce en un acte représente pour lui l’idéal du spectacle dans un mélange des genres qui li la tragédie et le drame à la comédie. Initialement conçu pour Ludmilla Pitoëff, le rôle fut créé le 17 février 1930 par Berthe Bovy à la Comédie-Française.

Marc Paquien, le metteur en scène
Révélé par ses mises en scène de La Mère de Stanislaw I. Witkiewicz et Face au mur de Martin Crimp, Marc Paquien retrouve l’auteur britannique en créant La Ville au Théâtre des Abbesses en 2009. Il monte dernièrement Les Femmes savantes de Molière, et présentera en 2012 Oh les beaux jours de Samuel Beckett. À l’opéra, il met notamment en scène Les Aveugles de Xavier Dayer, d’après Maurice Maeterlinck à l’Opéra Bastille puis à l’Almeida Theatre à Londres, Le Mariage secret de Domenico Cimarosa et L’Heure espagnole de Maurice Ravel pour l’Atelier Lyrique de l’Opéra de Paris. Il s’imprègne aujourd’hui du regard lucide porté par Mirbeau sur son époque pour faire jaillir , au-delà de la seule transposition contemporaine, la dimension visionnaire de cette comédie grinçante, véritable « théâtre réfléchissant, théâtre réflecteur ».

Équipe Artistique

Scénographie : Gérard Didier
Lumières : Pierre Gaillardot
Assistante lumières : Marie Boethas
Costumes : Claire Risterucci
Maquillages et coiffures : Christelle Paillard

Distribution

La troupe

Bienvenue

Les journées du Patrimoine

Les visites-conférences pour les journées du Patrimoine, les 21 et 22 septembre 2019, sont d'ores et déjà complètes.

Nous vous invitons à consulter notre page Visiter pour réserver une visite-conférence guidée pour les particuliers, tous les week-end à 11h.

Important

Nous vous rappelons que vos téléphones portables doivent être éteints pendant toute la durée des représentations. Merci.

Cookies

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez notre politique de protection des données personnelles et notre politique de gestion des cookies ainsi que le dépôt de cookies et technologies similaires, destinés à (1) assurer le bon fonctionnement du site (authentification, suivi de panier de commande), (2) vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêts en fonction de votre navigation sur notre site et (3) réaliser des statistiques pour optimiser votre navigation sur le site. Vous avez la possibilité d'en apprendre plus sur le paramétrage de vos cookies en suivant ce lien, ou vous pouvez accepter les cookies en fermant cette fenêtre.

Vigipirate

Suite au renforcement du plan Vigipirate, toute personne se présentant avec une valise ou un sac (hors sac à main) se verra interdire l'accès à l'enceinte des trois théâtres de la Comédie-Française.
Pour faciliter les contrôles, merci d'arriver au minimum 30 minutes avant le début des représentations.