Conversation avec Stéphane Varupenne et Sébastien Pouderoux

« Chacun cherche son Serge »

Les acteurs-musiciens des Serge font leur retour et accueillent Marie Oppert dans leur bande.

« Les Serge (Gainsbourg point barre) »
Adaptation et mise en scène Stéphane Varupenne et Sébastien Pouderoux.
Du 24 novembre 2022 au 8 janvier 2023 au Studio-Théâtre.

lesserges-20221114-53vp

Photo ©Vincent Pontet

  • Oscar Héliani. Comment pourriez-vous décrire Serge Gainsbourg ?

Sébastien Pouderoux. Un esprit brillant et acéré. Un être profondément inspiré et inventif.
Stéphane Varupenne. Un artiste timide, sensible et paradoxal qui se cachait derrière sa froideur et son agressivité mais aussi derrière des volutes de fumée et des vapeurs d’alcool. La chanson, qu’il considérait comme un art mineur, le complexait moins que la poésie ou la peinture.
Sébastien Pouderoux. Il me fait penser à Dylan, capable, comme lui, d’écrire dans l’urgence. une sorte de vanne ouverte… Imaginez-vous que Je t’aime… moi non plus et Je suis venu te dire que je m’en vais ont été achevés en une nuit…

  • Oscar Héliani. Serge Gainsbourg avait dit un jour : « Heureux, je n’aurais plus rien à dire.»

Stéphane Varupenne. Je pense que c’est ce qui caractérise la plupart des poètes.
Sébastien Pouderoux. On aurait tort de croire qu’il n’a souffert qu’à ses débuts, quand il cherchait désespérément la reconnaissance. Le succès n’a pas eu pour vertu de le rassurer. En réalité, cela le détruisait, tout en lui apportant cette liberté de ton qui fait qu’aujourd’hui encore on a du plaisir à l’écouter

  • Oscar Héliani. On a reproché à Serge Gainsbourg une certaine misogynie. Il est pourtant l’auteur de superbes chansons pour Brigitte Bardot, Jane Birkin, Anna Karina, Isabelle Adjani, Dani ou Françoise Hardy, pour ne citer qu’elles. Quelle est votre analyse de ce paradoxe ?

Stéphane Varupenne. C’est tout simplement sa façon de séduire.
Sébastien Pouderoux. Oui, il entre dans une forme de défiance qui crée un mystère autour de lui. Son attitude faussement dégagée ou carrément hostile lui donne un côté magnétique. On pourrait se demander si ce n’est pas sa manière de se protéger, son mécanisme de défense.

  • Oscar Héliani. Artistiquement, Serge Gainsbourg a été un pionnier…

Stéphane Varupenne. Oui, il empruntait des thèmes classiques et en faisait des chansons. C’est un peu l’inventeur du sample. De plus, il était curieux de tout, s’essayait à tous les styles : le jazz, le rock, le reggae, l’électro… Il n’a jamais cessé d’évoluer.

  • Oscar Héliani. Il cherchait à se démarquer au risque de choquer ou de provoquer. La provocation, selon lui, faisait partie de la création.

Sébastien Pouderoux. Il disait que la provocation était une nécessité et qu’en secouant les gens, il en tombait toujours quelque chose, des pièces de monnaie, un livret de famille, etc. Dans Les Serge, notre intention n’est pas du tout de choquer ou de déstabiliser mais plutôt d’interroger le spectateur, d’éveiller sa curiosité.

  • Oscar Héliani. Comment est venue l’idée du spectacle ?

Sébastien Pouderoux. Depuis Comme une pierre qui… [spectacle créé au Studio-Théâtre en 2015 d’après Greil Marcus par Marie Rémond et Sébastien Pouderoux], Stéphane et moi avions envie de retravailler ensemble. Gainsbourg est, depuis toujours, une grande source d’inspiration alors quand Éric Ruf nous a fait cette proposition, nous l’avons acceptée. Le défi était de s’affranchir de la forme cabaret, un exercice avec lequel Gainsbourg était loin d’être à l’aise, pour aller vers le concert, qui lui correspond mieux.

  • Oscar Héliani. Qui sont les Serge ?

Stéphane Varupenne. Nous sommes cinq comédiens-musiciens et une comédienne-musicienne ; ce spectacle est l’occasion rêvée de créer un groupe.

  • Oscar Héliani. Quelle forme a le spectacle ?

Sébastien Pouderoux. Une sorte de concert stand-up. Nous interprétons des chansons et des extraits d’interviews. D’un côté, il y a la musique, de l’autre, il y a l’homme avec sa répartie en interview, son esprit irrévérencieux et subversif. Tout ce qui fait l’intérêt de le fréquenter à travers un spectacle.
Stéphane Varupenne. On pourrait penser à une ultime répétition la veille d’un concert. Notre volonté est d’explorer davantage l’envers du décor, la part intime et confidentielle de Gainsbourg…

  • Oscar Héliani. Devant une œuvre aussi prolifique, comment avez-vous effectué des choix ?

Sébastien Pouderoux. Nous avons privilégié le Gainsbourg amoureux et sensuel.
Stéphane Varupenne. En une heure vingt de spectacle, on ne peut donner à entendre qu’une infime partie de son immense répertoire. Nous avons accordé une place importante à tous ses morceaux emblématiques que la nouvelle génération ne connaît pas forcément.

  • Oscar Héliani. Vous êtes six au plateau, verra-t-on six différents Serge ?

Sébastien Pouderoux. Aucun de nous n’est en charge d’une période précise de la vie de Serge Gainsbourg. On pourrait imaginer un sous-titre : Chacun cherche son Serge. À chaque acteur ou actrice d’investir la partition à sa manière et de trouver en soi le provocateur, le subversif, le timide ou l’inhibé.

  • Oscar Héliani. Vous avez plusieurs casquettes dans ce spectacle, est-ce un atout ou un inconvénient ?

Stéphane Varupenne. Par moments, c’est assez compliqué d’avoir du recul. C’est en cela que le binôme est précieux. Pour la musique, nous enregistrons nos sessions, ce qui nous permet davantage d’exigence. Nous sommes également très aidés par nos arrangeurs.

  • Oscar Héliani. Dans le spectacle, vous rejouez la rencontre de Serge Gainsbourg avec Whitney Houston dans l’émission Champs-Élysées et la séquence où il brûle la moitié du billet de 500 francs sur le plateau de Sept sur sept. Ne craignez-vous pas de focaliser l’attention sur le provocateur qu’il a pu être ?

Sébastien Pouderoux. Non, pas vraiment. La personne en charge de ces deux séquences les interprète avec beaucoup de délicatesse. Il s’agit davantage d’une citation que d’une volonté d’incarner ces provocations.
Stéphane Varupenne. Nous les détournons pour que cela reste un clin d’œil…

  • Oscar Héliani. Quelle séquence retenez-vous comme la plus marquante dans la vie de Gainsbourg ?

Sébastien Pouderoux. Lorsqu’il interprète une chanson inédite, La Noyée, sur un plateau de télévision. J’aime l’absence d’affectation. On ressent moins le pathos que chez Brel ou Ferré par exemple. Cela me touche énormément.
Stéphane Varupenne. En 1985, il est l’invité du Jeu de la vérité. Il reprend au piano Parce que, une chanson de Charles Aznavour. C’est un moment suspendu qu’il s’emploie ensuite à faire voler en éclats en répondant à Patrick Sabatier. Pour moi, c’est tout Gainsbourg, quelqu’un qui ne cesse de casser l’émotion.

  • Oscar Héliani. Serge Gainsbourg voulait qu’on se souvienne de lui comme d’un homme parfois trouble, parfois violent, assez porté sur l’érotisme, avec un langage précis et un style. Qu’aimeriez-vous que le spectateur retienne du spectacle ?

Stéphane Varupenne. L’impression d’avoir entrevu l’âme d’un poète, comme dans la chanson de Charles Trenet. Et qu’il lui reste un air ou une parole en tête.
Sébastien Pouderoux. Le sentiment d’avoir fréquenté Gainsbourg à travers nous.

Propos recueillis par Oscar Héliani
avril 2019

Spectacle créé le 16 mai 2019 au Studio-Théâtre
Le spectacle Les Serge (Gainsbourg point barre) a été adapté en film original tourné au Studio Ferber : La Comédie-Française chante Gainsbourg. En 2021, ce film a été diffusé sur France télévisions et l’INA l’a édité en DVD (en vente à la boutique de la Comédie-Française).

  • Portail documentaire La Grange

    Découvrez notre patrimoine

  • Découvrez

    La boutique

COOKIES

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez notre politique de protection des données personnelles et notre politique de gestion des cookies ainsi que le dépôt de cookies et technologies similaires, destinés à (1) assurer le bon fonctionnement du site (authentification, suivi de panier de commande), (2) vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêts en fonction de votre navigation sur notre site et (3) réaliser des statistiques pour optimiser votre navigation sur le site. Vous avez la possibilité d'en apprendre plus sur le paramétrage de vos cookies en suivant ce lien, ou vous pouvez accepter les cookies en fermant cette fenêtre.


VIGIPIRATE

Suite au renforcement du plan Vigipirate, toute personne se présentant avec une valise ou un sac (hors sac à main) se verra interdire l'accès à l'enceinte des trois théâtres de la Comédie-Française.
Pour faciliter les contrôles, merci d'arriver au minimum 30 minutes avant le début des représentations.