Charles-François Grandin
dit GRANDVILLE

235e sociétaire

Entré à la Comédie-Française en 1818 ; nouveaux débuts en 1821 ; sociétaire en 1822 ; retraité en 1834.

Après six années d'armée, il commence, pour gagner sa vie, à chanter dans une troupe de province.

En 1806, il joue à Paris, prend le nom de Grandville et est engagé l'année suivante au Théâtre de l'Impératrice (rue Louvois, puis à l'Odéon), dans l'emploi des valets. Il joue ensuite les comiques dans la troupe française de Saint-Pétersbourg, puis en Pologne, revient en France en 1818 et obtient un ordre de début à la Comédie-Française. Il débute dans Chrysale des Femmes savantes et Bartholo du Barbier de Séville, puis dans L'Avare. Malgré des qualités comiques incontestables, il est encore mal à l'aise dans l'emploi des « manteaux » auquel il s'essaie. Il joue en province et se présente à nouveau en 1821, dans le rôle de Géronte du Dissipateur de Destouches.

Il est reçu sociétaire en 1822 pour doubler Devigny. Il remplit avec succès l'emploi des financiers, joue Turcaret avec naturel, et emporte l'adhésion du public dans Le Malade imaginaire, et dans L’École des vieillards de Casimir Delavigne.

Sa mauvaise santé l'oblige à quitter la scène en 1834. Il se retire à Sens où il meurt deux ans plus tard.