Marc-Antoine
Le Grand

61e sociétaire

Entré à la Comédie-Française en 1694 ; nouveaux débuts en 1702 ; sociétaire en 1702.
Acteur-auteur, il débute dans une compagnie de province et fait jouer ses œuvres à Lyon et alentour. Il débute à la Comédie sans succès en 1694 en s'attaquant présomptueusement au rôle de Tartuffe, quitte la France pour cinq ans qu'il passe à Varsovie, et tente en 1702 de nouveaux débuts à Paris, sous la protection du dauphin qui le fait recevoir pour doubler Ponteuil dans les rois de tragédie et les paysans de comédie. Petit et courtaud, il n'a pour qualités qu'une voix sonore et beaucoup d'esprit. Il tient pendant plus de vingt ans des rôles secondaires dans la tragédie, souvent sifflé par le parterre, qu'il parvient à retourner à son avantage par ses reparties spirituelles.
Il est l'auteur d'un nombre considérable de petites comédies et farces, inspirées des procédés du Théâtre de la Foire, tant pour la Comédie-Française que pour le Théâtre Italien. Le répertoire de la Comédie-Française compte vingt-trois de ses œuvres, parmi lesquelles une majorité de «levers de rideau». Sa comédie Cartouche ou les Voleurs, créée en 1721, présente l'originalité de mettre en scène des événements contemporains.
Il a, en collaboration avec Dominique Biancolelli ou avec Fuzelier, composé pour le théâtre italien des parodies des
tragédies représentées à la Comédie-Française, telle Agnès de Chaillot, d'après la célèbre Inès de Castro de La
Motte.