Louise Charles Théophile
dite MLLE MANTE

237e sociétaire

Entrée à la Comédie-Française en 1822 ; sociétaire en 1823.

Élève de Granger au Conservatoire, elle débute à la Comédie-Française dans Célimène du Misanthrope et Hortense de L'Amour et la raison, comédie de Pigault-Lebrun.
Belle femme, au talent précis et distingué, elle se pose en rivale de Mademoiselle Mars. Une mémorable représentation des Femmes savantes, en 1822, les rassemble dans les rôles d'Henriette et d'Armande, au grand plaisir du public qui se bouscule pour les applaudir. Mademoiselle Mante doit cependant assez tôt laisser l'emploi des grandes coquettes pour celui des mères et des « demi-caractères », car sa taille s'est épaissie. Elle joue désormais Arsinoé, plutôt que Célimène, et fait quelques belles créations : la baronne de Prie dans Mademoiselle de Belle-Isle (1839), la duchesse de Marlborough dans Le Verre d'eau de Scribe (1840), la Baronne d'Il ne faut jurer de rien de Musset (1847), sa dernière création...

Femme distinguée et spirituelle, musicienne et peintre à ses heures, elle disparaît en 1849, après une courte maladie.

Bienvenue

À l'occasion des Journées du Patrimoine, la Comédie-Française propose des visites-conférences de la Salle Richelieu les samedi 15 et dimanche 16 septembre à 9h30,10h et 10h30 (durée de la visite : 2h30).
Inscription par email uniquement le 4 septembre à l'adresse suivante : bibliotheque-musee@comedie-francaise.org
(Inscription pour deux personnes maximum).
Nous organisons également des visites le reste de l'année : https://www.comedie-francaise.fr/fr/visites-individuelles

Important : la location aux guichets et par téléphone est fermée pour l'été. Réouverture du service billetterie le 3 septembre à 11h.

Vigipirate

Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation.