Paule
Noëlle

448e sociétaire

Entrée à la Comédie-Française en 1962 ; sociétaire en 1970 ; retraitée en 1992.

Après deux premiers prix au Conservatoire de Rouen, elle entre au Conservatoire national dans la classe de Pierre Bertin et remporte en 1962 un second prix de Comédie classique et un premier prix de Comédie moderne. En même temps, elle joue au TNP Les Rustres de Goldoni, La Paix d'Aristophane et La guerre de Troie n'aura pas lieu de Giraudoux.

À sa sortie du Conservatoire, elle est engagée à la Comédie-Française, où elle débute dans le rôle de Viviane d'Un fil à la patte de Georges Feydeau. Elle met sa vivacité et sa malice au service des soubrettes de Marivaux, la rieuse Lisette des Sincères et du Jeu de l'amour et du hasard et la sensible Marton des Fausses confidences. Elle prête sa gaieté naturelle à Agathe des Folies amoureuses (Regnard), Isabelle (L’École des maris) et Zerbinette (Les Fourberies de Scapin), joue Les Précieuses ridicules, Les Italiens à Paris, Électre de Giraudoux, le Supplément au voyage de Cook, Le Chandelier, Barberine
Fine et spirituelle, elle incarne avec drôlerie les jeunes premières de Labiche dans Le Voyage de Monsieur Perrichon, La Station Champbaudet, Doit-on le dire ? Elle y chante d'une voix acidulée les « couplets » traditionnels. Les « petites femmes » de Feydeau ont aussi sa joie de vivre et sa perversité candide : Yvonne (Feu la mère de Madame), Clarisse (Mais n'te promène donc pas toute nue), Raymonde (La Puce à l'oreille). Elle est, en 1977, une piquante et sensible Suzanne du Mariage de Figaro mis en scène par Jacques Rosner.

Parmi les auteurs contemporains, elle joue Éric Westphal, Guy Foissy, Max Frisch, Bertolt Brecht et Montherlant. Dans le spectacle de Maurice Béjart, Les Plaisirs de l'île enchantée, elle chante et danse le rôle charmant de Philis. Elle est aussi volontiers protagoniste des « littéraires » qui mêlent la chanson à la poésie. Elle fait beaucoup de télévision, des feuilletons (Gaspard des montagnes, Le Chevalier d'Harmental), des émissions de variétés et des téléfilms où elle paraît dans des rôles de composition plus dramatiques que son emploi traditionnel.

Elle a, au cours de la saison 1982/1983, présenté avec esprit le gala consacré à la Musique à la Comédie-Française, donné à l'Odéon au profit de la recherche médicale contre le cancer.
Après son départ de la Comédie-Française, elle a joué régulièrement sous la direction de Jean-Laurent Cochet des pièces de Feydeau, Labiche et Guitry.

À la Comédie-Française

1988-1989

1987-1988

1986-1987

1984-1985

1983-1984

1981-1982

1980-1981

1979-1980

1978-1979

  • La Puce à l'oreille

    de Georges Feydeau Mise en scène Jean-Laurent Cochet

    Raymonde Chandebise

    Richelieu

  • Doit-on le dire ?

    d'Eugène Labiche et Alfred Duru Mise en scène Jean-Laurent Cochet

    Lucie

    Richelieu

1977-1978

  • Doit-on le dire ?

    d'Eugène Labiche et Alfred Duru Mise en scène Jean-Laurent Cochet

    Lucie

    Odéon

1976-1977

  • Nouveauté

    Lunettes connectées disponibles à la Salle Richelieu

  • Découvrez

    La boutique

ATTENTION

Ouverture des réservations pour les représentations du mois de juillet Salle Richelieu :

  • MER 20 MARS à partir de 11h

VIGIPIRATE

En raison du renforcement des mesures de sécurité dans le cadre du plan Vigipirate « Urgence attentat », nous vous demandons de vous présenter 30 minutes avant le début de la représentation afin de faciliter le contrôle.

Nous vous rappelons également qu’un seul sac (de type sac à main, petit sac à dos) par personne est admis dans l’enceinte des trois théâtres de la Comédie-Française. Tout spectateur se présentant muni d’autres sacs (sac de courses, bagage) ou objets encombrants, se verra interdire l’entrée des bâtiments.

vigipirate-urgenceattentat2