Mettre en scène Shakespeare

Dans le cadre de notre programmation en ligne inspirée des œuvres au programme du bac, nous vous proposons une série de diffusions autour de Richard III. L’œuvre est à découvrir dans le cadre d’un Théâtre à la table dirigé par Suliane Brahim avant une rencontre, « Mettre en scène Shakespeare », avec Thomas Ostermeier qui a monté sept pièces de l’auteur, dont deux à la Comédie-Française.

« Ce que je recherche avec Shakespeare, […] c’est un univers jouant avec des éléments actuels, mais sans qu’on y greffe de façon racoleuse notre monde d’aujourd’hui. Un univers qui n’impose pas non plus aux acteurs la folie de devoir déclamer des vers vêtus de haut-de-chausses ou autres fastes de cour. […] Je ne tiens pas à mettre Shakespeare sur le piédestal d’une universalité éternelle. […] Les scènes de Shakespeare sont comme des dés en verre : il y a ou deux ou cinq ou six côtés par lesquels on peut le regarder. Cet éclat multidimensionnel, là est toute la beauté, mais aussi le défi. »

Les scènes de Shakespeare sont comme des dés en verre : il y a ou deux ou cinq ou six côtés par lesquels on peut le regarder. Cet éclat multidimensionnel, là est toute la beauté, mais aussi le défi.

Ainsi s’exprimait Thomas Ostermeier en 2015, dans une série d’entretiens avec le critique Gerhard Jörder qui (Ostermeier backstage, l’Arche Editeur). Tandis que Thomas Ostermeier a offert à la Troupe une nouvelle approche de l’œuvre du dramaturge élisabéthain (comme en témoigne Denis Podalydès dans son livre Les Nuits d'amour sont transparentes, véritable immersion dans la genèse de la création de La Nuit des rois ou Tout ce que vous voulez paru au Seuil en 2021), Laurent Muhleisen, conseiller littéraire de la Comédie-Française, l’interroge ici sur l’ensemble de son compagnonnage artistique avec Shakespeare. Pourquoi et comment l’auteur accompagne son travail depuis plus de quinze ans ? Quelles étapes et quels enjeux ce théâtre représente-t-il pour lui dans son parcours et sa façon de raconter le monde dans lequel nous vivons.

PARCOURS DE THOMAS OSTERMEIER

Après une formation à l’École supérieure de théâtre Ernst Busch à Berlin, qui l’amène à collaborer comme assistant à la mise en scène ou comédien auprès de Manfred Karge et du Berliner Ensemble, Thomas Ostermeier dirige la Baracke, scène associée au Deutsches Theater à Berlin entre 1996 et 1999. Il devient alors, à l’âge de 31 ans, codirecteur artistique de la Schaubühne où il poursuit son travail sur les textes contemporains tout en s’intéressant au répertoire classique. Ainsi, il crée plusieurs pièces de Marius von Mayenburg, Lars Norén, Sarah Kane, Jon Fosse ou Caryl Churchill, mais aussi de Georg Büchner, Bertolt Brecht, Henrik Ibsen ou Anton Tchekhov. Alliant fidélité à la situation dramatique et liberté d’interprétation, il s’empare des questionnements intemporels contenus dans les textes en écho avec la société politique et sociale d’aujourd’hui. Thomas Ostermeier, qui se concentre de plus en plus sur ce qu’il nomme l’acteur-créateur, déploie des dispositifs scéniques où la vidéo et la musique live ont une part importante. Après avoir adapté en 2017 à la Schaubühne Retour à Reims de Didier Eribon, il monte en 2018 Histoire de la violence d’après le livre homonyme d’Edouard Louis, auteur qu’il dirige dans Qui a tué mon père ? en 2021. Cette même année, il se tourne vers l’œuvre de Virginie Despentes dont il adapte Vernon Subutex.

De Shakespeare, Thomas Ostermeier a mis en scène Le Songe d’une nuit d’été en 2006, Hamlet en 2008, Othello en 2010 au Théâtre d’Épidaure, Mesure pour mesure en 2011 puis Richard III dans une traduction et une adaptation de Marius von Mayenburg en 2015 dans le cadre du Festival d’Avignon dont il a été artiste associé en 2004. Sa mise en scène est à l’affiche aux Gémeaux, scène nationale de Sceaux du 12 au 22 janvier 2023. Il choisit Shakespeare, avec La Nuit des rois ou Tout ce que vous voulez pour sa première collaboration en 2018 avec la Comédie-Française, qu’il retrouve cette saison en mettant en scène, de nouveau dans une traduction française d’Olivier Cadiot, Le Roi Lear (Salle Richelieu jusqu’au 26 février 2023, spectacle à retrouver au cinéma partout en France en direct le 9 février et en rediffusion à partir du 26 février).

  • Portail documentaire La Grange

    Découvrez notre patrimoine

  • Découvrez

    La boutique

COOKIES

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez notre politique de protection des données personnelles et notre politique de gestion des cookies ainsi que le dépôt de cookies et technologies similaires, destinés à (1) assurer le bon fonctionnement du site (authentification, suivi de panier de commande), (2) vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêts en fonction de votre navigation sur notre site et (3) réaliser des statistiques pour optimiser votre navigation sur le site. Vous avez la possibilité d'en apprendre plus sur le paramétrage de vos cookies en suivant ce lien, ou vous pouvez accepter les cookies en fermant cette fenêtre.


VIGIPIRATE

Suite au renforcement du plan Vigipirate, toute personne se présentant avec une valise ou un sac (hors sac à main) se verra interdire l'accès à l'enceinte des trois théâtres de la Comédie-Française.
Pour faciliter les contrôles, merci d'arriver au minimum 30 minutes avant le début des représentations.