Claude
Giraud

460e sociétaire

Entré à la Comédie-Française en 1962 ; départ en 1963 ; retour en 1972 ; sociétaire en 1976 ; retraité en 1983.

Élève de Tania Balachova au Vieux-Colombier, de Berthe Bovy et de Jean Meyer au Centre d'art dramatique, puis de Debucourt et de Fernand Ledoux au Conservatoire, il remporte au concours de 1962 trois premiers prix (Tragédie, Comédie classique, Comédie moderne) qui lui ouvrent les portes de la Comédie-Française. Il y débute dans Valère de L'Avare, joue Arsace de Bérénice, le récitant du Retour de l'enfant prodigue d'André Gide, est le premier lauréat du Prix Gérard Philipe. Il quitte la Comédie-Française pour aller tourner le beau film de François Leterrier d'après Jean Giono, Un Roi sans divertissement.
Après quoi il joue Phèdre avec Marie Bell au théâtre du Gymnase, puis aux États-Unis, où il remporte le prix du Theater World’s Award, pour ses interprétations d'Hippolyte et de Titus (Bérénice).
À la Madeleine, avec Jean-Laurent Cochet, il joue Molière, Musset, Marivaux et Labiche, crée à la Renaissance Qui a peur de Virginia Woolf d'Edward Albee, avec Madeleine Robinson et Raymond Gérôme, puis Le Gardien d'Harold Pinter au théâtre Moderne.
Il revient à la Comédie en 1972, reprend le rôle d'Œdipe dans Œdipe roi et Œdipe à Colone de Sophocle, interprète la comédie classique (Amphitryon, L’Impromptu de Versailles), le drame (Richard III de Shakespeare, rôle d'Edouard IV), la tragédie (Curiace dans Horace de Corneille). Il joue Musset (Les Caprices de Marianne) et Billetdoux (La Nostalgie, camarade...).

Tragédien doué de prestance et de flamme, il interprète le rôle difficile de Penthée, dans Les Bacchantes d'Euripide, dans une mise en scène de Cacoyannis, à l'Odéon, et le rôle de Créon dans Médée. Il joue des rôles aussi divers que Béralde du Malade imaginaire, Christian dans Cyrano de Bergerac, Antonio dans La Nuit des Rois de Shakespeare, Scoronconcolo dans Lorenzaccio de Musset. Il se révèle excellent chanteur et acteur comique dans Doit-on le dire? de Labiche. Dans La Trilogie de la Villégiature de Goldoni, comme dans La Révolte de Villiers de l'Isle-Adam, il incarne des personnages complexes, passionnés, violents et sensibles.

S'il ne l'a jamais joué à la Comédie-Française, il a interprété de très nombreuses fois Alceste du Misanthrope, notamment dans des festivals. Pour la télévision, après la réussite de Cinna et de La Machine infernale de Jean Cocteau, il a tourné plusieurs séries à succès : des feuilletons de cape et d'épée (c'est un cavalier accompli) – Les Compagnons de Jéhu, Les Fiancés de l'Empire –, pour les enfants – Sébastien parmi les hommes –, la série historique des Rois maudits, l'adaptation de Madame Bovary, celle de Mathias Sandorf et celle d'un roman d'Emmanuel Roblès, Venise en hiver.

À la Comédie-Française

1981-1982

  • Médée

    d'Euripide Mise en scène Jean Gillibert

    Créon

    Odéon

1980-1981

  • Le Malade Imaginaire

    de Molière Mise en scène Jean-Laurent Cochet

    Béralde

    Richelieu

  • La Révolte

    de Villiers de l'Isle-Adam Mise en scène Alain Halle-Halle

    Félix

    Odéon

1979-1980

1978-1979

1977-1978

1976-1977

  • Les Bacchantes

    d'Euripide Mise en scène Michel Cacoyannis

    Penthée

    Odéon

  • Lorenzaccio

    d'Alfred de Musset Mise en scène Franco Zeffirelli

    Scoronconcolo

    Richelieu

  • Nouveauté

    Lunettes connectées disponibles à la Salle Richelieu

  • Découvrez

    La boutique

VIGIPIRATE

En raison du renforcement des mesures de sécurité dans le cadre du plan Vigipirate « Sécurité renforcée - risque attentat », nous vous demandons de vous présenter 30 minutes avant le début de la représentation afin de faciliter le contrôle.

Nous vous rappelons également qu’un seul sac (de type sac à main, petit sac à dos) par personne est admis dans l’enceinte des trois théâtres de la Comédie-Française. Tout spectateur se présentant muni d’autres sacs (sac de courses, bagage) ou objets encombrants, se verra interdire l’entrée des bâtiments.

logo-vigipiratejanv24