Edouard
Brindeau

263e sociétaire

Entré à la Comédie-Française en 1842 ; sociétaire en 1843 ; retraité en 1854.

Obligé d'interrompre à seize ans ses études, au cours desquelles il s'est lié d'amitié avec les fils de Talma, il débute au théâtre dans l'emploi des jeunes premiers légers, dans des pièces à couplets. Bien tourné, doté d'une jolie voix, il remporte quelques succès au Vaudeville et aux Variétés, encouragé par Suzanne Brohan. En 1842, il est engagé à la Comédie-Française, qui manque alors de jeunes premiers, et y débute dans le rôle de Bolingbroke (Le Verre d'eau, de Scribe). Son principal mérite est de créer les héros de Musset : Un caprice, Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée, Il ne faut jurer de rien, Le Chandelier, Les Caprices de Marianne ... ainsi que les jeunes premiers des comédies de Dumas et de Scribe. L'engagement en 1854 de Bressant, coqueluche du public, le prive de ses principaux rôles et lui fait comprendre qu'il est temps pour lui de se retirer. Il joue alors en province et sur d'autres scènes parisiennes, notamment au Vaudeville et à l'Odéon, ainsi qu'à l'étranger. Il meurt en 1822.
L'une de ses filles, qui sont toutes deux comédiennes, épouse en secondes noces Frédéric Febvre, qui dans ses souvenirs, rend hommage à Brindeau.

Bienvenue

Attention :

  • À l'occasion de la fête du travail nos trois théâtres seront fermés le 1er mai. Merci de votre compréhension.
  • Trois représentations supplémentaires du spectacle « Faust » au Théâtre du Vieux-Colombier sont programmées le samedi 14 avril à 14h, le dimanche 22 avril à 20h30 et le samedi 28 avril à 14h. La réservation est ouverte en ligne, par téléphone et aux guichets.

Vigipirate

Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation.