Jacques
Destoop

445e sociétaire

Entré à la Comédie-Française en 1958 ; départ en 1965 ; retour en 1966 ; sociétaire en 1968 ; retraité en 1986.

Attiré primitivement par la peinture et la décoration, il découvre le théâtre, entre au Centre de la rue Blanche puis au Conservatoire, où il est l'élève de Jean Yonnel. En 1958, il décroche deux premiers prix de Comédie (classique et moderne) et un deuxième prix de Tragédie ; il est engagé immédiatement à la Comédie-Française.
Jacques Destoop y joue Chicot dans La Dame de Monsoreau de Dumas et Maquet, à la Salle Luxembourg, Un conte d’hiver de Shakespeare, en 1961, puis prend possession des rôles de princes de tragédie : Rodrigue (Le Cid), Oreste (Andromaque), le rôle-titre de Polyeucte, Xipharès (Mithridate), Antiochus (Bérénice)... Il joue également Cardona dans Le Cardinal d'Espagne de Montherlant, mais son tempérament romantique et sa voix vibrante en font l'interprète du somptueux Ruy Blas mis en scène par Raymond Rouleau, tandis qu'il donne libre cours à sa fantaisie dans le rôle de Charles Surface (L’École de la médisance de Sheridan). Il quitte pendant un an la Comédie-Française pour aller jouer à l'Atelier Ce soir on improvise de Pirandello. Il revient en 1966 à la Comédie-Française et y retrouve les rôles du Cid et de Ruy Blas, ajoute à son répertoire Don Pedro de La Reine morte de Montherlant et Sacramoro dans Malatesta, Nicomède, etc., reprend le rôle de Néron de Britannicus dans la mise en scène de Michel Vitold, joue Cyrano de Bergerac, Iphicrate dans L'Ile des esclaves de Marivaux.

Il met en scène en 1971 La Descente sur Recife de Gabriel Cousin, dans le cycle des Auteurs nouveaux admis à la Comédie-Française, monte Iphigénie de Racine, interprétant lui-même le rôle d'Agamemnon, crée James Tyrone dans Une lune pour les déshérités d'Eugène O'Neill, à l'Odéon, Caïus Gracchus dans Les Gracques de Giraudoux, le Marquis Cibo dans Lorenzaccio. Il aborde les compositions avec Bazile du Mariage de Figaro, reprend le Comte dans les Fausses confidences, joue Aufide dans Sertorius de Pierre Corneille. Metteur en scène, il présente Ruy Blas, en 1979, et renouvelle le gente des soirées littéraires en co-réalisant avec Alain Pralon et Simon Eine, des spectacles vivants et attachants : la série « En plein cœur » et, pour célébrer le tricentenaire de la Comédie-Française, celles des « Simul et singulis ».

Hors Comédie-Française, il a joué à Marseille la Maison sous les arbres de P. Laville. Il a adapté et mis en scène le Journal d'une femme de chambre d'Octave Mirbeau.
À la télévision, il a paru dans de nombreuses dramatiques et fut le Chevalier d'Harmenthal dans la série tirée du roman d'Alexandre Dumas.

À la Comédie-Française

1985-1986

1984-1985

1983-1984

1982-1983

  • Triptyque

    de Max Frisch Mise en scène Roger Blin

    Le Voisin à la flûte

    Odéon

  • Le Voyage de Monsieur Perrichon

    d’Eugène Labiche et Edouard Martin Mise en scène Jean Le Poulain

    l'Aubergiste - le Jardinier

    Richelieu

1981-1982

1980-1981

  • La Folle de Chaillot

    de Jean Giraudoux Mise en scène Michel Fagadau

    Le Prospecteur

    Richelieu

  • Sertorius

    de Pierre Corneille Mise en scène Jean-Pierre Miquel

    Aufide

    Richelieu

1979-1980

  • Ruy Blas

    de Victor Hugo Mise en scène Jacques Destoop

    Le Marquis del Basto

    Richelieu

  • La Folle de Chaillot

    de Jean Giraudoux Mise en scène Michel Fagadau

    Le Prospecteur

    Odéon

  • La Puce à l'oreille

    de Georges Feydeau Mise en scène Jean-Laurent Cochet

    Rugby

    Richelieu

1978-1979

1977-1978

1976-1977

  • Nouveauté

    Lunettes de surtitrage disponibles à la Salle Richelieu

  • Découvrez

    La boutique

VIGIPIRATE

En raison du renforcement des mesures de sécurité dans le cadre du plan Vigipirate « Sécurité renforcée - risque attentat », nous vous demandons de vous présenter 30 minutes avant le début de la représentation afin de faciliter le contrôle.

Nous vous rappelons également qu’un seul sac (de type sac à main, petit sac à dos) par personne est admis dans l’enceinte des trois théâtres de la Comédie-Française. Tout spectateur se présentant muni d’autres sacs (sac de courses, bagage) ou objets encombrants, se verra interdire l’entrée des bâtiments.

logo-vigipiratejanv24