Jean-Denis Benoît Boudy
dit JEAN-DENIS BENOÎT DUPONT

200e sociétaire

Entré à la Comédie-Française en 1791 ; sociétaire en 1792 ; retraité en 1803.

Cet élève de Mlle Raucourt, au jeu sensible et chaleureux, débute en 1791 à la Comédie-Française, où il est reçu sociétaire l'année suivante, pressenti pour succéder à Talma passé au Théâtre de la République. Il crée avec succès le rôle d'Abel dans La Mort d'Abel de Gabriel Legouvé, en 1792. Il joue dans L'Ami des lois, de Laya, et dans Paméla, de François de Neufchâteau, deux pièces jugées contre-révolutionnaires par le Comité de salut public. Il est incarcéré en 1793 avec ses camarades.

À sa sortie de prison, il entre au Théâtre de la République et s'y fait une place dans les rôles de sensibilité (Le Père de famille de Diderot, Dupuis et Desronais de Collé, Les Fausses Infidélités de Barthe) et aussi dans la tragédie, dominée par Talma.
Pendant les années de transition, il joue au Théâtre Feydeau, au Théâtre Louvois, à l'Odéon et réintègre la troupe réunie, en 1799. Une maladie grave, contractée pendant son incarcération, l'éloigne de la scène et le laisse très diminué. Il obtient alors sa retraite et une place dans l'administration des Beaux-Arts.

Il forma pour la scène sa belle-fille, Mlle Dupont.