Jean
Weber

385e sociétaire

Entré à la Comédie-Française en 1925 ; sociétaire en 1932 ; retraité en 1949.

Après avoir suivi les cours de Dorival et de Ledoux au conservatoire Maubel, il est l'élève de Leitner au Conservatoire en 1923, tandis qu'il se produit, au cours de ses études, à l'Œuvre, à l'Odéon et à la Comédie-Française.
Un premier prix triomphal, en 1925, dans Fortunio du Chandelier (Musset), le fait engager à la Comédie-Française, où il interprète Le Vieil Homme de Porto-Riche, avant de débuter officiellement (1926) dans Chérubin du Mariage de Figaro. Il est, dans la tradition des Delaunay et Dehelly, un marquis gracieux et spirituel, un jeune premier sensible et séduisant. Il incarne successivement tous les Clitandre, Léandre, Cléante, Valère, Eraste et Horace de Molière, les Dorante de Marivaux et de Corneille (Le Menteur), Almaviva de Beaumarchais, aussi bien que les héros de Musset (Sylvio, Perdican, Fortunio, Coelio, Valentin, Tebaldeo...).
Son seul rôle tragique est celui de Britannicus, tandis qu'il interprète le drame (Fortimbras dans Hamlet, Frédéri dans L'Arlésienne) et la comédie du XIXe siècle (Le Carrosse du Saint-Sacrement de Mérimée, Le Voyage de Monsieur Perrichon de Labiche, etc.). Parmi les auteurs contemporains, citons Vildrac, Edmond Sée (Un Ami de jeunesse, L'Indiscret), Jean-Jacques Bernard (Martine), Jean Sarment (Madame Quinze), Saint-Georges de Bouhélier (Le Sang de Danton), Paul Géraldy (Les Noces d'argent, Les Grands garçons), tandis qu'il reprend Les Affaires sont les affaires d'Octave Mirbeau et le Marquis de Priola d'Henri Lavedan. Sociétaire dès 1932, il mène une carrière brillante, au Français comme en province et à l'étranger où il fait de nombreuses tournées.

C'est en tournée, puis à Paris, qu'il va jouer pendant près de quarante ans un de ses plus grands succès, L'Aiglon d'Edmond Rostand. Au cinéma, dès l'époque du muet, il tourne film sur film. Il incarne le duc de Reichstadt dans L’Aiglon filmé par Tourjansky, alterne les films modernes et les films d'époque : Le Monsieur de minuit, Un coup de téléphone, Pluie d'or, La Tour de Nesle, Le Capitaine Fracasse... jusqu'à Si Paris nous était conté de Sacha Guitry en 1956.

Après avoir quitté le Français, toujours fringant et infatigable, il joue dans les festivals, interprète enfin le rôle-titre de Cyrano de Bergerac (il a joué successivement Christian de Neuvillette et de Guiche à la Comédie), s'adonne à son passe-temps favori, la prestidigitation (talent mis au service de la pièce de Sacha Guitry L'Illusionniste en 1947), fait des conférences et joue sur les Boulevards où il a interprété en 1982/1983 Chéri de Colette, en compagnie de Michèle Morgan et de Jean-Pierre Bouvier.

Bienvenue

Important

Nous vous rappelons que vos téléphones portables doivent être éteints pendant toute la durée des représentations. Merci.

Cookies

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez notre politique de protection des données personnelles et notre politique de gestion des cookies ainsi que le dépôt de cookies et technologies similaires, destinés à (1) assurer le bon fonctionnement du site (authentification, suivi de panier de commande), (2) vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêts en fonction de votre navigation sur notre site et (3) réaliser des statistiques pour optimiser votre navigation sur le site. Vous avez la possibilité d'en apprendre plus sur le paramétrage de vos cookies en suivant ce lien, ou vous pouvez accepter les cookies en fermant cette fenêtre.

Vigipirate

Suite au renforcement du plan Vigipirate, toute personne se présentant avec une valise ou un sac (hors sac à main) se verra interdire l'accès à l'enceinte des trois théâtres de la Comédie-Française.
Pour faciliter les contrôles, merci d'arriver au minimum 30 minutes avant le début des représentations.