Juste la fin du monde

de Jean-Luc Lagarce
Mise en scène Michel Raskine

Richelieu

1er mars 1er juillet 2008

Richelieu

Juste la fin du monde

2008-03-01 00:00:00 2008-07-01 00:00:00

Louis, trente-quatre ans, est à l’aube de sa mort. Il a peur, mais il a décidé : il retournera voir sa famille. Après un très long silence ponctué de cartes postales, « petites lettres elliptiques », il parlera.

Lors d’une ultime visite, il annoncera sa mort prochaine à sa mère, à sa petite sœur Suzanne, et à son frère Antoine. À la discrète Catherine, la femme de celui-ci, il parlera aussi. Mais le retour inespéré du fils aîné dans « la maison de la mère » ranime d’anciennes querelles et de vieux fantômes de famille. Les mots s’empêtrent et les malentendus s’accumulent sous l’œil de la mère, car à la ville, « vous vivez d’une drôle de manière », dit-elle. Digressions, arrêts brusques, redites, la parole est en errance. Chacun tente de rattraper le temps perdu. Expression maladroite de la solitude, du doute, du manque, de l’envie, et de l’amour dissimulé sous un voile de rancœur. Finalement, Louis repart sans avoir pu se livrer, « sans jamais avoir osé faire tout ce mal », emportant à jamais son secret, comme si le silence était la seule issue.
L.S.-B.


Jean-Luc Lagarce, l'auteur
Le titre de la pièce, Juste la fin du monde, annonce la gravité légère du propos. Écrite en 1990, alors que Jean-Luc Lagarce se sait atteint du sida, elle est la matrice de sa dernière pièce,Le Pays lointain, achevée juste avant sa mort le 30 septembre 1995. Essentielle dans son œuvre, elle évoque les thèmes du retour, de la disparition, de la perte et de la difficulté à communiquer. Elle est créée en 1999 au théâtre Vidy-Lausanne, dans une mise en scène de Joël Jouanneau. Méconnu de son vivant, Jean-Luc Lagarce est aujourd’hui unanimement reconnu comme un auteur majeur. Son œuvre donne vie à un nouveau langage en perpétuelle invention, parsemé de multiples ajustements, en quête du mot exact. Les méandres de la parole reflètent ainsi ceux de la pensée.

Michel Raskine, le metteur en scène
Codirecteur du Théâtre du Point du jour à Lyon depuis 1995, Michel Raskine a signé de nombreuses mises en scène de théâtre contemporain. Il a eu « la chance de connaître Jean-Luc Lagarce » et a toujours été « infiniment ému par cette pièce qui met en scène ce que nous avons de plus intime, le noyau familial, corps vivant en perpétuelle évolution ». Il aborde « ce chef-d’œuvre du théâtre d’aujourd’hui » comme un théâtre de tréteaux. Dans une succession d’arrêts sur image, les personnages vivent leur histoire en même temps qu’ils s’adressent au public. « Devant le rideau », les acteurs racontent des fragments de vie, comme des instantanés. Renvoyant les spectateurs du miroir de la scène à la réalité, Michel Raskine souligne ainsi la proximité des personnages avec chacun d’entre nous.
L.S.-B

Durée

2h sans entracte

Salle
logo-richelieu

Équipe Artistique

Mise en scène : Michel Raskine
Assisté de : Olivier Rey
Scénographie : Stéphanie Mathieu
Costumes : Josy Lopez
Lumières : Julien Louisgrand
Son : Laurent Ménard
Vidéo : Nicolas Faguet

Distribution

La troupe

  • Nouveauté

    Lunettes connectées disponibles à la Salle Richelieu

  • Découvrez

    La boutique

VIGIPIRATE

En raison du renforcement des mesures de sécurité dans le cadre du plan Vigipirate « Sécurité renforcée - risque attentat », nous vous demandons de vous présenter 30 minutes avant le début de la représentation afin de faciliter le contrôle.

Nous vous rappelons également qu’un seul sac (de type sac à main, petit sac à dos) par personne est admis dans l’enceinte des trois théâtres de la Comédie-Française. Tout spectateur se présentant muni d’autres sacs (sac de courses, bagage) ou objets encombrants, se verra interdire l’entrée des bâtiments.

logo-vigipiratejanv24