Henri
Rollan

434e sociétaire

Entré à la Comédie-Française en 1917 ; départ en 1918 ; nouvel engagement en 1948 ; sociétaire en 1960.

Il abandonne des études qui le destinent à l’École normale supérieure, pour entrer au Conservatoire dans la classe de Georges Berr et remporte en 1906 un premier prix à l'unanimité, fait rarissime dans les annales du Conservatoire. Antoine, qui vient d'être nommé directeur de l'Odéon, l'engage aussitôt et le fait débuter dans Chatterton d'Alfred de Vigny. Pendant trois ans, il est à la rude école d'Antoine : alternance et travail intensif, tant sur le répertoire que sur les textes contemporains.
En 1909, il quitte l'Odéon pour une tournée en Russie avec Réjane. Blessé pendant la guerre, il est engagé en 1917 comme pensionnaire à la Comédie-Française, mais préfère, dès 1918, suivre Firmin Gémier dans une grande tournée en Amérique du Sud, au cours de laquelle il interprète Shakespeare, Claudel et G.B. Shaw. De 1920 à 1940, il joue sur différents théâtres de très nombreux premiers rôles et tourne pour le cinéma (Les Trois Mousquetaires, Le Maître de forges, etc.). Il travaille avec Lugné-Poe, Baty, Gémier, Bernstein, crée le Napoléon unique de Paul Raynal et Duo de Colette et Paul Géraldy. En 1940, il est de retour à l'Odéon, joue les classiques, reprend Napoléon unique, jusqu'en 1943, année de sa première collaboration avec Henry de Montherlant (Fils de personne, au théâtre Saint-Georges). Il crée ensuite Le Fleuve étincelant de Charles Morgan au théâtre Pigalle puis Le Maître de Santiago de Montherlant au théâtre Hébertot. En 1948, Pierre-Aimé Touchard, administrateur de la Comédie-Française, fait appel à lui et il débute dans Le Misanthrope. Il est à la même époque nommé professeur au Conservatoire, où il aura pour élèves Annie Girardot, Robert Hirsch, Dominique Rozan, Jean-Paul Belmondo...

Acteur aux dons multiples, à la diction impeccable et à l'intelligence aiguë, il passe aisément du tout premier rôle à la silhouette, dans le classique comme dans le moderne, dans le tragique comme dans le comique. Il interprète Don Diègue, le Vieil Horace, Alceste, mais aussi Vadius, Sotenville, le Maître de philosophie et Don Guritan (Ruy Blas). Il reprend Le Soulier de satin de Claudel, joue Shakespeare, Sardou (Napoléon dans Madame Sans-Gêne), Aristophane (Socrate dans Les Nuées)... Il crée Julius de Baraglioul dans Les Caves du Vatican d'André Gide, met en scène L'Otage de Claudel, Dardamelle d'Émile Mazaud, Est-il bon ? Est-il méchant ? de Diderot, Hernani de Hugo, Antigone de Sophocle, Elizabeth la femme sans homme d'André Josset, reprend Le Maître de Santiago qui entre en 1958 au répertoire de la Comédie-Française. Fait exceptionnel, il est nommé sociétaire en 1960, à l'âge de 72 ans. Cette même année voit la création de l'admirable Cardinal d'Espagne, dans lequel il fait une interprétation exemplaire du cardinal Cisneros. Il est ensuite le cocasse Sir Peter Teazle de L'École de la Médisance de Sheridan et l'inénarrable Turenne de La Fourmi dans le corps d'Audiberti. Il reprend avec esprit le rôle de Monsieur le Trouhadec dans Donogoo de Jules Romains et celui de Malingear dans La Poudre aux yeux. Montherlant dit de lui, à juste titre : « Il a tous les registres, le dramatique, le comique, le sarcastique, l'épuisé, le tendre ».

Il vient de fêter ses soixante ans de théâtre et d'achever la mise en scène d'une pièce de Cocteau au théâtre des Ambassadeurs (Les Monstres sacrés), lorsqu'il meurt en 1966, peu de temps après avoir interprété une dernière fois Le Cardinal d'Espagne.

Bienvenue

Attention

La billetterie (guichets et téléphone) de la Salle Richelieu sera exceptionnellement fermée de 11h00 à 18h00 le vendredi 16 novembre 2018. Vous pouvez réserver sur notre site.
Merci de votre compréhension.

Cookies

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez notre politique de protection des données personnelles et notre politique de gestion des cookies ainsi que le dépôt de cookies et technologies similaires, destinés à (1) assurer le bon fonctionnement du site (authentification, suivi de panier de commande), (2) vous proposer des contenus adaptées à vos centre d’intérêts en fonction de votre navigation sur notre site et (3) réaliser des statistiques pour optimiser votre navigation sur le site. Vous avez la possibilité d'en apprendre plus sur le paramétrage de vos cookies en suivant ce lien, ou vous pouvez accepter les cookies en fermant cette fenêtre.

Vigipirate